Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« août 2005 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et l’eau

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mercredi 31 août 2005

433. Echo à tribord

Lorsqu'on se promenait sur la digue de mer, j'ai parfois entendu papa parler des immeubles qui le bordent dans des termes pas très folichons : horribles, laids etc.
Moi, j'm'en fous, je ne les vois pas.
En fait, c'est pas vrai : moi, je les aime bien ces immeubles, parce qu'ils sont un merveilleux terrain d'exploration sonore.

Ainsi, durant ces vacances, j'ai passé de longs moments, assis à terre, à même le trottoir de la digue, à explorer le champs de mes vocalises, un peu comme dans les escaliers, voyez-vous.
Quel plaisir de gronder l'éléphant qui répète tout ce que je dis, d'appeler le monstre des marais, de faire de grands "youuuuu" comme dans les montagnes russes, et d'entendre les façades me les renvoyer tel un écho.

Comme quoi, rien n'est jamais noir ou blanc.
Et puis, il n'y a pas de petits plaisirs, moi, je vous le dis !

N.D.L. : Ce que l'histoire ne dit pas, c'est : si, et comment les occupants de ces immeubles ont appréciés mes investigations sonores...
Par Bèrlebus, à 21:00 :: Au jour, le jour :: #492 :: 26 commentaires
 

mardi 30 août 2005

432. Panique à bâbord

En juillet, à la mer.

Etait-ce lié à cette brève gastro-enthérite qui m'a ennuyée, ou à mes progrès qui soudain me rendaient plus fragile, plus sensible ?
Toujours est-il que l'assurance que j'ai pris s'est accompagnée, à contrario, de soudains moments de paniques.
Ainsi, de nouvelles peurs, toutes liées à des sons stridents, sont apparues durant ce séjour.

Premier truc à m'avoir fait sauter en l'air, au point aujourd'hui de m'inquiéter à chaque fois : le bip sonore du téléphone portable de maman qui lui annonce que sa batterie est déchargée.
La première fois, j'ai fait un bon en l'air. Sans doute étais-je "ailleurs", dans mes pensées.
Il a fallu beaucoup de patience à Maman et Papa pour me consoler et me rassurer.
Bon, aujourd'hui, après un mois d'apprivoisement (mes vieux ont été jusqu'à m'approcher lentement l'appareil puis me le faire toucher lorsqu'il sonne), je n'ai plus peur. Juste parfois, un petit sursaut que je matte aussitôt d'une réplique fière :
- Regarde, maman, je n'ai plus peur de la batterie qui est plate !

Deuxième truc à m'avoir fait paniquer : le vent.
Pourtant, à la mer, j'adore par dessus tout le sentir sur la digue ou sur la plage.
Mais lorsqu'une après-midi, il s'est mis à siffler par la fente de la fenêtre de l'appartement, ça ne m'a pas plu du tout.
- Papa, papa, j'ai les oreilles qui sifflent !

lire la suite

Par Bèrlebus, à 09:09 :: Au jour, le jour :: #491 :: 36 commentaires
 


dimanche 28 août 2005

431. Grande résolution

Mi-juillet.
Un soir.
A la mer.
Au moment de grimper dans mon lit-pliant-des-vacances-qui-est-comme-mon-second-petit-nid-mais-de-voyage.
Je ne sais pas ce qui me prend, mais j'balance comme ça :
- Maman, c'est le dernier soir où je dors avec ma "tute"*. Demain, je serai un grand garçon et je ne prendrai pas ma tute.
Je sens maman surprise... – "un blanc" - ...puis toute contente.
Elle me félicite.
Je lui adresse mon sourire banane en retour.
- Bonne nuit, ma maman que j'aime.
- Bonne nuit, mon Loulou que j'aime.

J'vous jure que rien n'avait été fait pour que je prenne une telle décision. Juste, de temps à autres, des propos de mes vieux m'expliquant que : "quand je serai grand, je n'aurai plus besoin de tute".
J'admets aussi qu'il y a six mois, on a décidé ensemble de ne plus prendre la tute pour la sieste... que je ne fais plus depuis trois mois.
Bref, surprise totale, à moins que la perspective proche de mon septième anniversaire dont on me parle beaucoup y soit pour quelque chose.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 12:34 :: Au jour, le jour :: #490 :: 15 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned