Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« juin 2005 »
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et l’eau

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

lundi 27 juin 2005

426. La fête !

Ce week-end, c'était la traditionnelle fête du quartier.
J'étais super impatient d'y être.
Au programme : un grand mechoui avec tous les voisins, un concert improvisé avec Geert (lui à la guitare, moi au djembé), et des jeux pour enfants.

Le dimanche, y'a même eu un concert où jouaient Olivier et Julie.
Comme la musique allait un peu fort, je m'suis éloigné comme un grand, tout seul, me frayant un passage parmi la foule jusqu'à la barrière Nadar qui fermait la rue.
Bien décidé, malgré cet obstacle incongru et mes vieux qui me demandaient de revenir, j'ai commencé à l'escalader pour poursuivre mon chemin ! Hélas, au moment d'atteindre le sommet de la barrière, papa s'est ramené dare-dare pour m'empêcher de poursuivre mon excursion. Soit.

Ramené à la raison et à un endroit moins bruyant (un peu sur le côté), j'ai dansé et chanté comme un fou avec papa, maman et même mon pote Michel qui fait super bien "les piles usées".
Summum ? Quand le guitariste a fait marcher sa pédale wawa, dis !

Bilan : une nouvelle galerie photo de cette fête.

photo :
le petit prince au djembé
Par Bèrlebus, à 12:28 :: Au jour, le jour :: #481 :: 11 commentaires
 

lundi 20 juin 2005

424. Deep'n bad trip

Lou au bainChui dans le bain.
Dimanche soir.
J'cause avec maman, de tout et de rien.
Chui gai, éveillé même.
Soudain, sans aucune raison apparente, je fonds en larmes.
Des grosses, de celles qui vous font parler avec la bouche si grande ouverte que les mots en deviennent incompréhensibles.
Maman :
- Mais qu'est ce qui se passe, Loulou ?
Chui incapable de parler, emporté par le chagrin.
- Tu t'es fait mal, Chouchounet ?
J'parviens à balbutier une phrase :
- Je... me... suis... saisi.
Entretemps, papa a bondi de son bureau et me caresse la tête. Eva à son tour a monté quatre à quatre les escaliers et nous a rejoint.
Entrecoupé de gros sanglots, je tente de leur expliquer :
- Je me suis saisi. ... C'est le Chien Courage qui m'a saisi.
- Tu as imaginé dans ta tête que le Chien Courage t'as saisi ?
- Oui.
Ma tristesse redouble. J'ai peur que cela recommence.
- Je... veux... plus... que... le petit Chien Courage... m... m... me saisisse..
Chui une frêle esquif, perdue dans l'immensité de la baignoire et le flot tumultueux de mes peurs.
Tour à tour, chacun déploie l'artillerie lourde pour m'arraisonner à la terre ferme. Le grand armada de ces phrases clés qui calment mes tempêtes.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 11:24 :: Au jour, le jour :: #479 :: 9 commentaires
 

vendredi 17 juin 2005

423. Des pompes qui grincent

chaussures du petit princeYes ! Maman m'a acheté de nouvelles pompes. Et pour mon plus grand plaisir, elles font du bruit quand je les frotte à terre : elles poussent des petits couinements aigus.
J'adore !
- T'entends, papa ? Mes chaussures, elles grincent, dis !

Même que mardi passé, voulant profiter au maximum de retour de papa à la maison (il est enfin un peu plus souvent présent), j'lui ai demandé de pouvoir l'accompagner chercher Eva à son cours d'Aïkido.
Dans le hall du centre sportif, il y avait plein de bruits... dont pleins de couinements de chaussures. Papa m'a expliqué que c'était tous des gens qui jouaient à différents sports et courraient après des balles : badminton, squash, tennis... (étrange... soit !).
Hélas, lorsque j'ai voulu en faire autant, le revêtement du hall ne m'a pas permis de faire "grincer" aussi mes chaussures.
J'serai bien descendu sur les terrains pour le faire, moi aussi...
Par Bèrlebus, à 15:18 :: Au jour, le jour :: #478 :: 5 commentaires
 

dimanche 12 juin 2005

421. Bon de commande

Dans l'auto.
Comme tous les matins, j'écoute "Pure F.M." pour aller à l'école.
Hormis le mouvement, la radio et les sirènes sont mes seules distractions dans une voiture.

- Dis, maman, tu l'as à la maison, ce disque de Moby ?
- Non, on a le précédent.
- Alors, tu vas l'acheter, hein ? - J'lui laisse pas le temps d'en placer une - Tu vas au magasin pour acheter ce disque et l'avoir à la maison ! Moi j'ai envie !

Voilà qui est clair.
V'là que je rentre de plein pied dans le monde du consommateur.
Le franc est tombé* !

(* expression belge qui signifie que l'on a compris : la pièce de monnaie est tombé dans le distributeur qui va délivrer le produit. Voir l'anecdote dans les commentaires )
Par Bèrlebus, à 19:02 :: Au jour, le jour :: #475 :: 7 commentaires
 

lundi 6 juin 2005

418. Le trot de trop du sot

le petit prince à chevalSamedi matin.
Equitation.
Un moment au trot.
Distrait, je ne me tiens plus.
Je tombe de cheval.
Le souffle coupé.
Maman me rassure très vite.
La trouille.
- Ça va passer !
Elle m'explique calmement que si je n'avais pas lâché la selle, je ne serais pas tombé. Le temps d'enregistrer cette remarque pertinente mais pas évidente pour moi, on me remet sur le canasson.
Refaire du trot et bien se tenir, oui.
Ça va, ma peur est évacuée.
Après la balade, j'monte même sur un cheval de trait.

...Et de retour à la maison, j'raconte fièrement ma mésaventure à papa.
Par Bèrlebus, à 18:18 :: Au jour, le jour :: #472 :: 12 commentaires
 

samedi 4 juin 2005

417. Conjuration

(Conjuration n.f. : complot, conspiration. Action de conjurer, d'écarter les effets d'une influence maléfique.)

Il y a une semaine déjà.
Vendredi passé.
Papa toujours débordé et souvent absent.
Un comble : un week-end en pension complète chez Zabeth, la soeur de papa. Une première aussi.

Voilà pourquoi depuis deux ou trois mois, j'ai passé tout d'abord quelques heures, puis une après-midi, et enfin une journée entière chez elle.
M'acclimater, me direz-vous ? Moi, j'appellerais cela plutôt : une conjuration !
Ainsi donc, papa et maman s'offrent une week-end en tête-à-tête. Rien qu'à eux deux.
A Marseille.
Un mariage.

Tout au long de la semaine qui précède

lire la suite

Par Bèrlebus, à 23:18 :: Au jour, le jour :: #470 :: 5 commentaires
 


jeudi 2 juin 2005

416. Jamais, plus jamais

Depuis plusieurs jours, papa est devenu un fantôme que je croise au saut du lit, ou au moment d'y retourner.
Travail, travail, travail...
Mais en plus, pour le peu que j'le vois, il me tient tête.
Exemple :

Après le dîner, j'veux écouter encore une fois "Le Petit Chien Courage et le monstre des marais".
Il refuse sous prétexte que j'l'ai déjà écouté avant le repas et qu'il est tard.
Je râle.
- Et bien je veux pas aller au lit, et je veux plus jamais, jamais écouter "Le Petit Chien Courage".
Ben oui, chui comme ça : quand on me refuse kek'chose, j'embraye dans le "plus jamais, jamais", comme si c'était les autres qui allaient en être puni.
Il n'y a alors plus moyen de me raisonner.
- Et je n'irai plus jamais au lit...
C'est alors que Papa embraye en m'imitant :
- Et tu n'iras plus jamais te brosser les dents, ni faire pipi. Et tu ne monteras plus jamais les escaliers. Et je te dirai plus jamais bonsoir. Plus jamais de câlins, plus de bisous (etc.)
Au fur et à mesure qu'il énumère toutes les actions d'une fin de journée à la sauce "jamais-plus", j'me mets à trouver ça comique.
Je l'interromps :
- C'est pour rire, hein, papa ?
- Mais bien sûr, mon Loulou.
- Je t'aime, mon papa.
- Mais moi aussi, mon Loulou.
J'abdique sans broncher, et monte me coucher.

Comme quoi, il suffit de trouver la technique.
N'empêche, il me manque, ...et sa grosse voix qui fait "Monsieur-René-le-monstre-des-marais" aussi.
Par Bèrlebus, à 18:49 :: Au jour, le jour :: #469 :: 9 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned