Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« juin 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

lundi 28 juin 2004

260. C'était la fête...

...Du quartier ce week-end.
...et je me suis fait un copain : mon voisin Geert (vous savez, celui qui forait dans les murs - cfr.post 31).

La fête a eu lieu le samedi soir et le dimanche. La rue était fermée aux voitures et tous les voisins ont sorti leur table et ont fait un grand repas dehors tous ensemble.
Les enfants jouaient, les grands papotaient, bref, y'avait de l'ambiance, ce qui en général n'est pas pour me déplaire.

Beaucoup de gens sont venus me dire bonjour. C'était comique paske je les connaissais pas, mais eux, y z'avaient l'air de me connaître. Y'avait bien Rita, Didier, Maguy et Guy que j'connaissais, mais les autres... Soit.

Dès que j'ai repéré mon voisin Geert,

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:58 :: Au jour, le jour :: #291 :: 10 commentaires
 

dimanche 27 juin 2004

259. La nuit porte conseil

Avec cet période d'affrontement, j'vous étonnerai pas si j'vous dis que cette nuit j'ai fait un petit cauchemar.
Maman est accourue pour me rassurer et c'est finalement très vite passé.
Le comique dans l'histoire, c'est qu'une fois apaisé, j'ai dit :
- Tout va bien, Petit Chien Courage ! Tu ne dois pas avoir peur.
Puis aussi vite, je me suis corrigé :
- ...Euh, non : le Petit Chien Courage, c'est pour demain matin.
Ben oui, dans leur guerre contre mes petits personnages, ils me fixent des échéances pour la prochaine fois où je pourrai jouer avec eux à Monsieur René, Petit Chien Courage etc...

La nuit porte conseil, moi j'vous dis !
Par Bèrlebus, à 16:55 :: Au jour, le jour :: #290 :: aucun commentaire
 

vendredi 25 juin 2004

258. Escarmouches

Nouvelles du front : l'ennemi ne laisse rien passer.
Ils ne me laissent aucune trêve.
Appelez S.O.S. enfants, siou-plaît !

Hier.
Oui, hier, après la guerre au "pardon" et au "merci", après l'agression de la tartine collée à mon palais, papa a remis ça !
On était tout de suite montés à la salle de bain.

Là, on se marre super bien depuis cinq minutes lorsqu'il me demande de m'asseoir sur la toilette pour faire pipi.
J'fais dix fois semblant de ne pas l'entendre, préférant faire le sot, jouant à me débattre contre lui au risque –n'arrête-t-il pas de me dire- de me cogner sur le coin du meuble lavabo.
- Loulou ! ... Loulou, attention ! ... Viens sur la toilette...
J'l'imite, psalmodiant son propos :
- Viens sur la toilette, viens sur la toilette, (etc.)
Sa voix devient alors plus sérieuse et didactique :
- Lou, s'il te plaît, maintenant tu arrêtes de faire le sot et tu viens à la toilette.
J'lui rétorque sur le champs :
- Tu ne me parles pas comme ça.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:55 :: Au jour, le jour :: #289 :: 2 commentaires
 

jeudi 24 juin 2004

257. Sur le front

A table pendant mon repas.
- Dis papa, tu veux bien prendre le bain avec moi, s'il te plaît ?
Surpris par une demande si gentille, papa accepte.

Mais v'là qu'j'ai un morceau de tartine qui se colle à mon palais. J'ai horreur de ça, ça me fout une de ces trouilles... même que c'est sans doute pour cela que je ne veux manger qu'avec des gens que je connais.
J'me mets aussitôt à hurler.
Maman comprend tout de suite le problème et me demande d'ouvrir la bouche.
Le temps qu'elle me gratte le palais, chui paniqué et me venge en la pinçant.
Elle se fâche, aussitôt embrayée par papa.
Moralité, papa exige que je m'excuse auprès de maman et que je la remercie d'avoir ôté le bout de pain collant.
Je refuse.
Papa me dit alors qu'il ne prendra pas le bain avec moi si je ne le fais pas.
Colère de ma part.
Papa entre alors dans un long discours. Je le sens très fâché, même s'il ne crie pas. Il aligne des mots qui m'entrent par une oreille et ressortent par l'autre : tu t'excuses... pas une raison... problème... appeler... maman, à l'aide... pas mordre ou pincer... plus un bébé... Te laisserai pas faire... demander pardon... dire merci... suis là pour t'aider...envie de prendre le bain avec toi... peux pas te laisser faire... parce que je t'aime.*
Et il disparaît.

Dix minutes après,

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:52 :: Au jour, le jour :: #288 :: 5 commentaires
 

mardi 22 juin 2004

256. C'est la guerre !

Mais kesk'y z'ont papa et maman en ce moment. On dirait qu'ils ont déclaré la guerre à mes petits personnages de fiction.
J'leur demande de faire Monsieur René, le Petit Chien Courage, St Nicolas ou Monsieur ? Réponse : non !
Ils cherchent manifestement l'affrontement... et ils le trouvent, non mais des fois !
Pire, lorsque je leur demande de répéter des phrases comme je les aime, ils refusent aussi !
Bref, c'est la guerre des tranchées.
Et lorsque je me réfugie tout seul dans mon petit monde pour avoir la paix, ils ont encore l'audace de m'interrompre !

Ch'sais pas c'qu'ils ont mangé...
Au secours !
Par Bèrlebus, à 16:49 :: Au jour, le jour :: #287 :: un commentaire
 

lundi 21 juin 2004

255. Chronique du temps qui passe (18)

Papa rentre à la maison. Je suis à table.
Comme à son habitude, il me glisse des bisous tout doux dans le cou.
- Bonjour Monsieur René !
- Bonjour, Lou !
- Non, fais Monsieur René !
- Et si tu me disais d'abord bonjour...
Il s'accroupit tout près de moi et me caresse.
- Bonjour, papa ! Bonjour Monsieur René !
- Comment vas-tu, Lou ? Ça a été avec la visite chez le docteur ?
- Fais Monsieur René, papa !
- Mais moi, j'ai envie d'être avec toi, de parler avec toi.
J'monte d'un ton :
- Non, fais Monsieur René !
Papa reste étonnement calme.
- Non Lou, j'ai pas envie de le faire, j'ai envie d'être avec toi.
- Arrête, papa !

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:49 :: Au jour, le jour :: #286 :: un commentaire
 

vendredi 18 juin 2004

254. Kesk'y a, maman ?

Lou écoute...Ou papa ?
Y'a que j'exagère.
Petite régression, comme à mon habitude quand je fais un bon en avant.
V'là que j'crise souvent avec maman (comme je le faisais avec papa) lorsqu'elle ne fait pas Monsieur René ou qu'elle ne dit la phrase que je veux, comme je veux.
C'est pas que j'lui fait payer son absence, mais bon...
Bref, pour le moment, j'retourne un peu plus souvent dans ma bulle, histoire de me rassurer, et lorsque j'en sors, chui pas des plus facile : chui "speed" comme dit papa.

Moralité : lorsque j'exagère, j'entends le timbre de voix de mes parents qui changent et l'air de rien, j'demande :
- Kesk'y a, maman ?
Par Bèrlebus, à 16:48 :: Au jour, le jour :: #285 :: 4 commentaires
 

mardi 15 juin 2004

252. Il "suffit" de m'expliquer

groupe électrogèneDimanche, au marché, j'ai entendu plein de tondeuses à gazon, dis !
...Enfin, j'croyais.

Car papa et maman m'ont dit qu'il s'agissait de groupes électrogènes.
Des quoi ?
Ils sont alors entrés dans une grande explication.
Il paraît que c'est comme des tondeuses, mais que ça sert à fabriquer de l'électricité. C'est un moteur qui sert qu'à ça. Pas comme les tondeuses qui avancent et coupent l'herbe.
Comme je sais pas ce que c'est "lélectricité", ils ont continué leurs explications. Ils ont dit que ça servait à faire fonctionner la lumière (ça aussi, chai pas c'que c'est !), les frigos (ça j'connais), et tout ce qui a besoin de courant comme une cuisinière, une télévision, un aspirateur, le lecteur de C.D. etc.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:44 :: Au jour, le jour :: #283 :: 9 commentaires
 

samedi 12 juin 2004

249. Troisième jour sans maman

Là, ça commence tout doucement à bien faire... mais je reste zen.
Lorsque papa est venu me chercher à l'école, j'lui ai dit tout de go : "J'veux maman", puis : "Maman va venir...".
Papa m'a expliqué qu'elle ne rentrera que demain. Glups ! ... j'avale la pilule.

J'vous passerai le repas (sans problème) pour aborder le sujet du jour : malgré mon blues grandissant et ma fatigue de fin de semaine, papa a osé m'affronter sur le terrain de Monsieur René.
Faut dire que j'le sollicite tout le temps, lui demandant de jouer le rôle de Monsieur René et donc de zozoter à tout bout de champs. Pire, s'il ne répète pas exactement la phrase que je veux, j'la lui fais recommencer (ben oui, comme à l'école quoi !).
Bref, je joue un p'tit peu beaucoup au tyran. Papa en a eu assez et a mis un holà au moment du bain, ce que j'ai guère apprécié.
- Fais Monsieur René, papa.
- Non, j'ai plus envie, Loulou.
- Fais-Mon-sieur-Re-né !
(en hachant bien toutes les syllabes comme ils le font parfois pour me faire obéir).

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:37 :: Au jour, le jour :: #280 :: un commentaire
 

vendredi 11 juin 2004

248. Deuxième jour sans maman (2)

pluie(suite du post 247) Deuxième mi-temps :

16h00. papa vient me rechercher à l'école. Il ne pleut plus et chui tout roudoudou avec lui.

En trajet, j'lui demande si on pourra aller dans le jardin à la maison. Il me répond que l'herbe sera sans doute encore mouillée.
- Tu n'as qu'à sécher l'herbe, papa !
Décidemment, il est contraire aujourd'hui : il me dit que c'est pas possible.

Comble, arrivé à la maison, v'là qu'il se remet à pleuvoir.
Le match reprend :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:35 :: Au jour, le jour :: #279 :: 4 commentaires
 

jeudi 10 juin 2004

247. Deuxième jour sans maman

pluiePremière mi-temps :

Levé à 7h00, je pète la forme. Ben oui, en général, quand papa me sort du lit, c'est qu'on est dimanche. Bon O.K., j'sais bien qu'on est jeudi et que j'vais à l'école, mais l'absence de maman a des bons côtés : j'retrouve Monsieur René qui zozotte au saut du lit.

Petit déj. nickel au son de la cassette audio de maman et en route pour l'école.
En voiture, j'demande à papa si on va entendre la tondeuse comme hier dans le parc de l'école. Papa me dit que le ciel est tout noir, qu'il risque de pleuvoir et puis que si on a tondu le gazon hier, on ne va sans doute pas le couper aujourd'hui. cfr. les tondeuses et la pluie
J'apprécie pas sa réponse : "Papa, tu dois dire : oui Petit Chien Courage, on va entendre la tondeuse à l'école."
- Mais j'ai pas envie de raconter des carabistouilles, mon Loulou.
- Y'a pas de carabistouilles qui tienne !

Le cochon s'obstine

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:33 :: Au jour, le jour :: #278 :: aucun commentaire
 

mercredi 9 juin 2004

246. Premier jour sans maman

Ça y est : maman est partie ce matin pour son travail. Elle est venue me dire au revoir dans ma chambre à 7 heures du mat. (j'y faisais la bringue depuis une bonne heure déjà).
C'est donc papa qui s'est occupé de moi et Eva. No problemo. D'autant plus qu'à mon grand bonheur, y'avait plein de tondeuses à gazon qui coupaient l'herbe à l'école (voir : post 31 et post 118, mais aussi post 148, et enfin post 177). Le grand pied !

Début d'après-midi, papa est venu me chercher pour aller voir le Dr Dan que je rencontre tous les six mois pour évaluer mes progrès. Il était super content et enthousiaste, même si j'étais un petit peu speed (ça c'est un mot dont j'connais bien le sens paske papa l'utilise souvent : c'est lorsque je fais étalage de ma force musculaire en poussant, ou que je m'ébats avec force... juste pour le plaisir. Ben oui, chui un p'tit mec, moi !).

De retour à la maison, j'crevais la dalle.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:29 :: Au jour, le jour :: #277 :: 2 commentaires
 

mardi 8 juin 2004

245. Mise en condition

Cela fait trois jours que maman et papa me mettent en condition. Je m'explique (parce qu'à la longue, j'ai pigé !) : demain, maman part pour quatre jours de formation pour son travail. Je vais donc rester seul avec papa et Eva.
C'est pas que j'les sens flippés à l'idée que je passe quatre jours sans maman, mais c'est tout comme. Non, j'exagère...
Ils ont l'air cool. C'est plutôt moi qui pourrait m'inquiéter, car la dernière fois, il y a deux ans déjà, cela m'avait tellement perturbé que j'en avais fait la grève de la faim (cfr. (post.68 à 72 –le roman de mes repas-)) et qu'après j'ai plus voulu manger avec quelqu'un d'autre que maman.
Ceci dit, je ne m'inquiète pas trop. Reste à voir en pratique.
J'vous raconterai.
Par Bèrlebus, à 16:18 :: Au jour, le jour :: #276 :: 2 commentaires
 

244. ...de plaisir !

Ce week-end, dans la maison de campagne de famille, papa a installé une balançoire, dis !
J'vous dis pas le pied !
Bon, O.K., j'ai dû attendre dimanche que le béton soit dur pour pouvoir aller dessus (ch'ai pas c'que c'est qu'ce truc, mais toujours est-il que j'devais attendre).

Résultat, je me suis éclaté... et papa a fait des photos de moi "dans mon élément" :
Lou sur la balançoire
Par Bèrlebus, à 16:17 :: Au jour, le jour :: #275 :: 3 commentaires
 

lundi 7 juin 2004

243. Chronique du temps qui passe (17)

Deux heures du mat.
Chui dans mon petit lit pliant dans ma chambre préférée de la maison de campagne des Ardennes lorsque je me réveille, paniqué.

Maman accourt, suivie de papa.
J'pleure, j'ai peur : mon pied droit est endormi, je ne le sens plus. J'ai horreur de ça, car à l'inverse de vous, quand je ne sens plus un de mes membres, je n'ai pas la vue pour me rappeler qu'il est toujours là (au toucher, on a l'impression que c'est un corps étranger).
J'demande des caresses à ma jambe. Papa et maman me câlinent tant et plus et me rassurent en frottant ma jambe.
- Tout va bien... Ça va passer, tu sais...
J'répète, comme pour me persuader moi-même, imitant le ton apaisant qu'ils utilisent : "Tout va bien, tsé... Tu ne dois pas voir peur... Ça va passer... Ce n'est rien... Hein, Petit Chien Courage ?"
...Et ma jambe se réveille petit à petit... Et moi itou !

Trop content que ce soit fini et le moral au beau fixe, j'commence à causer dans le lit pendant que Maman me câline encore.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:16 :: Au jour, le jour :: #274 :: un commentaire
 

samedi 5 juin 2004

242. Ma petite voix (2)

kinésiologieY'a un truc étonnant dont je vous ai pas encore parlé : régulièrement, je fais des séances de kinésiologie.

Environ tous les quinze jours, "Zabeth" vient à la maison le soir. C'est une des soeurs de papa et elle est Kinésiologue.
C'est à chaque fois une fête pour moi, parce qu'il s'agit d'un drôle de cérémonial. Et puis, j'aime bien "Zabeth".

Ça se passe comme cela : tout d'abord, je me couche avec maman sur un matelas posé sur la table de la salle à manger. Déjà ça, ça me plaît (imaginez un peu!)
Ensuite, durant la séance, pendant que j'fais le sot avec "ma petite couette toute douce", maman fait office de "transfert" en me touchant.
Zabeth, elle touche maman (comme le jeu du "téléphone sans fil"), elle pose plein de questions à mon corps qui cause et qui dit ce qui va et ce qui va pas : du psychique au physique.
En fait, il paraît que le corps, il cause tout seul (et même donc par personne interposée). Une question posée ? Et hop, le tonus musculaire répond !
Le corps est comme un ordinateur

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:14 :: Au jour, le jour :: #273 :: 3 commentaires
 

vendredi 4 juin 2004

241. L'envie d'apprendre

J'voudrais pas vous lasser et me répéter, mais quand j'vous dis qu'y a du nouveau dans mon comportement, c'est pas un vain mot.

J'vous parlais l'autre jour de mon apprentissage du pré-braille, et bien hier soir, avant d'aller au lit, j'ai accepté avec plaisir d'écrire "Papa" sur la petite réglette qu'un professeur m'a gentiment fabriqué pour que je puisse m'exercer à la maison.
Souvenez-vous : 58/59. pré-braille :
par le passé (post 58 et 59), c'est le genre d'activité où j'aurais fait toutes les obstructions possibles pour y réchapper : "j'ai pas envie", "j'ai peur", ou plus subtil, j'aurais fait n'importe quoi comme si je ne comprenais pas ce qu'on me demandait, histoire de les décourager.
Et bien non, cette fois, j'y ai pris beaucoup de plaisir, même qu'après j'ai demandé à maman : "Comment on écrit "éléphant" ?"
Le problème c'est que mon ambition est freinée par la réglette où l'on ne peut écrire que des mots de cinq lettres. Et puis, j'en suis encore à découvrir une à une les lettres (et papa et maman aussi ! Même que papa s'est trompé dans la photo de l'article 236 : "à" ne s'écrit pas comme "a". )
Ben oui, chaque chose en son temps.
Photo :


papa en braille
Par Bèrlebus, à 16:13 :: Au jour, le jour :: #272 :: 2 commentaires
 

jeudi 3 juin 2004

240. Je négocie !

Lou et son éléphantHé, hé ! Grâce à ma petite voix, j'apprends à négocier. Ça aussi c'est nouveau.
Tout à l'heure, j'ai demandé à maman, pendant le goûter :
"Dis maman, est-ce que je peux prendre l'éléphant dans mon lit pour dormir ?"
(vous savez, l'éléphant qui répète toujours tout ce que je dis cfr.tout sur mon éléphant... car c'est tout un roman).
Maman : "Tu sais bien, Lou, que l'éléphant, il peut pas dormir avec toi dans le lit." (faut dire que sinon, je l'allume et ne dors pas puisqu'il relance à chaque fois mon chahut. Et puis, il y a d'autres peluches dans mon lit).
En d'autres temps, je m's'rai énervé genre :
"Je veux dormir avec l'éléphant !"
Mais là... ma petite voix m'a soufflé un bon tuyau :
"Alors, maman, l'éléphant, il pourra me dire bonsoir et dormir dans le lit de poupée dans la chambre de Loulou ?"
Et là, à mon grand plaisir, maman m'a répondu : " Oui, si l'éléphant fait bien dodo."
(En fait, elle l'a éteint, hein !)
Moi : "Oui, et si Loulou est bien sage".

Gnerk, gnerk... j'l'ai eue...
Ceci dit, elle sait bien que je sortirai pas de mon lit pour le prendre, mais au moins, il sera d'une certaine manière avec moi.
Bonne nuit !
Par Bèrlebus, à 16:09 :: Au jour, le jour :: #271 :: aucun commentaire
 

mercredi 2 juin 2004

239. Ma petite voix (1)

Il n'y a plus de doute.
Depuis peu, j'entends une petite voix qui parle en moi.

Elle était sans doute déjà là depuis longtemps, mais je ne la percevais pas vraiment.
Trop de bruits à gérer, trop d'informations à digérer, trop de confusion dans ma petite tête. Mettez-vous à ma place...
Ma conscience était débordée, submergée : le cri d'une souris dans un concert rock !

Parfois au calme, je la devinais... mais cela me paraissait si étrange d'entendre ma propre voix à l'intérieur.
Vous rendez-vous compte ? Ça vous fait pas drôle vous,

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:04 :: Au jour, le jour :: #270 :: un commentaire
 


mardi 1 juin 2004

238. Dépasser mes peurs

Ça aussi c'est nouveau : l'aisance avec laquelle je dépasse des peurs qui étaient bien encrées dans ma caboche.
Coup sur coup, aujoud'hui, j'y ai été confronté.

Tout d'abord, après la sieste, je me suis retourné un ongle en faisant le sot dans mon lit avec Eva. J'vous dis pas comme ça a fait mal ! Par le passé, ce genre de truc aurait entraîné des représailles à la hauteur de ma douleur et de cette agression extérieure que je ne comprends pas : me venger sur la première personne que je trouve ou venant à mon secours.
Et bien cette fois, malgré la peur et la douleur, j'ai rien fait... J'demandais tout plein de câlins à maman qui me soignait. Pourtant, j'peux vous dire que ça m'a fait solidement mal et que j'en ai beaucoup pleuré.

A peine remis,

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:02 :: Au jour, le jour :: #269 :: 4 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned