Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mai 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et le vent

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

lundi 31 mai 2004

237. Casse-cou

Lou fait du tobbogan dans les escaliersJ'vous ai pas encore parlé de mon dernier trip un peu casse-cou.
Rien de tel en effet, en l'absence de plaine de jeux, que de faire le toboggan... dans les escaliers, pardi !
"Petit chien courage, tu peux pas faire le toboggan !"
Et hop, v'là que j'me laisse glisser sur les fesses tout le long d'une volée, rebondissant de marche en marche.
Ça secoue pas mal, j'vous l'garantis, mais avec des bonnes marches bien lisses et bien vernies, c'est presque plus mieux.
Bien sûr, j'ai déjà pris une gamelle paske j'ai perdu l'équilibre et me suis retourné... mais je m'suis pas fait bien mal et cela ne m'a donc pas refroidi.

Mais nooon, papa et maman n'attrapent pas de cheveux blancs, y z'ont pigés depuis longtemps qu'une cage d'escaliers est un endroit où justement je peux bien mesurer l'espace et ses limites, à l'inverse d'une grande pièce (Cfr. href="http://www.a-lou.com/fr/bloglou/index.php/2003/11/12/136-111LesEscaliers1" target="_blank">post 111 et post 112).
Par Bèrlebus, à 16:00 :: Au jour, le jour :: #268 :: aucun commentaire
 

vendredi 28 mai 2004

236. Pré-braille

Hé, les gars, savez quoi ?
J'commence à apprendre les lettres en braille à l'école. Bon O.K., c'est encore le stade du pré-braille 58/59. (cfr. post 58 et 59), c'est à dire, où j'apprends petit à petit à lire des lettres brailles en grand (chui pas encore cap' de déchiffrer des tous petits points mis les uns à côté des autres). Mais bon... C'est le début du grand apprentissage !
J'pige pas vraiment pourquoi on m'apprend à faire ça, car pour moi, lire, c'est actuellement sentir avec ma main des livres tactiles (Cfr. post 75) où je sens, par exemple, les différentes matières des maisons de chacun des trois petits cochons.
Y parait donc qu'en déchiffrant les combinaisons de ces six points (comme le "6" d'un dé), j'pourrai un jour lire. M'est avis que c'est pas de si tôt... mais y faut un début à tout. Et comme je "travaille bien avec mes petites mains" à l'école (dit ma maîtresse) – de mieux en mieux même-, accrochez-vous, j'entre dans la grande vie.
Logique puisque je fonce vers mes six ans !

Photo :
Lou en braille
Par Bèrlebus, à 15:13 :: Au jour, le jour :: #579 :: 2 commentaires
 

jeudi 27 mai 2004

235. Lou la malice (5)

Beau fixe comme le ciel bleu...
Mon humeur étant ce qu'elle est en ce moment, j'en rate pas une :

Hier, papa est rentré tard de son "mixage" (un drôle de mot ça : ça veut aussi dire travail, il paraît).
Il rentre dans la salle de bain où je patauge dans l'eau.
- Coucou mon papa !
- Coucou mon Loulou
(dans un grand bâillement)
- Qu'est ce qu'il y a, papa ?
- Rien, je bâille en te parlant
- T'es fâtigué mon papa ?
(sur un ton tendre et empli de compassion)
- Un petit peu...
- Pauvre papa... Va falloir faire un gros dodo pour bien te reposer. C'est pas grave, tsé...
J'entends alors papa et maman éclater de rire.
- Qu'est-ce qu'il y a ?
(avec un petit sourire en coin – chui pas dupe)
- On te trouve tout mignon, petit Lou...
- Bonjour Monsieur René ! T'es fatigué ?
- Oui, ze fui un petit peu fatigué, petit sien couraze...

(...)

Tout cela pourrait vous paraître futile et sans intérêt... et pourtant, c'est un signe parmi d'autres qui montre combien je rentre petit à petit dans la Vie... enfin, la vôtre.
Par Bèrlebus, à 15:09 :: Au jour, le jour :: #266 :: aucun commentaire
 

mercredi 26 mai 2004

234. L'air de rien.

Je vous disais que depuis quelques temps, je progressais... et bien oui ! Rien de très visible, mais une infinité de petits détails qui montrent à papa et maman que je grandis, et surtout, que je prends conscience de la vie, du monde qui m'entoure, de la notion du temps qui passe.

J'commence par exemple à parler au passé et au futur (avant cela, tout était au présent genre : "demain, je vais chez Bon-Papy").
J'commence aussi à poser plein de questions pertinentes par rapport à ce que j'entends autour de moi : "C'est qui qui parle ? C'est quoi qu'on entend ?".
Et puis surtout, papa et maman parviennent à me raisonner, du coup, les états de crise ou de colère que j'peux avoir lorsque je suis contredit ne durent guère.
Enfin, il y a mes déplacements dans les lieux que je connais où je prends de plus en plus d'assurance. Je vais tout seul de la table au salon, du canapé à ma bascule etc.

Bref, je sors petit à petit de mon "blindisme" (forme d'autisme lié à la cécité – je vous en reparlerai).

Conséquence de tout cela ? J'prends un solide goût à la vie, et cela me met de bonne humeur. Faut dire aussi qu'après avoir tout essayé, papa et maman en sont revenus à l'arme la plus redoutable avec moi : l'humour. Avec ça, vous pouvez me demander (presque) n'importe quoi !
...Et ça me plaît.
...Et je le leurs rends bien !

Photo :
Lou le doigt dans la bouche
Par Bèrlebus, à 15:08 :: Au jour, le jour :: #265 :: 2 commentaires
 

mardi 18 mai 2004

230. Cloclomania !

PodiumSi, si, vous avez bien lu... V'là que j'chante du Claude François (à moins que je devrais dire du Poelvoorde).
L'origine ? La boum pour les dix ans d'Eva. Papa lui a gravé des disques pour qu'ils puissent danser, et parmi les morceaux, y'avait les musiques du film Podium dont Eva, ses copains et copines rafollent. Pourtant, j'étais pas là à la boum puisque j'étais chez mes grands-parents. Faut dire que depuis, ma soeur écoute souvent ces deux compilations.
Bon O.K., ça change de
benjamin Biolay, Birkin, Gainsbourg, Coldplay , Les Strokes, Saint-Sens ou
Prokofiev... mais ce petit côté primesautier n'est pas pour me déplaire.

La meilleure dans tout cela ? C'est que d'habitude, je chante les airs que je connais en me contentant généralement de remplacer le texte par "Philippe", "Papa" ou "Monsieur René", ce qui donne, par exemple, pour les Strokes : "fi, fi, fi, fi, philiiiipe, fi, fi, fi, fi, philippe...".
J'vous dis pas la tronche de Papa et Maman lorsqu'hier, sur ma bascule, j'ai entonné : "La pendule de l'entrée s'est arrêtée sur midi, et à ce moment très précis, où tu m'as dis : je vais partir, et puis...".

V'là que c'est les textes de cloclo qui vont m'amener à chanter des chansons structurées ! Va falloir que mes parents revoient leur discographie, moi j'vous l'dit !
Par Bèrlebus, à 14:59 :: Au jour, le jour :: #261 :: 3 commentaires
 

mercredi 12 mai 2004

228. Tu m'énerves !

C'est mon dernier truc depuis quelques semaines : jouer et imiter les autres que j'entends parler sèchement, que ce soit à moi ou à d'autres.
Bref : "Tu m'énerves !" – "Arrête !" – "Tais-toi !" etc. sont rentrés dans mon disque dur, et rien de tel que les replacer à bon escient à Maman ou Papa.

Pas envie de sortir du bain ?
"Tais-toi, Maman ! Ça suffit !"

Je ne veux pas obéir ?
"Tu m'énerves, papa !"

On me dit de précisément de ne pas parler grossièrement ? J'renvoie la balle :
"Arrête de parler comme ça !"

On me dit que je fais le "bébé cadum ?"
"C'est toi qui fait le bébé cadum !"

Bon, évidemment,

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:49 :: Au jour, le jour :: #259 :: 3 commentaires
 

lundi 10 mai 2004

227. R.A.S.

anniversaire d'EvaBen ouais, j'vais pas causer pour causer...
Papa est toujours aussi débordé, mais je m'y suis fait (et lui aussi).
J'ai même compris qu'il avait pour le moment un autre bureau en dehors de la maison pour son travail. On s'retrouve le soir pour se faire des câlins ou des guili, et comme à ces moments-là, il est tout à moi, ça me donne le change.

Bref, rien à signaler quoi que... mais papa n'a pas le temps d'y penser.

Ah oui, quand même : ce week-end, c'était l'anniversaire de Eva qui fêtait en grandes pompes ses dix ans (jeux, goûter, boum, amies à dormir : la totale). Comme Papa et Maman voulait se consacrer rien qu'à elle et qu'il y allait avoir de l'ambiance à la maison, j'ai passé le week-end chez mes grands-parents où je m'suis bien marré aussi.
Par Bèrlebus, à 14:48 :: Au jour, le jour :: #258 :: aucun commentaire
 

jeudi 6 mai 2004

226. Y'a plus de doute !

pleine luneCette fois, le doute n'est plus permis : moi, la pleine lune, ça m'excite.
Bon, O.K., chui pas un petit Lou pour rien, mais quand même… Aussi étonnant que cela puisse paraître, j'ai pas besoin de la voir pour la sentir, moi, la lune.
J'vous en avais déjà parlé de mon rapport avec la lune, mais vous auriez pu croire à un concours de circonstance.
(voir post. 163)
Que nenni : les jours autour de la pleine lune, mon sommeil est différent puisque généralement j'me réveille vers deux heures du mat. et j'fais la guindaille pendant une ou deux heures avant de m'effondrer et finir ma nuit.
Ben ouais, moi, ma perception, elle est autrement développée que la vôtre : tout ce qui est ondes, rayons cosmiques, "tensions nerveuses", je les capte instantanément. C'est ma manière à moi de compenser mon absence d'informations visuelles.

D'ailleurs, j'comprends pas pourquoi papa ou maman y z'ont pas toujours le même feeling que moi. Du coup, la nuit, ils viennent me dire de dormir quand j'fais la bringue. J'ai pas envie moi !
Par Bèrlebus, à 14:47 :: Au jour, le jour :: #257 :: aucun commentaire
 

mardi 4 mai 2004

225. Chronique du temps qui passe (16)

Pourquoi papa il me dit que ça veut rien dire : "En piapaille mince chez Bon-Papy avec Marie-Anne" ?

On rentre de l'école en voiture, et il me questionne sur ma journée.
J'lui explique : "J'ai bien joué avec mes petites mains."
Papa : "C'est bien, et qu'est-ce que tu as fait avec tes petites mains ?"
- Du bricolage.
- C'est chouette ça, et qu'est ce que tu as bricolé ?
- Avec de la colle, j'ai mis la colle…
- Oui, mais qu'est ce que t'as collé ?
- Euh… Des poussins…

J'entends au ton de sa voix qu'il trouve ça bizarre : "Des poussins ?"
Bon, O.K., chui repéré… j'ai dit n'importe quoi : les poussins, c'était pour Pâques.
- Qu'est ce que tu as collé, Lou ?
J'raccroche la communication :
- J'ai collé chez Bon-Papy en piapaille mince avec Bon-papy et Marie-Anne.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:44 :: Au jour, le jour :: #256 :: aucun commentaire
 

lundi 3 mai 2004

224. Les cailloux

Lou dans la brouetteLa maison des Ardennes, rime avec cailloux
(et radiateurs, feux etc. - cfr. Post 88 à 92). J'vous ai donc déjà expliqué le pourquoi de mon plaisir des cailloux.
C'est tellement vrai que lorsque Papa et Maman m'annoncent qu'on va y aller, je saute de joie et demande tout de go si on ira dans les cailloux.
Faut dire que c'est difficile pour moi de me balader ailleurs dans la campagne : les ornières des chemins de terre, c'est horrible ! Et comme la poussette, elle passe pas non plus sur ces sentiers, j'me contente de la propriété et de ses cailloux.
De toute façon, chui pas un grand marcheur.

Et puis c'est tellement gai de prendre des cailloux en main, de les jeter, de les entendre tomber plus loin ou faire "toc" sur la voiture de papa… (hum… oui je sais, j'peux pas…). Par contre, remplir la brouette de cailloux, ça j'peux et m'en prive pas !

Faudrait que j'demande à mes parents d'acheter un bac à cailloux plutôt qu'un bac à sable pour la maison puisque le sable me fait peur. Pour sûr, j'prendrais mon pied !
Par Bèrlebus, à 14:40 :: Au jour, le jour :: #255 :: 24 commentaires
 


dimanche 2 mai 2004

223. En brouette…

Claire conduit Lou en brouetteA défaut de montagnes russes, je m'contente sans problème d'une ballade en brouette ! Chaque fois qu'on va en Ardennes, j'm'en paie quelques tranches de plaisir, à charge de papa ou maman de me promener ainsi.

Ben oui… c'est pas que ch'sois paresseux (quoi que…), mais c'est tellement agréable de se faire véhiculer ainsi. Faut dire que c'est un moyen de locomotion assez rustique : ça tangue à gauche, à droite ; y'a les départs et arrêts plutôt virils ; bref, j'me paie des petites peurs comme je les aime. Sourire banane garanti !
Et puis, ça m'permet de jouer à "feux rouges – feux verts", de crier ma joie…

Ce week-end,

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:31 :: Au jour, le jour :: #254 :: aucun commentaire
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned