Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« février 2007 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et le mouvement

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

dimanche 25 février 2007

562. Le métier de papa

Grâce aux congés de carnaval, j’ai pu aller voir papa à son travail.
Je n’y avais jamais été.
Drôle de truc : plein de gens qui parlent entre eux, pas beaucoup de place, des câbles partout, bref, me blottir dans un coin près de lui et écouter.
Soudain, papa me prévient que je ne peux plus faire de bruit.
Il dit tout haut :
- Moteur.
Un autre dit :
- Silence.
Puis une madame dit :
- Tourne !
Puis l’autre qui reprend :
- Silence ! 1921 sur 3, première.
Puis un drôle de « clap ».
Plus un bruit.
Et enfin papa qui dit :
- Action.
Alors, des personnes – papa m’a expliqué que c’était des comédiens qui jouait le rôle du film qu’il fait - commencent à parler et se déplacer dans un silence religieux de la part de tous les autres.

Au bout d’un certain temps, papa dit :
- Coupez. Bon, on recommence. Il y a quelques petites choses à régler.
Puis il explique de drôles de truc :
- On a eu la perche dans le champs à un moment; il y a eu un petit mou au niveau du point durant le travelling; le mouvement de la dolly peut être un peu plus rapide ; il y a eu aussi une petite savonnette dans le dialogue et puis… (et il s’en va parler avec un des comédiens).

Vraiment bizarre le métier de papa.
Ma conclusion ?
Je l’ai réservé à maman, à notre retour à la maison :
- C’est drôle, quand papa, il parle à tout le monde, et qu’il dit « silence » ou « action », on dirait qu’il est un professeur d’école !

Photo :
Luc Boland en tournage
Par Bèrlebus, à 18:46 :: Au jour, le jour :: #646 :: 10 commentaires
 

dimanche 18 février 2007

560. Ma perception (8) : Acuité absolue

A moi, on ne me le fait pas… Je décode tout et parfois, de manière (d)étonnante.

Ainsi, par exemple, samedi dernier, j’ai été à la piscine avec maman et Eva.
Au début, il y avait un cours d’aérobic ou un truc du genre qui faisait du bruit. Bon, dans une piscine, il y a toujours beaucoup de chahut, réverbérant dans tous les sens, mais mon attention avait été attiré par ces sons là.
Après une bonne demi heure, j’ai fait remarquer à maman :
- T’entends, maman, tous les gens son partis !
De fait, vers midi, il n’y avait plus grand monde et surtout, le cours d’aquagym était terminé.
Jusque là, vous vous dites que cette anecdote est banale.
Attendez la suite.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 19:03 :: Au jour, le jour :: #644 :: 15 commentaires
 

samedi 10 février 2007

558. Chronique du temps qui passe 42

Mardi. 19h00 :
- Allô, papa ?
- Salut Chounet, comment vas-tu ?
- Bien. J’ai pas eu peur de l’alarme à l’école.
Changeant immédiatement de sujet :
- Bonjour Bèrlebus!
La voix grave et chaude me répond :
- Bonjour, Petit Chien Courage !
- Non, Jordi ! Bonjour, Jordi !
- Bonjour Jordi. Ça va bien, chez Bon-papy et Bonne-mamy ?
- Oui. Tu es où ?
- Je suis à mon travail. Je viens de terminer ma journée.
- Elle est où, maman ?
- Elle doit être en train de rentrer de son stage de formation. C’est pour cela que tu passes la semaine chez tes grands-parents.
- Hé, papa, l’alarme de l’école, elle ne va pas sonner ?
- Il n’y a aucune raison… Elle a sonné deux fois, la semaine passé… Elle ne va donc plus sonner avant longtemps.
- Dis, est-ce que maman a mis ma petite couette toute douce, mon nounours musique et mon coussin tout doux dans ma valise ?
- Oui, bien sûr.
A mon grand-père :
- Dis, Bonne-mamy, je peux avoir ma petit couette toute douce ?
- Elle est déjà dans ton lit.
- Tu veux bien aller la chercher ?
- On la retrouvera tout à l’heure, quand tu iras au lit.
- Je veux aller au lit.
Papa intervient :
- Tu dois encore manger ton repas, Loulou.
- J’ai faim.
Aussi sec :
- Au revoir papa.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 11:50 :: Au jour, le jour :: #642 :: 12 commentaires
 


samedi 3 février 2007

557. La loi des séries

La série des contretemps se poursuit.
La série de réactions positives où, à la surprise générale, je réagis comme un grand garçon aussi.

Le contexte ?
Mercredi, premier jour d’une longue …série à venir, où papa a juste le temps de m’embrasser à mon réveil avant de partir en « tournage », et où je ne le retrouve que le soir, au moment du souper.
Papa parti de grand matin, c’est donc maman qui me conduit systématiquement à l’école.
A mi parcours, en plein carrefour du Bois de la Cambre, le moteur s’arrête. Plus moyen de redémarrer. Bref instant de stress. Maman redouble d’optimisme et d’humour pour noyer mon inquiétude. Et ça marche. Je patiente calmement, malgré le fait que je ne puisse même plus écouter la radio dans la voiture : elle est aussi en panne.
Une demie heure durant, Maman multiplie les appels à l’aide sur son téléphone, en alternance avec des phrases rassurantes à mon attention.
Pas de chance, personne peut nous venir en aide, jusqu’à ce qu’enfin une solution soit trouvée. Bonne-Mamy va venir me chercher avec la voiture d’une amie pour me conduire à l’école.
Une heure plus tard, le dépanneur, Bonne-Mamy et son amie arrivent en même temps.
Hop, changement de véhicule et bisous à maman.
J’entame aussitôt ma tchatche avec l’amie de Bonne-Mamy :
- Bonjour, tu t’appelles comment ? Et tu connais Jordi ?
Chouette, elle ne le connaît pas, je vais pouvoir lui expliquer qui c’est et l’imiter.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 12:23 :: Au jour, le jour :: #641 :: 10 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned