Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2009
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et les guili

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

Résultats de votre recherche de gros mots+merde.

mercredi 9 mars 2005

379. P.D.

Lorsqu'on joue à "Geert et ses piles usées", le grand plaisir est que le personnage, n'ayant plus toutes ses facultés faute d'énergie, se mette à dire des gros mots en tous genres.
Quoique...

Hier, alors que je jouais à avoir mes piles très très usées, j'ai lâché comme d'hab. :
- Bzzz bzzzz, pipi, pi-pilusées... crot, prout, bordel de merde de putain...
Comme d'hab., papa a joué à se fâcher, parce que j'avais pas rechargé mes piles. J'en ai donc rajouté une couche en lâchant :
- P.D. !
A ma grande surprise, maman est intervenue.
- Là, non, Lou. Je ne suis pas d'accord que tu utilises le mot P.D. comme gros mot.
- Qu'est ce qu'il y a maman ?
- Il y a simplement que c'est pas un gros mot.
Papa qui lavait les casseroles est intervenu :
- Tu vois, Lou, Un P.D., c'est un homme qui aime un autre homme.
Eva, toute proche, s'y est mise.
- Mais c'est un gros mot quand même !
Maman nous a alors expliqué que non, que c'était un mot pour définir les hommes qui aiment les autres hommes. Et il n'y a rien de mal à cela.
Papa en a remis une couche :
- C'est l'usage qu'on en fait. C'est comme si j'utilisais le mot "aveugle" comme un gros mot, alors qu'il désigne ceux qui n'ont pas de vues : ce serait du racisme vis-à-vis d'une différence. Et bien c'est la même chose pour les P.D. .
J'ai débriefé :
- C'est pas poli alors ?
- Non, c'est tout simplement pas gentil.

Soit.
Il me reste encore bien d'autres gros mots à utiliser...

NDL'auteur/papa : Ceci dit et pour être cohérent, il faudrait donc bannir aussi le mot "putain" ! Mais chaque chose en son temps. ;-)
Par Bèrlebus, à 18:54 :: Au jour, le jour :: #429 :: 7 commentaires
 

mercredi 23 février 2005

374. Je t'emmerde, papa !

Tout a commencé lorsque, jouant cool sur mon piano, j'ai demandé à maman puis à papa "de mettre les trois notes". Faut savoir que mon grand plaisir sur le synthé, est de jouer sur les octaves du haut avec un accompagnement standardisé de blues ou de reggae dont je varie le ton en appuyant sur les octaves du bas.
Mais une fois de plus, mes vieux n'ont rien pigé.
- C'est quoi les trois notes, Lou ?
- Les trois notes.
Devant leur incompréhension totale, je me suis alors énervé et ai commencé à pincer papa.
- Je veux que tu mettes les trois notes !
- Tu ne me parles pas comme ça, mon fils et on ne pince pas !
Chui devenu rouge pivoine et ai piqué une de ces colères.
Papa a alors exigé que soit je me taise, soit je le demande gentiment, mais j'étais trop vexé. Bref, comme je hurlais et voulais tout renverser et tout casser, il m'a mis dans le coin pour que je me calme.
C'est là que j'ai vidé mon fiel. J'ai éructé pendant cinq bonnes minutes, puis, devant l'absence de réaction, j'lui ai adressé tous mes gros mots (...à bon escient) :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:27 :: Au jour, le jour :: #423 :: 16 commentaires
 

dimanche 13 février 2005

368. Une semaine sans papa

Ça y est, cette fois papa est parti pour son travail-du-film pour toute la semaine.
Il est dans une ville trop loin que pour rentrer tous les soirs. C'est bête paske pendant ce temps là, moi, chui en vacances.

Mais qu'importe, je m'accommode de tout, et puis maman m'a préparé un chouette programme (à suivre).

Tous les soirs, il nous téléphone pour prendre de nos nouvelles :
- Coucou, mon Loulou.
- Petit Chien Courage et Elisabeth jouent avec Monsieur René dans le bain, papa !
- Dis, mon fils, si tu me disais d'abord bonjour.
- Bonjour, papa. Fais Monsieur René qui écrase "Muse" dans le fauteuil.
- Au téléphone, ça va être difficile. Et comment vas-tu ?
- Bien, mais "Archive" a téléphoné à Bon-Papy pour dire des gros mots de Geert qui a ses piles usées .

Bref, au téléphone, rien de neuf... C'est un jouet comme le "répéteur" ou l'éléphant. Papa, il a qu'à jouer, pardi !

- Bon, mon Loulou, tu me dis ce que tu as fait aujourd'hui ?
- On a été à la plaine de jeu et voir Viviane. Mais, papa, est-ce qu'on peut dire des gros mots pour rire, putain de bordel de merde de nondidjiou ? (sic !)
- Pour rire, mon Bonhomme.
- Je t'aime, mon papa que j'aime.
- Moi aussi mon Loulou.
- ... Non, mon Chouchounet que j'aime !
- Moi aussi, mon Chouchounet que j'aime.

photo :
petit prince et son papa
Par Bèrlebus, à 12:18 :: Au jour, le jour :: #416 :: 2 commentaires
 

mardi 4 janvier 2005

353. Geert et les piles usées

(...ou du plaisir des mots interdits)

Chai plus quand ça a commencé. Y'a un mois environ, lors d'un petit déjeuner du dimanche matin en tête à tête avec papa.
Comme j'aime bien manger pendant qu'on m'invente une histoire avec les ingrédients de ma planète (ou des références que je connais), le sujet tourne toujours autour de Monsieur René, du Petit Chien Courage , des Papous, de mon voisin Geert, Patrick etc.

Ainsi donc, dans le cas présent, papa imagina l'histoire suivante :
Monsieur René, Geert et le Petit Chien Courage sont en balade en forêt (pour du semblant, hein !). Mais voilà, il sont perdus.
Monsieur René : "Alors, f'est par où qu'il faut aller ? Au fecours, on a perdu notre femin." Le problème, voyez-vous, c'est que Geert a trop marché et ses piles sont usées comme parfois mon éléphant-qui-répète-tout-ce-que-je-dis .
A ma grande surprise, papa se met donc à imiter le dit éléphant (NDL : sa voix ressemble alors assez fort à celle de E.T., l'extraterrestre quand il dit : "E.T. phone home") :
- gnnn... gnnnn... gnnn... Geert, piles usées, piles usées, pi... pi... pi...
L'idée me fait tellement rire que le morceau de tartine que j'ai en bouche ressort illico.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:01 :: Au jour, le jour :: #397 :: 5 commentaires
 

jeudi 11 novembre 2004

326. Petit déjeuner avec les papous

11 Novembre.
Un jeudi de congé.
Sept heures trente. Papa se lève pour moi.
Chouette, un papa rien que pour moi !
On prend le petit déj. à deux.
Comme le veut maintenant le tradition (depuis que l'écoute de cassettes audio est bannie de mes repas), j'lui demande de me raconter une histoire de Papous.
Le topo qui me branche pour le moment, c'est que les papous viennent voir Patrick pour aller au jeu de nuit d'Halloween.
Voilà en gros la structure de l'histoire.
Papa hésite. Il voudrait en inventer une nouvelle.
Je rechigne.
Finalement je marque mon accord sur quelques modifs au scénario.

Il commence.
- Non, pas prendre l'avion, papa...
- Lou, laisse-moi raconter l'histoire... Un peu de patience.
- Et alors les papous arrivent devant la maison de Patrick...
- Non, ils prennent l'avion et puis seulement, il arrivent à la maison de Patrick.
- Et ils sonnent...

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:50 :: Au jour, le jour :: #364 :: 27 commentaires
 

mercredi 13 octobre 2004

314. Par dessus bord !

Lou dans les escaliersBen oui, ça devait arriver un jour...
Ch'sort de la salle de bain, et comme d'hab. maman me laisse descendre l'escalier tout seul.
Comme d'hab. aussi, j'descend à mon rythme, explorant toutes les manières possibles d'appréhender les marches (voir : post 111 et post 112).
Seulement voilà, comme j'connais par coeur la topographie du lieu, j'me mets à investiguer depuis peu toutes les possibilités qu'offre la rampe.
Maman m'a bien mis en garde depuis plusieurs jours (elle m'a même interdit de passer la jambe par dessus bord), mais comme chui têtu...
Bref, j'sais plus comme c'est arrivé, mais toujours est-il que je me retrouve de l'autre côté, suspendu dans le vide au dessus de la volée d'escalier suivante, et me retenant à la rampe comme un cascadeur sur une gouttière.
Ma première réaction, est de dire : "Merde", calmement ! Ben oui, pour une fois que j'peux l'utiliser à bon escient...
M'entendant, papa qui est dans le salon ne s'inquiète pas, pensant qu'une fois de plus je joue avec les gros mots.
Toujours zen, j'me mets à appeler maman. Une fois, deux fois.
Pas de réaction.
La panique me gagne et j'prends un autre ton :
- Mamaaaaan !
Elle sort aussitôt de la salle de bain et me découvre ainsi. J'l'entends dévaler l'escalier et enfin, je sens ses mains me secourir.
J'dois reconnaître que j'en mène plus très large. Elle me prend dans ses bras et me félicite pour mon sang-froid. Du coup, l'incident prend presque une tournure comique, maman m'aidant à le dédramatiser.

Conclusion, vous auriez du voir mon sourire banane lorsqu'enfin en bas, j'ai tout raconté à papa.
Par Bèrlebus, à 20:16 :: Au jour, le jour :: #350 :: 7 commentaires
 

mardi 17 août 2004

280. Les gros mots apprivoisés

Vacances riment avec liberté, c'est bien connu...
J'en ai donc profité pour améliorer mon répertoire de gros mots (cfr. les posts sur les gros mots). Pas besoin de papa pour cela : il suffit d'écouter Vincent Delerm, Benjamin Biolay, Birkin et Mickey 3D (...) pour en entendre un florilège. Et puis, de toute façon, si un quidam en prononce un à quelques mètres de moi, je le repère instantanément... et le dénonce !

Mon grand jeu de ces vacances a donc été de faire enchaîner une kyrielle des gros mots à mes personnages imaginaires (Merlu, Monsieur ou Petit Chien Courage) : "Crac-boum-zute-flute", "Putain de bordel de merde de nondidju" etc...
Cool, mes parents m'ont laissé apprivoiser ce langage singulier tout en me mettant bien en garde : pas question de jouer avec les gros mots en dehors de la famille c'est à dire à l'hôtel, au resto, dans la rue et surtout, à l'école, même que j'ai bien compris le message :
- Les gros mots, c'est pour rire, hein papa. A l'école je pourrai plus dire de gros mots.
- C'est juste, Loulou, sinon Monsieur Guy, Marie-Anne, Elisa, Martine ou Elisabeth se fâcheront très fort et auront raison.
- Oui, mais c'est pour du semblant ! Et au restaurant aussi, on ne peut pas dire de gros mots, hein papa ?

Ben oui, mon langage s'enrichit, jour après jour, et à tous les niveaux, siou-plaît !
La preuve ? J'commence à maîtriser le futur et le passé des verbes.
Par Bèrlebus, à 13:55 :: Au jour, le jour :: #314 :: 2 commentaires
 

vendredi 30 juillet 2004

274. Papa dans le coin ! (...pour rire, hein!)

De retour d'angleterre, je pétais la forme !

Une fois sorti du bain, j'ai commencé à enlever mon pijama dans le living de l'appartement et à faire des cabrioles par terre. Un comble, vu mon obsession d'être habillé et vu la charge émotionnelle de cette journée bien remplie !
Non content de cela, j'ai demandé à papa :
- Papa ? Dis des gros mots ! ...pour rire, hein !

"Pour rire" : c'est le dernier truc que j'ai trouvé pour rassurer mes vieux qui ne veulent plus que je m'enferme tout le temps dans mes petits personnages imaginaires. J'leurs dis :
- Je peux faire le Petit Chien Courage ? ... Pour rire, hein ! Pas pour de vrai, moi, c'est Loulou.
Je dis aussi parfois : "Pour du semblant !" ou "Pour du faux !"
Comme quoi, faut arrêter de me prendre pour un idiot !
...Et parfois ça marche !

Enfin bref. Là, j'demandais à papa de dire des gros mots... pour rire.
- Dis un gros mot qui commence par "mè" !
Papa :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 13:06 :: Au jour, le jour :: #308 :: 3 commentaires
 

vendredi 5 mars 2004

188. Diam's et ses gros mots

diamsAu cas ou vous l'auriez pas compris, papa et maman écoutent beaucoup de musique. De tous les genres.
En voiture, papa est branché sur "Radio 21", maman sur "NRJ" (papa la charrie toujours à ce sujet car les pub., jingles et autres chansons ringardes, il aime pas).
Soit.

Toujours est-il que pour le moment, sur NRJ, y'a une chanson de Diam's qui me fait peur pask'elle dit tout le temps... des gros mots : "c'est la merde ... Tu me traites de "chienne", de "salope"".

Vous connaissez mon rapport aux gros mots(cfr. aussi articles aussi "émotions et lumière"), alors je me bouche les oreilles pour ne pas l'entendre. Si, si, j'vous jure... Elle m'impressionne. Du coup, maman change de programme et bascule sur Radio 21 (sous les ricanements de papa, paske Diam's, elle passe pas sur 21 !).

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:43 :: Au jour, le jour :: #216 :: un commentaire
 

mercredi 28 janvier 2004

160. Chronique du temps qui passe (11) : Banal (?)

Le murDepuis peu, j'entreprends un peu plus dans mes gestes vis-à-vis des autres... enfin, surtout mes parents et connaissances.

Avant, quand on me demandait un bisou, j'collais ma figure n'importe où sur la personne. Maintenant, quand on me le demande, j'fais un vrai bisou sur la joue (beark, ça pique quand papa n'est pas rasé !).

Dans le même ordre de chose, j'm'amuse de plus en plus souvent à faire des guili-guili aux autres, mais ça, vous l'savez déjà.

Non, le dernier truc, c'est de souffler sur le vêtement d'une personne lorsqu'elle a froid. Papa, Maman et Eva m'ont appris ça lorsque j'avais froid. Du coup, comme hier soir, quand papa est rentré d'avoir été promener le chien en forêt et qu'il m'a fait sentir ses doigts glacés, j'ai spontanément soufflé sur son bras...

Tout ça a l'air bien banal me direz-vous... Mais à bien y réfléchir

lire la suite

Par Bèrlebus, à 10:54 :: Au jour, le jour :: #186 :: aucun commentaire
 

mardi 25 novembre 2003

126. Chronique du temps qui passe (7) : keep smiling !

Lou se marreL'humour, il n'y a que ça de vrai ! Parole de petit Lou taquin et facétieux.

Moi, j'adore rire et entendre rire.
Pourquoi faire triste quand on peut faire joyeux !
Papa et maman adorent rire, mais parfois, y sont trop sérieux avec leur progéniture (c'est-à-dire bibi!). J'aime tellement entendre rire ou rire moi-même. Si cela ne tenait qu'à moi, j'verrais bien un monde où on ne m'adresse la parole qu'avec humour et sous forme de jeux.
Mais apparemment, la vie ce n'est pas que ça et ça a l'air de demander beaucoup d'énergie et de temps. Ça m'déçois un peu parfois, parce que le temps, moi, j'm'en fout.
Enfin bon, nul n'est parfait... sauf moi, en terme d'humour.
J'vous jure !

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:51 :: Au jour, le jour :: #151 :: aucun commentaire
 

lundi 17 novembre 2003

119.Chronique du temps qui passe... (6 -suite) J'écoute tout !

(...suite)

En ce dimanche pluvieux, je n'ai même pas pu aller en forêt promener le chien. Papa, il s'est fait doucher tout seul. C'est bien fait pour lui, na !

Quand il est rentré, il m'a fait un bisou dans le cou (j'étais occupé à mon repas gargantuesque de fin d'après-midi), puis j'l'ai entendu faire un long bisou-câlin à maman.
Eva qui passait par là avec sa trottinette (dans la maison !), a lâché, tout en continuant son tour du rez-de-chaussée : "Oh, je viens de croiser le romantisme !". Papa et maman sont partis dans un fou rire...
Moi, j'ai pas réagi, mais j'ai bien entendu car, l'air de rien, j'écoute tout !
La preuve ?

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:25 :: Au jour, le jour :: #144 :: aucun commentaire
 


lundi 29 septembre 2003

20. Merde = craque-boum-zute-flute !

Papa, il dit souvent des gros mots quand il a un pépin. Et comme il est bricoleur et maladroit... je l'entends souvent dire :"Merde!". (Il préfère ça à "Putain" ou "Bordel", car il a du respect pour le plus vieux métier du monde).
Il n'en fallait pas plus pour que j'enregistre le dit-mot dans mon petit disque dur.
Du coup, j'ai commencé à dire, parfois, "Merde!", "Merde!", "Merde!"... A toutes les sauces : façon "Petit chien courage" (lire article ci-dessous), à la manière de Monsieur René (idem) etc...
Le plaisir de la transgression, une fois encore. Ben ouais... J'vois pas pourquoi lui il peut et moi pas...
Puis, d'une certaine façon, M... est synonyme de soucis, c'est donc une manière pour moi d'apprivoiser la "tension" ambiante (On ne dit pas M... quand tout va bien, n'est-ce-pas?).
C'est bien fait pour papa ! Il a qu'à surveiller son langage.
Mais, comme d'hab., j'exagère un peu aussi, je le reconnais. Alors maman et papa, ils me disent : "Non, Lou, tu ne peux pas dire merde!". Et moi, de contourner l'obstacle en jouant :
(moi): "Merde!" - (toujours moi) -"Mais, petit Lou, tu ne peux pas dire merde!" (re, en me fâchant sur moi-même) -"merde" - "Mais ! Loulou,tu ne peux pas dire merde!" (etc...).
Mes parents ils ont cherché puis trouvé la parade : ils me disent que je dois dire : "flute" ou "zut" ou bien encore (et ça, ca m'a bien fait rigoler) : "Craque-boum-zute-flute!".
Ce qui fait que maintenant... je me corrige parfois... ou transforme mon jeu en disant : "Merde! - On ne peux pas dire merde, on doit dire " Craque-boum-zute-flute!".
Enfin, papa, il surveille son langage... même si parfois, je l'entends encore dire M..... .
Par Bèrlebus, à 11:11 :: Un monde à moi :: #35 :: aucun commentaire
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned