Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mars 2007 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

vendredi 30 mars 2007

568. Loosmania

Lou & charles Loos
Mes trips musicaux se succèdent.
Mélange de genres. L’éclectisme me sied bien.

Les derniers en date ? Le Jazz façon « Matt Bianco » (NDLA : qui manifestement n’a pas pris une ride) et le Free Jazz au piano.

Dans cette catégorie, y’en a trois que j’apprécie particulièrement : Abdullah Ibrahim (Dollar Brand), Keith Jarrett et Charles Loos (avec Weber Iago).
Ce dernier remporte tous les suffrages au point qu’en un mois, je commence à reproduire ses musiques sur mon synthé, aussi compliquées soient-elles, dans les accords et les enchaînements.

Cela donne ceci : Lou - Loosmania (Vidéo Quicktime : 7 minutes / 11,5 méga)

(vidéo au format: Quicktime viewer ( logiciel gratuit pour Mac et PC)

A propos de Charles loos, pianiste et compositeur Belge.

Phot (Lou au piano) : Le petit prince
Par Bèrlebus, à 17:16 :: Au jour, le jour :: #653 :: 11 commentaires
 

mercredi 21 mars 2007

567. Mimétisme et fierté

A peine rentré de l’école, je déclare tout de go, en prenant soin d’adopter le ton le plus « congratulatoire » ou « félicitatoire » possible :
- Ecoute, écoute ! Tu sais quoi ? Et bien, il y a eut l’alarme à l’école !
Mon sourire banane est à la mesure de ma fierté. J’enchaîne ensuite, syllabe par syllabe, comme ils font souvent avec moi pour faire durer le suspense d’une grande nouvelle :
- Et… j’ai… pas… eu… peur… de… (???) …L’a… laaarme !!!
Je saute alors dans les bras de maman pour recevoir tous les câlins et compliments d’usage face à pareil événement.
- Bravo, Loulou !
- Et tu sais quoi ? On a couru très vite dehors, comme ça, ça faisait moins de bruit ! Et j’ai pas eu peur !

Pourtant, la peur de l’alarme incendie était quotidiennement sur mes lèvres, presque autant que Jordi ou le papa mouton, tant les deux dernières alertes m’avaient foutu une de ces trouilles.
Mais voilà… Petit à petit, je parviens à appliquer les conseils rassurants de mes vieux : « Je suis capable de… »

S’enchaînent de grands câlins avec maman, puis avec papa à qui je réédite le récit avec la même mise en scène.
J’aime ces instants où j’imite le ton fier qu’eux-mêmes utilisent et m’adressent lorsqu’ils sont content de moi.
J’adore ces moments où, ensuite, on me caresse le visage des deux mains.
J’aime les saisir et les guider pour que ce soit le plus doux et lent possible.
On s’amuse alors à syncoper des phrases, une fois encore syllabe par syllabe, en phase avec le rythme des caresses, comme une récitation scolaire :
- Bra… vo… au… grand… Lou… lou… qui… n’a… plus… peur… de… l’a… larme… Bra… vo… au… grand… gar… çon… que… j’ai… me !
Le plus drôle étant de construire des phrases dont on connaît la suite logique et évidente, parce qu’alors, on dit les syllabe ensemble.
C’est trop gai, surtout quand je sais que papa fait exprès de se tromper de mot.
Par Bèrlebus, à 19:08 :: Au jour, le jour :: #652 :: 13 commentaires
 

dimanche 11 mars 2007

565. Sophisme ?

Vaincre sa peur est jouissif.
Or un papa mouton fait peur.
Donc, un papa mouton est jouissif.
Par Bèrlebus, à 16:24 :: Au jour, le jour :: #650 :: 5 commentaires
 

vendredi 9 mars 2007

564. Classes vertes : 5 ème.

6ème expérience d’un séjour scolaire !

5 jours de « classes vertes ».
4 nuits sans contacts directs avec papa et maman.
3ème séjour à « La ferme du Monceau ».
2 autres fois à la mer.
1 seule envie : m’y rendre au plus vite !

Pourquoi ?
Mais pour rendre visite à celui qui fut mon pire ennemi, j’ai cité : le mouton.
Il faut dire qu’il m’avait foutu une telle trouille, la première fois.
La 2ème rencontre dans cette même ferme, il y a deux ans, nous avait réconcilié.

Dès avant le départ, c’est mon seul sujet de conversation : le papa mouton.
Mais que dire sur place…
J’en oublie presque mes autres sujets litaniques : Jordi ou l’alarme de l’école.
Je passerais mes journées à ses côtés dans la bergerie …enfin, derrière la barrière, quand même !
On m’a hélas limité les visites à deux par jour. Rien que pour moi.
Je m’assieds et écoute, réagissant à mon gré.
Ma peur est devenue plaisir.

Mis à part cela, je participe à toutes les activités.
Il faut parfois bien me faire comprendre que je n’ai pas le choix, comme tenir le sceau de graines pour donner à manger au poules. C’est tellement plus simple si on me met les graines dans la main.
Il y a bien le sifflement du lave vaisselle dans le réfectoire qui me rappelle le bruit strident de l’alarme de l’école, mais mes instituteurs et gardiennes sont là pour me rassurer. Et puis, cela ne dure pas longtemps.
Côté repas, je mange de tout, à leur grande surprise. Même du nouveau, comme un croque monsieur.
- Ça croustille trop !
…Mais je le mange quand même.
Le soir, je m’effondre plus tôt que d’habitude et m’endors sur le champs.

Aujourd’hui, je vais retrouver papa et maman, à qui je n’ai plus parlé depuis quatre jours. Ça va, je n’ai pas trop le blues.

NDLA : En ces quelques mots se déclinent tous les progrès de Lou depuis le début de ce blog.

(Cfr. tous les liens hypertextes pour ceux qui n’auraient pas lu le passé en ces pages :

2002 -2003
2004
2005 (articles entre le 14 et le 22 mars)
2006 et aussi
la suite

Photo des retrouvailles de Lou avec le papa mouton, il y a deux ans :
le petit prince et le mouton
Par Bèrlebus, à 11:31 :: Au jour, le jour :: #648 :: 7 commentaires
 


dimanche 4 mars 2007

563. Lou la malice (33) : Extrapolation

Pré requis :
Outre ma cécité et l’absence de septum*, j’ai aussi l’hypophyse sous développée. (* = voir sur la page introduction de ce site à propos de mon handicap).
Le développement insuffisant de cette glande du cerveau provoque ce que l’on appelle du « diabète insipide ». Cela veut dire que, sans médication, mon corps ne retient pas l'eau. Le liquide ressort de l’autre côté presque aussi vite qu'il n’a été ingurgité. Il faut donc m'injecter dans le nez, matin et soir, 0,05 millilitres d'un médicament liquide , à l'aide d'un minuscule tuyau/doseur pour que mes muqueuses nasales transmettent le médicament à mon organisme et que je puisse mener une vie normale. Il suffit d'un rhume ou d'un éternuement dans les cinq minutes qui suivent l'injection pour que le médicament ne fasse pas bien (ou pas du tout) son effet. J’ai alors tout le temps soif et dois me rendre régulièrement aux toilettes. Mais de tout cela, mes parents et moi-même sommes habitués : tous les matins, on commence par "le petit tuyau" comme un rite, une habitude aussi simple que de se brosser les dents.

(fin du pré requis)



L’autre jour, à l’école, une Maîtresse avec laquelle j’étais, a du s’absenter plusieurs fois pour aller au petit coin.

De retour à la maison, j’en ai déduit :
- Dis maman, madame …x… , elle a du aller souvent aux toilettes. Je crois que son petit tuyau n’a pas bien marché aujourd’hui.
Par Bèrlebus, à 16:21 :: Au jour, le jour :: #647 :: 8 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned