Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2005 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

dimanche 25 septembre 2005

442. Le film que papa a fait sur moi.

Le petit orince écoute le disqueCela faisait des mois que papa me parlait de ce film qu'il faisait pour raconter mon histoire.
Même qu'il me faisait souvent écouter des extraits qu'il ramenait de son travail.

Il y a dix jours, il est revenu à la maison avec le C.D. de la musique et me l'a offert. J'ai pas vraiment pigé. Comme si le film devenait maintenant de la musique ! Et l'histoire, alors ? Il m'a expliqué... , enfin soit.
C'est tout calme, tout doux : un piano et parfois un violoncelle.
Dès le troisième titre, comme à mon habitude, j'ai entamé une seconde voix.
Le morceau que j'ai préféré fut le dernier et pour cause : c'est le seul à être rock'n'roll avec batterie, guitares et tout ça.
- Papa, on dirait les Strokes !
- C'est vrai, Loulou. Ça ressemble, hein ?

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:58 :: Au jour, le jour :: #502 :: 16 commentaires
 

mercredi 21 septembre 2005

441. Chronique du temps qui passe (32) - spécial deuxième anniversaire -

Pour les deux ans de ce blog, je me suis permis cette fois de relater in extenso une tranche de vie avec Lou. Vous comprendrez très vite pourquoi. Et puis, ce post est un juste portrait du quotidien avec Lou.

Dialogue de sourd ?

Après le goûter.
Je suis à l'évier de la cuisine pour me laver les mains, car après le fruit et les bons choco-As que je triture dans tous les sens, j'vous promets qu'il ne vaut mieux pas que j'touche quelque chose (enfin paraît-il, car moi, la saleté, je la vois pas).
Bref, comme d'hab., je traîne au lavabo pour jouer avec le robinet (c'est une de mes grandes passion du moment : faire couler l'eau à différents débits, dans un évier, dans le bain, tout est bon !).
- Ecoute, papa, le minuscule petit jet d'eau !
Hélas, mes rabat-joie de vieux me demandent à chaque fois de ne pas exagérer :
- Loulou, doucement avec le robinet !
- Loulouuuu, pas tout le temps jouer avec l'eau, s'il te plaît.
- Lou, maintenant tu arrêtes, tu as assez joué avec le robinet.

...Mais cette fois, je suis seul et j'en profite !
Maman est à la cave et papa est parti promener le chien en forêt.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:52 :: Au jour, le jour :: #501 :: 14 commentaires
 

lundi 19 septembre 2005

440. Ça y est, je suis grand !

Le jour de mes 7 ans, nous étions en vacances.
Sans doute avais-je pris froid la veille, car le jour "J", quelle ne fut pas ma surprise de me réveiller avec une voix toute grave.
- Ecoute, maman, j'ai 7 ans et je suis un grand garçon : j'ai une voix d'adolescent !
Ainsi, à sept ans, on change de voix ! Waouw ! Le pied !

Bon, mes parents m'ont bien expliqué les vraies raisons de ma voix grave, mais je trouvais ça trop comique.
Du coup, j'arrêtais pas de causer pour écouter mon beau timbre ténébreux.
De leur côté, mes vieux essayaient de me faire taire :
- Loulou, arrête de tout le temps parler, sinon tu vas encore plus fatiguer ta gorge et tu vas finir par avoir mal.
Qu'est-ce qu'il peuvent être rabat-joie, parfois.
Enfin bon. De plus, ils ont eu raison, les bougres !
Du coup, avec les médicaments ma voix grave est repartie au bout de deux jours.

Durant les vacances, elle est réapparue, de temps à autres, à cause des nombreux "Youuuu" intempestifs où je pousse mes cordes vocales à fond, mais depuis lors, j'ai retrouvé mon timbre habituel.

Il n'empêche, qu'au moment de la rentrée des classes, cet événement fut la première chose que j'ai dite à Monsieur Guy, mon professeur.

Côté "retour à l'école", rien à signaler, c'est la routine : même instit., même potes, mais changement de classe qui nous obligent tous à réapprivoiser notre espace de vie. Pas évident...

Côté "grand garçon", j'ai spontanément proposé de manger le repas de midi à l'école.
Si l'année dernière, cette même résolution
n'avait tenu que le temps de trois repas, cette année, j'y vais petit à petit et mes vieux se gardent bien de tout commentaires, hormis les chaleureuses félicitations.
Ainsi donc, le roman de mes repas
trouverait-il enfin son épilogue ?
A suivre...

Quand j'vous disais que j'était un grand garçon !

photo :
Lou et la balançoire
Par Bèrlebus, à 16:16 :: Au jour, le jour :: #500 :: 3 commentaires
 

vendredi 16 septembre 2005

439. Tourisme en ville

perduSi vous voulez mon avis de non-voyant, il y a rien de plus chiant que de se promener sans but dans une ville.
Heureusement que mes vieux l'ont bien compris.
Il n'empêche qu'un jour, en France, ils m'ont quand même emmené avec eux pour en visiter une.
- Je veux plus...
- Je veux rentrer à la maison.
- Je veux pas aller voir la fontaine.

En pareilles circonstances, rien de tel qu'un bon sitting pour marquer mon opposition.
Bon, évidemment, ça marche un temps.
Jusqu'au moment de l'ultimatum...

Photo :
Lou perdu sur la place
Par Bèrlebus, à 08:36 :: Au jour, le jour :: #498 :: 9 commentaires
 

mercredi 14 septembre 2005

438. Pipi debout

Au bord de la piscine.
- Maman, je dois faire pipi.
- Loulou, on vient juste d'arriver et je t'ai demandé, au moment de quitter le gîte, si tu ne devais pas aller à la toilette.
- Je dois faire pipi.
- Bon, viens, on va faire pipi debout dans l'herbe.
- Noooon !
La crise.

J'vous explique : quelle que soit la manoeuvre à exécuter, je m'assieds toujours sur une toilette parce que, pour ce qui est de viser la cuvette, j'ai comme un handicap par rapport à vous.
Comme je ne peux pas observer comment font les autres en pareilles circonstances, Papa m'a déjà maintes fois expliqué que les garçons font pipi debout, et même parfois dans la nature lorsqu'ils n'ont pas le choix. On a même fait une tentative, il y a quelques mois en forêt, mais ça s'est soldé par un pantalon et des chaussures mouillées, chose que je n'ai pas appréciée du tout.
C'est ainsi que depuis lors, je ne veux plus entendre parler d'une telle ineptie.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 21:19 :: Au jour, le jour :: #497 :: 38 commentaires
 

lundi 12 septembre 2005

437. Le sommeil d'un petit prince en voyage

Comme tous les matins dans le gîte, étant réveillé bien avant tout le monde, je ne pouvais pas moufter pour ne pas réveiller Eva, Mathilde et "N'amour" qui dormaient dans la même chambre que moi. Je causais alors tout seul, tout bas, jusqu'à ce que papa ou maman vienne me chercher pour le petit déjeuner.
Un matin donc, c'est maman qui est entrée (Je reconnais tout de suite si c'est elle ou papa, rien qu'au bruit de ses pas).
Après les bonjours d'usage, elle m'a expliqué joyeusement :
- Dis, Lou, tu sais quoi ? T'es tombé de ton lit cette nuit !
L'info m'a surpris.
- Même que tu ne t'en es pas rendu compte. On a entendu un grand boum depuis notre chambre, on est vite monté, et là, on t'a retrouvé par terre, entre ton lit et celui d'Eva, et tu continuais à dormir tranquillement.
Ça m'a bien fait marrer.

Bon, suite à cela, ils ont mis une couverture à terre au cas où..., vu que je n'avais pas encore souvent dormi dans un grand lit sans bord.

Et heureusement, parce que j'ai remis ça le lendemain !
Même topo : même pas réveillé.
Heureusement, les nuits suivantes, j'ai trouvé mes marques, enfin surtout, il sont venus souvent me border et me recoucher une fois que j'étais au pays des rêves.

Car pour rêver, je rêve, m'sieurs, dames !
Ne me demandez pas comment : avec sous sans image, des sensations, des mots, je ne m'en rends pas compte ! Les cauchemars réveillent, mais rarement les rêves.
Toujours est-il que la grande révélation de ces vacances, c'est que mes soeurs m'ont entendu causer la nuit.
Dommage que je me souvienne pas de ce que j'ai dit (mes soeurs et papa non plus. Ils ont oublié depuis, les idiots ! ).
Par Bèrlebus, à 19:09 :: Au jour, le jour :: #496 :: 4 commentaires
 

vendredi 9 septembre 2005

436. Baptême de l'air

(suite du post précédent : "de mémoire".)

Finalement, le véritable souvenir marquant de ces vacances fut, sans conteste, le baptême de l'air.
C'était dans un petit avion que j'ai pu toucher à loisirs avant de monter dedans. Mais pour cela, j'ai du d'abord attendre mon tour parce que Mathilde, "N'amour" (l'ami de ma soeur) et Eva ont eu l'honneur de me précéder.
C'est long, vingt minutes !

Lorsque ce fut à notre tour de monter en avion (papa, maman et moi), j'étais plus impressionné – enfin, je veux dire : intéressé – par la voix du pilote que de comprendre la manoeuvre d'escalade sur l'aile :
- Dis, Monsieur, t'as l'accent du sud de la France, hein ?
(Comme ça, le contact était tout de suite noué)

Pensez-vous que j'ai eu peur ? Moi ?
J'ai juste mis mes mains sur les oreilles (par mesure de sécurité), au moment d'allumer les moteurs.
Bref, mis à part le bruit qui est différent et sympa, faire un tour en avion, c'est rien du tout !
Je suis pas du genre "vertige", voyez-vous ? ;-)
Non, les seuls intérêts furent pour moi le décollage, l'atterrissage, les trous d'air et autres turbulences (trop rares), et enfin les changements de cap.
En dehors de ces moments là, à choisir, je préfère les montagnes russes, c'est plus fun.

Ce fut donc un vol cool, pépère.
D'autant qu'on ne pouvait pas faire de "youuu !" dans l'avion.
Ni papa, ni moi.
A ce propos, mes vieux m'avaient préparé jours après jours, à l'approche de l'échéance, et m'avaient bien expliqué le "pourquoi ?" : "le pilote...", "...l'exiguïté", et tout ça...
C'est bête, non ?
Mais bon, j'ai pas moufté, ni même réclamé un minuscule petit "youuu!", la perspective d'expérimenter en vrai ce que le mot "voler" veut dire me kiffant à fond.
Il faut dire que mes vieux n'avaient cessé aussi de m'annoncer l'événement et de me l'expliquer avec un enthousiasme communicatif.
(Vous connaissez leur : "Ça va être gai, diiiis !", allant cette fois crescendo, à chaque décompte des jours.)
Plus sérieusement, je dois admettre que leurs briefings préparatoires m'ont bien aidé à comprendre ce qui s'est passé (je veux dire : le fait d'avoir volé dans les airs).
Enfin, je dois bien reconnaître aussi que ça m'a beaucoup plus, même que la première chose que j'ai dite, quand maman à lancé son habituel "Et voilà !" à l'extinction du moteur, a été :
- Je voudrais bien encore faire un tour, maman s'il te plaît.
...
Dommage.

C'est court, vingt minutes !

Photos :
le petit prince te l'avion 1

le petit prince en avion 2
Par Bèrlebus, à 18:50 :: Au jour, le jour :: #495 :: 9 commentaires
 

lundi 5 septembre 2005

435. De mémoire (Youuuuu !).

Si de mémoire, je devais vous citer ce qu'ont évoqué pour moi les vacances en France, je les résumerais par quelques flashes, quelques souvenirs d'événements, d'ambiances ou de choses qui m'ont kiffé. Car il ne faut pas me demander de vous faire un récit jour par jour, c'est pas mon genre.
Les souvenirs qui suivent, sont donc des sujets dont je parle encore aujourd'hui régulièrement.

En tête du hit parade, il y a l'océan (dans les Landes).
On y est resté que trois jours. En fait, on était venu chercher Eva qui y était avec une amie.
J'ai pris un pied pas possible à affronter les grosses vagues en compagnie de papa ou maman qui devaient bien me tenir, tant le courant était fort.
- Youuuuu, la grosse vague.
- Fais you, papa ! Fais you !
Et dire qu'il y a un an à peine, je n'osais affronter la mer du Nord qu'à bord d'un bateau gonflable !
- Hé, papa, on disait que l'océan, c'était comme les montagnes russes. Alors, tu vas faire "You", d'accord ?

L'autre truc génial, c'était la plage. Quand on marchait sur le sable, là où la marée ne va jamais, celui-ci faisait des "pouët", des "pwout" ou des "pouic" à chaque pas. Je vous laisse le soin d'imaginer les fous rires que j'ai eus, ...et les promenades en boucle que j'ai faites pour l'écouter.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 19:13 :: Au jour, le jour :: #494 :: 13 commentaires
 


samedi 3 septembre 2005

434. Couleurs locales

Si pour vous, les vacances sont synonymes de dépaysement visuel lié à l'ambiance locale (le moulin, la plage, les dunes, la montagne, le château etc.), moi, ce que j'aime dans les vacances, ce sont les nouveaux bruits.
Ne me demandez donc pas d'aller visiter quelque chose qui n'a aucun intérêt sonore.

Et je m'y connais !
Ainsi, pour ceux que cela intéresse, je vous recommande chaudement le bruit du frigo de l'appartement de la mer. Il n'a rien à voir avec celui de la maison (qui n'est guère intéressant).
- Qu'est-ce que tu veux faire, Loulou ? Tu as envie d'aller sur la plage ?
- Non, je veux aller écouter le frigo.
...
- Ecoute, maman ! Le frigo, il fait un joli bruit, hein ?

photo:
le petit prince et le frigo
Par Bèrlebus, à 11:36 :: Au jour, le jour :: #493 :: 5 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned