Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2009
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et l’espace

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

Résultats de votre recherche de classe verte.

mardi 23 juin 2009

670. Le son de l’autre bout du monde (Lou, la malice 45)

Quatre jours sans papa et maman.
Non pas en classe verte, mais chez Zabeth, François, Martin et Claire, respectivemen,t, ma tante, mon oncle, mon cousin et ma cousine. Un des coins répit pour mes vieux. Un festival en Grèce.

Le coup de téléphone du soir.
Ça faisait des drôles de sons. Une sorte d’écho.
- C’est drôle ta voix ! Pourquoi elle est comme ça, maman ?
- Parce que je suis loin, très loin. A Athènes, en Grèce.
- Va encore plus loin !
Rires à l’autre bout du monde.
Riant à mon tour de moi-même :
- “Va encore plus loin”, l’autre !

(NDLA : voir le lien à propos de ce festival)
Par Bèrlebus, à 18:26 :: Au jour, le jour :: #764 :: 6 commentaires
 

lundi 2 mars 2009

652. A l’hôpital

Je n’ai jamais aimé l’hôpital, synonyme pour moi de pleins de désagréments dont les piqûres, les “pas-bouger”, les électrodes et les pleurs stressants des autres enfants. Mais avec le temps, une bonne dose d’encouragements et de réassurances permanentes, je finis par m’y faire.

Ainsi, je me suis retrouvé hospitalisé pour 24 heures.
Je n’étais pas malade, non, mais il fallait, paraît-il, analyser mon sommeil pour que je dorme mieux.
Au programme : prise de sang toutes les deux heures en journée et toutes les heures la nuit.
- Je veux pas de piqûre ! Pas de petite piqûre !
- Tout va bien se passer, Lou. On va juste te mettre une crème pour que tu ne sentes rien...
- Non, je veux pas ! Pas la crème !
Lilli, l’adorable infirmière :
- Alleï, Manneke, tu dois faire confiance. Moi, je te dis que tu auras pas mal avec cette crème.
Après insistance, j’ai obtempéré. Sa franchise me plaisait bien.
Une heure plus tard, est venu le moment de la piqûre. Panique à bord, mais au final, le catétère était en place.
J’étais plutôt rassuré à l’idée qu’on ne me piquerait qu’une seule fois, bien que cet énorme bandage qui immobilisait ma main fût plutôt emmerdant.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 10:58 :: Au jour, le jour :: #746 :: 9 commentaires
 

mardi 10 février 2009

651. Le Petit Prince heureux et doux comme un mouton

Ravi.
Je suis ravi de ma semaine en classes vertes.
Seul le deuxième jour fut un peu plus difficile à cause du refus du papa mouton.
Avant de quitter la ferme, j’ai été le salué, histoire qu’on cause une dernière fois « mouton » tous les deux. On est tellement pote maintenant que je m’assieds dans le foin, à ses côtés. Je l’imite à la perfection –ce n’est pas nouveau* –, tout comme ses congénères de la ferme, avec toutes leurs nuances : du chevreau à la chèvre, du mouton à l’agneau, du content au fâché, du bêêê au mêêê…
Mon « recorder player » a fonctionné à plein régime pendant ce séjour.
Dans la voiture me ramenant à la maison, mes vieux ont eu droit à une démonstration dans les règles.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:13 :: Au jour, le jour :: #745 :: 8 commentaires
 

mercredi 4 février 2009

650. Retrouvailles (le Petit Prince et le mouton)

Si la perspective de me retrouver à nouveau cinq jours sans papa et maman a par moment limité mon enthousiasme, celle de retrouver celui qui fut mon pire ennemi, mais devenu depuis lors mon ami, m’excite au plus haut point.

Ainsi, depuis lundi je suis en classe verte à la ferme du Monceau où se trouve le papa mouton.
Dès mon arrivée, j’ai bassiné mon instituteur afin de pouvoir aller saluer mon pote. Devant mon insistance – je suis un spécialiste du genre -, j’ai rapidement eu gain de cause.
Plaisir suprême, bêlement à la clé. Cela m’a mis de bonne composition pour le reste de la journée.

Hier, mardi, rebelotte. Il me fallait saluer le papa mouton pour pouvoir ensuite coopérer aux différentes activités. Hélas, j’ai eu beau carresser l’animal, celui-ci était trop occupé à manger que pour daigner me faire un bêlement.
Moralité, cela m’a mis d’une humeur relative pour le reste de la journée.

P’t’être qu’aujourd’hui, nous serons tous deux de meilleure composition...

P.S. : Chouette, je ne suis pas le seul à me réveiller à quatre heure du mat . J’ai trouvé un partenaire dans ma chambrée... mais hélas, on nous a prié de nous taire.
Par Bèrlebus, à 10:36 :: Au jour, le jour :: #744 :: 4 commentaires
 

vendredi 21 novembre 2008

643. Le recorder-player

les sons casque LouEnregistrer dans mon disque dur et reproduire.
Telles sont ma passion et ma saveur sur cette terre.
Je suis le “recorder” et plus que jamais, le “player”.

Depuis que j’ai chanté avec Maurane – nous avions passé trente-cinq minutes ensemble derrière le piano, mais cela, le reportage ne le montre pas -, je ne cesse de travailler ma voix et d’essayer de nouvelles nuances, de nouveaux sons. Que ce soit en chantant derrière mon nouveau piano - j’imite alors ses tremolos ou sa voix chaude de Bèrlebus- , ou que ce soit au gré de mes imitations qui occupent une bonne partie du reste de mon temps.

- Ecoute, papa, comme j’imite bien…
Rajoutez en fin phrase, au choix :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:01 :: Un monde à moi :: #737 :: 5 commentaires
 

lundi 10 septembre 2007

593. Apothéose

Quelle fut ma surprise, lorsque le dernier jour de vacances, en passant chez tonton Jean, on m'a emmené dans une bergerie.

- Le papa mouton !
Plein de papa mouton ! Le bonheur absolu.

Photo (Lou tenant un agneau dans les bras et le caressant) :

le petit prince et le mouton

A la clé, une nouvelle galerie de photos pour illustrer cet « événement » : Le Petit Prince et le mouton
Par Bèrlebus, à 19:26 :: Au jour, le jour :: #678 :: 11 commentaires
 

mardi 29 mai 2007

578. Melting pot et pot-pourri

le petit prince et la vacheTranches de vie quotidienne en guise de pot-pourri :

- Dis, papa, est-ce que je peux écouter le film des classes vertes à la ferme ?
- Non, Loulou, tu l’as déjà écouté ce matin.
- Oui, mais j’ai encore envie d’écouter le papa mouton.
C’est vrai, j’ai oublié de vous dire que Monsieur Guy a filmé notre semaine à la ferme et a offert un résumé en DVD à chaque enfant de la classe.
Depuis quinze jours, je peux donc entendre et réentendre ces souvenirs et revivre ces émotions passées, comme dans le film que papa a fait sur moi. Je m’entends aller donner à manger au papa mouton, traire la vache, me balader à cheval, râler à la plaine de jeux aussi…
- Maman ? Est-ce que je peux écouter le film des classes vertes ?
- Tu as entendu ce que papa t’as dit et je suis d’accord avec lui.
M …, ça n’a pas marché.


Dans le fauteuil.
- Papa, écoute : Bêêêêê… Bââââ… le papa mouton fait « A » et pas « Ê » !
- Oui, Lou, je sais. Tu me l’a déjà dit.
- Bâââââ… Bèrlebus, dis au papa mouton de ne pas pleurer… Que ça va passer, que Bruno, il va bientôt venir…
- Chounet, je n’ai pas toujours envie de répéter la même chose…

lire la suite

Par Bèrlebus, à 15:53 :: Au jour, le jour :: #663 :: 17 commentaires
 

mercredi 2 mai 2007

573. Choux vert et vert choux : vache, veau et mouton

(photo puis texte)
Lou et les vaches
Quatre jours dans la maison de campagne .

Comment ? Je ne vais pas entendre le radiateur dans ma chambre parce qu’il fait trop chaud ? Mais cela ne va pas du tout.
Malgré mon insistance, je n’y aurai pas droit.
Qu’importe, car durant ce séjour, je flashe sur tout autre chose.

la fermeDès notre arrivée, mon attention est attirée par des beuglements incessants émanant de la ferme, distante d’une bonne centaine de mètres.
- Je peux aller écouter le papa mouton ?
- Oui, vas-y, Loulou, mais ce sont des vaches.
Le temps de me resituer, ni une, ni deux, je descends le chemin vers la maison des fermiers. Rien de plus facile, le gravier et les bordures d’herbe me servant de rails sensitifs sous mes pieds.
Maman me suit néanmoins pour s’assurer que tout va bien.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 09:13 :: Au jour, le jour :: #658 :: 10 commentaires
 

vendredi 20 avril 2007

571. Le mouton vu par le petit prince

Descriptif de la photo :
Un bricolage que j’ai accepté de faire au « groupe de jour » de l’école. Une étable à ma façon, avec… le mouton.
Je lui ai fait un mur, un toit, la paille, sa fourrure de laine, la tête, les oreilles, les pattes et même les yeux et la bouche.

Photo :
Le mouton vu par le petit prince


P.S. : Une nouvelle info pour les curieux.
Par Bèrlebus, à 16:58 :: Un monde à moi :: #656 :: 12 commentaires
 

jeudi 15 mars 2007

566. Lou la malice (34) : Carte postale

Moi, obsédé ?
Qu’il soit positif ou négatif, j’aime m’immerger dans un événement qui me prend les tripes. Il n’y en a alors plus que pour lui.
Seul un nouvel événement* peut venir le remplacer et ainsi lui succéder.

Une carte postale envoyé depuis mes classes vertes résume bien le ton du moment (au cas où vous n’auriez pas encore compris) :

Bonjour papa, maman et Eva.
Le papa mouton fait bèèèè.
J’ai parlé tout le temps du papa mouton et Monsieur Guy en avait marre.

Lou


(* NDLA : …et ils sont nombreux, ces événements, à ainsi se succéder en ces pages depuis septembre 2003 ! )
;-)

Photo (la lettre en braille de Lou) :

Par Bèrlebus, à 10:17 :: Lou la malice :: #651 :: 6 commentaires
 

vendredi 9 mars 2007

564. Classes vertes : 5 ème.

6ème expérience d’un séjour scolaire !

5 jours de « classes vertes ».
4 nuits sans contacts directs avec papa et maman.
3ème séjour à « La ferme du Monceau ».
2 autres fois à la mer.
1 seule envie : m’y rendre au plus vite !

Pourquoi ?
Mais pour rendre visite à celui qui fut mon pire ennemi, j’ai cité : le mouton.
Il faut dire qu’il m’avait foutu une telle trouille, la première fois.
La 2ème rencontre dans cette même ferme, il y a deux ans, nous avait réconcilié.

Dès avant le départ, c’est mon seul sujet de conversation : le papa mouton.
Mais que dire sur place…
J’en oublie presque mes autres sujets litaniques : Jordi ou l’alarme de l’école.
Je passerais mes journées à ses côtés dans la bergerie …enfin, derrière la barrière, quand même !
On m’a hélas limité les visites à deux par jour. Rien que pour moi.
Je m’assieds et écoute, réagissant à mon gré.
Ma peur est devenue plaisir.

Mis à part cela, je participe à toutes les activités.
Il faut parfois bien me faire comprendre que je n’ai pas le choix, comme tenir le sceau de graines pour donner à manger au poules. C’est tellement plus simple si on me met les graines dans la main.
Il y a bien le sifflement du lave vaisselle dans le réfectoire qui me rappelle le bruit strident de l’alarme de l’école, mais mes instituteurs et gardiennes sont là pour me rassurer. Et puis, cela ne dure pas longtemps.
Côté repas, je mange de tout, à leur grande surprise. Même du nouveau, comme un croque monsieur.
- Ça croustille trop !
…Mais je le mange quand même.
Le soir, je m’effondre plus tôt que d’habitude et m’endors sur le champs.

Aujourd’hui, je vais retrouver papa et maman, à qui je n’ai plus parlé depuis quatre jours. Ça va, je n’ai pas trop le blues.

NDLA : En ces quelques mots se déclinent tous les progrès de Lou depuis le début de ce blog.

(Cfr. tous les liens hypertextes pour ceux qui n’auraient pas lu le passé en ces pages :

2002 -2003
2004
2005 (articles entre le 14 et le 22 mars)
2006 et aussi
la suite

Photo des retrouvailles de Lou avec le papa mouton, il y a deux ans :
le petit prince et le mouton
Par Bèrlebus, à 11:31 :: Au jour, le jour :: #648 :: 7 commentaires
 

mardi 28 mars 2006

488. Le grand Lou et le grand large

(récit d'une semaine de "classe de mer")

Lundi, au moment du départ, je me paye un léger stress.
Perte de repères. Logique.
Derniers bisous. Montée dans le car. Je m'apaise quelques peu.
Le trajet se passe sans soucis.
Arrivé à la mer, je refuse néanmoins de manger le moindre repas tout au long de la journée.

Mardi matin, bien qu'ayant le ventre vide, j'évacue mes peurs en commençant par une bonne indigestion.
Rien de tel, moi je vous le dis : le corps une fois nettoyé, je suis fin prêt à vivre l'Aventure.
Le temps de me remettre de mes émotions, je deviens gai comme un pinson, chantonnant, souriant et participant à tout ce qui m'est imposé.

Jours après jours, j'épate la galerie. Les éducateurs et professeurs n'en reviennent pas. Il faut dire que j'ai pas le temps de broyer du noir : l'emploi du temps est chargé. De nombreuses activités égrènent les journées : balades sur la digue, sur la plage, dans les dunes, en cuistax, en tram, en bateau dans l'estuaire de l'Yser à Nieuwport, ou encore la visite du Mercator à Ostende, bref, un vrai programme de ministre en visite officielle.
S'il n'y avait ce vent froid et la mer glaciale, j'aurais même bien été taquiner les vagues.

L'air du grand large creusant l'appétit, je me résouds aussi à manger tout ce qui m'est proposé et m'adapte à tout. Ainsi, j'accepte d'être indifféremment nourri par quiconque de disponible.
Mieux, à défaut d'autre chose, j'accepte une série de nouveautés que jusqu'alors je refusais obstinément : mange une gauffre au sucre, boire au goulot d'une bouteille...

Chaque soir, je suis ravi de retrouver ma petite couette toute douce et m'endors comme un bienheureux.

Vendredi, au moment de monter dans le bus pour rentrer à Bruxelles, un de mes potes de classe se met à pleurer parce qu'il n'a pas envie de quitter la mer. L'idée me séduit : je resterais bien aussi encore un peu et le fais savoir. S'il n'y avait la perspective de retrouver mes parents, je me mettrais bien aussi à pleurer pour faire pression !

A l'arrivée, je ne manifeste même pas d'exaltation lors des retrouvailles. Lorsque papa me donne la main pour descendre de l'autocar, la première chose que je lui dis, c'est :
- Dis papa, tu veux bien enlever le sparadrap qui est sur ta main ?
Ben oui, j'ai horreur des sparadraps !

Ce quatrième voyage en classes vertes fut sans conteste, une belle expérience.

Archives :
- Premières classes vertes
- Secondes classes vertes
- Troisième classes vertes
Par Bèrlebus, à 15:03 :: Au jour, le jour :: #564 :: 20 commentaires
 

lundi 18 avril 2005

398. Et ta soeur ?

...elle bat le beurre !
(souvenir des classes vertes)

photo :
le beurre

(merci à toute l'équipe de l'IRSA pour ces belles photos)
Par Bèrlebus, à 17:50 :: Au jour, le jour :: #451 :: un commentaire
 

samedi 16 avril 2005

397. Apprivoise-moi

...dit le Petit Prince.
Quand je vous disais que j'ai plus peur du mouton!

(souvenir des classes vertes)

photo :
le petit prince et le mouton
dessine-moi un mouton
(merci à toute l'équipe de l'IRSA pour ces belles photos)
Par Bèrlebus, à 11:36 :: Sans parole :: #449 :: 13 commentaires
 

mardi 5 avril 2005

392. Je veux aller à l'école

- Dis papa, j'ai envie d'aller à l'école.
- Dis, c'est quand lundi ?
- J'ai envie de revoir Monsieur Guy.
- J'aime pas les vacances.
- On est bientôt lundi !

Si, si, vous avez bien lu : je veux retourner à l'école. Même que parfois j'en râle !
Bon, je vous explique ma logique qui justifie cette hâte soudaine.

Primo, j'me paie juste un trip pask'en général, j'aime pas le changement. En d'autres mots, le terme "vacances", à défaut d'un voyage, ça m'inspire rien de bon.
Secundo, avec la semaine de "classes vertes" à la ferme, Monsieur Guy (mon instit.) est devenu mon pot.
Tertio, lors de la première semaine de vacances, j'ai été en garderie à l'école. Et pour l'occasion, j'ai pris le bus pour y aller (alors que durant l'année, je ne le prends que pour rentrer le soir). Et ça, ça m'a bien kiffé.
Quarto, je m'y suis bien marré pask'on a fait plein d'activités.
Enfin, la chorale, le cours de djembé, Martine la psychomotricienne, Elisabeth mon éducatrice et tous les autres... me manquent !
C.Q.F.D.

Moralité, bien qu'on ait été à Pâques dans la maison des Ardennes, que maman soit en congé cette semaine et qu'on va régulièrement s'éclater à la plaine de jeu ou la piscine pendant que papa travaille, j'e n'attends qu'une chose : lundi prochain.
Par Bèrlebus, à 15:01 :: Au jour, le jour :: #444 :: 4 commentaires
 

jeudi 24 mars 2005

389. La pédale wawa

Avec ces classes vertes, y'a un truc que j'ai oublié de vous raconter.
Deux fois par semaine, à l'école, on a cours de djembé.
Autant dire que je m'y éclate, et que de retour à la maison, mes vieux ont droit à une démonstration puisque j'en ai un à moi.

Sauf que l'autre jour, en classe, y'a quelqu'un qui a amené une guitare électrique.
Jusque là, ça me branche.
Là où ça n'a pas du tout été, c'est quand le son de la guitare s'est complètement déformé.
Ça m'a foutu un coup de panique de chez "Panic and Co.".
Pour me consoler, on m'a expliqué que c'était à cause de la pédale "wawa".
Y parait que ça sert à déformer le son exprès.
N'empêche...

Autant dire que depuis, "la pédale wawa" est entré dans le top dix de mon "monde à moi", et que je la mets à toutes les sauces.
Par Bèrlebus, à 17:51 :: Au jour, le jour :: #441 :: 3 commentaires
 

lundi 14 mars 2005

381. En classe verte.

Cinq jours, dis !
Si, si, cinq jours sans papa et maman !
Ce lundi, chui parti en classe verte avec Monsieur Guy dans la ferme où j'ai déjà été pendant un plus court séjour (2 jours), il y a deux ans (vous savez, l'histoire du mouton qui m'a bêlé dans l'oreille).

Ça fait un petit temps que mon prof et mes vieux m'y préparaient.
Et vas-y qu'en classe on apprenne le nom des animaux de la ferme (mâles, femelles et petits), et qu'à la maison, on égraine lentement les jours et les semaines avant le départ.
Paske pour tout vous dire, la perspective m'excite beaucoup (j'adore la campagne). Bref, il a pas fallu me prier.
Tchao papa, tchao maman !

(à suivre donc...)
Par Bèrlebus, à 13:56 :: Au jour, le jour :: #431 :: un commentaire
 

mercredi 15 décembre 2004

346. Motivation suprême

Eva est partie en classe verte pour une semaine.
Et ô surprise, elle a fait la même chose que papa en pareille circonstance : elle m'a enregistré une histoire sur une cassette à défaut d'être à mes côtés.
Et quelle histoire ! Elle a repris un récit qu'elle a inventé et qui me botte par dessus tout. Y'a tous les ingrédients que j'aime : Monsieur René, le Petit Chien Courage, Madame Martine (un personnage qu'elle a imaginé rien que pour moi) etc.

Bref, depuis lundi, j'l'écoute en boucle.
Du coup, ce matin, au petit déjeuner, j'ai demandé à maman de rebobiner la cassettes... le temps que j'aille à la toilette ! Ben oui, j'savais qu'on devrait bientôt partir à l'école, or si maman m'accompagnait...
Ainsi donc, déterminé, je suis parti pour la première fois tout seul à la toilette.
Contournement de l'escalier qui monte, virage au poteau, descente de l'escalier, re 180°, tirer la porte, descendre le pantalon et le caleçon, m'asseoir, m'exécuter, tirer la chasse, et le trajet retour. Le tout en un temps record, moi qui aime tant traîner et faire mes vocalises dans les escaliers !

Hé oui... Y'a des moments où j'm'épate.
Enfin, j'veux dire que quand j'entends mes vieux me féliciter, ça m'chatouille les zygomatiques, et j'aime ça !
Par Bèrlebus, à 12:30 :: Au jour, le jour :: #387 :: 4 commentaires
 

jeudi 22 janvier 2004

157. Ma Maîtresse (et tous les autres)

Marie-Anne et Lou en classes vertesPapa, y cause tout le temps à ma place et y'en a que pour moi, pour lui et parfois maman. Or en réalité, mouman elle s'occupe énormément de moi et elle fait preuve d'une imagination et d'une patience incroyable.

Et puis, en dehors de la maison, y'a l'école et ma Maîtresse adorée qui m'accompagne depuis trois ans : Marie-Anne.
J'l'adore et j'peux vous dire qu'elle bosse comme une malade avec les sept loustics dans mon genre. Elle ménage pas sa peine et ça, papa et maman s'en rendent pas toujours compte. Quoique.
Un exemple ?

lire la suite

Par Bèrlebus, à 10:38 :: Infos :: #183 :: 2 commentaires
 


jeudi 9 octobre 2003

50. Le mouton !

L'année passée, à l'école, j'ai été en "classe verte" dans une ferme spécialement aménagée pour la découverte de la vie à la campagne. 3 jours sans papa et maman qui, je le devine, en ont profité pour souffler un coup. Ce fut super chouette... à l'exception d'un petit incident qui m'a profondément marqué.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:54 :: Un monde à moi :: #74 :: un commentaire
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned