Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2009
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et le mouvement

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

Résultats de votre recherche de jetlag experiment.

jeudi 30 avril 2009

665. Le sommeil vertueux

Mélatonine à 19h30 tous les soirs.
Coucher une heure plus tard.
Rien a changé par rapport à l’avant « Jetlag experiment » : le temps de refermer la porte de ma chambre, de compter jusque dix et je dors d’un sommeil réparateur.

Ce qui a changé, c’est le fait que je dorme jusqu’à cinq heures et demie, parfois même six heures du matin. Depuis la fin du traitement, je me suis réveillé qu’une seule fois à deux heures du mat. La guindaille, comme à mon habitude.
- Lou, il faut dormir. Il n’est que deux heures du matin.
- Excuse-moi, papa, je pensais qu’il était six heures.
Et je me suis rendormi.
Un incident, car incontestablement, je dors plus.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 19:42 :: Au jour, le jour :: #759 :: 8 commentaires
 

jeudi 16 avril 2009

664. The Jetlag experiment 9 (album souvenir)

Photo puis article :
le petit prince dans la nuit

Même si ces photos n’ont aucun sens pour moi, elles en ont sans nul doute pour mon papa-de-l’image. Et puis, on pourra toujours me les décrire plus tard.

Un album de photos souvenirs de la « Jetlag experiment » est en ligne sur la page « Photos » .

Quant au mot de la fin, il est ici.
Par Bèrlebus, à 21:07 :: Au jour, le jour :: #758 :: 2 commentaires
 

lundi 13 avril 2009

663. The Jetlag experiment 8 (J + 9 & 10)

(Fin)

Retour à la vie civile.
Samedi matin, je me réveille à sept heures quinze.
Matinée avec maman. Achat de nouvelles chaussures. Hélas, il n’y a pas d’autres clients dans le magasin avec qui parler de David et du poisson. Un comble pour moi qui, il y a un ans à peine, me serait énervé à attendre notre tour, s’il y eut beaucoup de clients.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 13:21 :: Au jour, le jour :: #757 :: 11 commentaires
 

samedi 11 avril 2009

662. The Jetlag experiment 7 (J + 8)

(suite)

Vendredi matin. Je me réveille vers dix heures.
Nous prenons un petit déjeuner cool, papa et moi, pendant que maman reçoit ses patients.
Trop content de retrouver mon piano, je berce les consultations de maman des notes harmonieuses de Radiohead.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 13:02 :: Au jour, le jour :: #756 :: un commentaire
 

vendredi 10 avril 2009

661. The Jetlag experiment 6 (J + 7)

Photo puis texte :
le petit prince dans la nuit au clair de lune

(suite)

Tranches de vie, la nuit. Extraits d’une “journée” tout en contraste, plus pénible que prévue, mais avec de chouettes propos entre papa et moi.

Dans le salon :
- Allez, viens, Lou ! Tu t’endors dans le fauteuil. On va promener Méga en forêt.
- Non, je n’ai pas envie.
Dans un sursaut d’optimisme un peu forcé, le père tente de me motiver :
- Mais ça va être drôle : on sera tout seul. Aller promener en forêt la nuit !
Malgré mon enthousiasme plus que modéré pour ne pas dire refus – pour moi, le jour ou la nuit, ça change rien !-, papa m’emmène.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 23:38 :: Au jour, le jour :: #755 :: 2 commentaires
 

jeudi 9 avril 2009

660. The Jetlag experiment 5 (J + 6 & 7)

(suite)

De fait, se coucher à quatre heures du matin devient plus raisonnable. Les heures s’égraînent une à une. Le programme reste invariable et les “dernières cartouches” pour me tenir éveillé, dont surtout le fait d’enregistrer les histoires sur l’ordinateur de papa ou de les écouter, représentent l’essentiel de nos occupations. D’autant qu’il m’est venu l’idée de détourner l’usage de l’enregistreur numérique pour m’amuser à me promener dans l’immense maison des Ardennes en scandant “Tom “Yorke” et d’ensuite jouir, me fendre la pêche, m’éclater et jubiler en écoutant ma voix se perdre au loin, se rapprocher, s’éloigner à nouveau de la source d’enregistrement etc.
Après une promenade nocture dans la campagne endormie – pas question cette fois, vu l’heure du coucher, d’aller saluer les animaux de la ferme avant de retrouver le “monsieur de la voierie”, alias le radiateur de ma chambre -, nous atteignons sans trop de peine quatre heure du mat. où je m’endors comme une souche.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 21:10 :: Au jour, le jour :: #754 :: 5 commentaires
 

659. The Jetlag experiment 4 (J + 6)

(suite)
(récit d’une « Nuit » qui, en réalité, est pour nous le jour entre les jours 5 et 6 de mon traitement à la mélatonine)

Recette pour tenir éveillé un petit bonhomme aveugle comme moi qui ne s’intéresse à aucun jeu de société hormis les jeux de rôle (David et le poisson, Monsieur René qui est grossier, batailles dans le canapé et autres frissons) :
- Aller sur la balançoire au clair de lune à deux heures du mat. en mettant un plastic sur la planche mouillée.
- Se balader dans le noir jusqu’au village voisin en chantant, en dansant, en courant.
- Jouer à touche-touche.
- Aller à quatre heures écouter si le cochon dort bien (hélas, oui).
- Succéder les repas à des heures folles (repas à minuit, goûter à trois heures et souper à cinq heures).
- Jouer sur mon synthé, mais je décline à chaque fois la proposition... Faut être frais pour jouer, tous les artistes vous diront cela.
- Sortir les dernières bottes secrètes à savoir :
* jouer avec des talkie-walkies (le plus gai étant d’appuyer sans cesse sur le bouton émetteur pour hacher les propos de papa qui parle).
* enregistrer des histoires sans queue ni tête sur l’ordinateur de papa.
* Ecouter le cochon que papa a filmé avec sa caméra lors d’une visite précédente (c’est mieux que rien).

lire la suite

Par Bèrlebus, à 00:16 :: Au jour, le jour :: #753 :: 6 commentaires
 

mardi 7 avril 2009

658. The Jetlag experiment 3 (J + 4 & 5)

(suite)
- Nuit de lundi à mardi -

Tenir ! Tenir éveillé !
Au lieu de dormir jusque vingt et une heure, je me suis réveillé vers dix-huit heures, sortant de son sommeil papa qui venait juste de s’endormir.

Le temps de prendre le petit déjeuner, nous nous empressons d’aller voir le cochon et les « bébés moutons ».
Le soir venu, je ne demande qu’une chose : retrouver mon lit mais pour respecter le traitement et continuer à déplacer mon cycle du sommeil, je dois rester éveillé jusque six heures du matin.
Papa m’occupe comme il peut. On traîne sur la balançoire au clair de lune, on joue à touche-touche devant la maison, on écoute des CD, on se bat ou on se fait des frissons dans le fauteuil. Bref, les grands classiques.
Montain, un ami de papa, nous a rejoint et nous tient compagnie.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 21:42 :: Au jour, le jour :: #752 :: 4 commentaires
 

lundi 6 avril 2009

657. The Jetlag experiment 2 (J +3)

(suite)

Lundi, dix heures du matin. Ça y est, je dors.
Ce perpétuel changement de rythme de vie n’est pas évident. Non pas que je peine à m’endormir, mais moi, j’aime mes petites habitudes et pour le coup, je suis servi. Ceci dit, je reviens très vite « dans le positif » et me marre avec mes vieux à chaque fois que nous nous imaginons prendre, par exemple, le repas de midi à deux heures du matin, ou le repas du soir à l’heure du petit déjeuner.

Hier dimanche, papa et moi avons été promener Méga en forêt en forêt à six heures… du matin. Il faisait encore nuit. Papa m’a fait observer l’absence des bruits de la ville toute proche, puis les premiers chants des oiseaux et le hululement d’une chouette. Mais autant j’adore tous les sons de la vie, autant je ne m’intéresse manifestement peu ou pas aux chants des oiseaux.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 13:29 :: Au jour, le jour :: #751 :: 4 commentaires
 


dimanche 5 avril 2009

656. The Jetlag experiment

Lundi passé, nous nous sommes rendus à l’hôpital pour rencontrer un nouveau docteur qui a une voix de Bèrlebus légèrement éraillée (sic).
Il m’a expliqué que j’allais suivre un traitement pendant les vacances de Pâques, pour arriver à dormir aux mêmes heures que tout le monde.

Si cela se passe bien, ce sera fini d’être épuisé à partir de quatre heures de l’après-midi comme c’est généralement le cas… depuis toujours. De même, ce sera fini de faire la jam dans mon lit à partir de quatre, cinq heures du mat.. Mais pour ce faire, on va me donner un médicament pour m’aider à dormir aux bonnes heures. Cela s’appelle de la mélatonine, à ce qu’il paraît. Mais comme mon cerveau en produit déjà dans l’après-midi –raison de mon décalage et de mes épuisement réguliers -, c’est inutile de m’en donner plus tard. La seule solution est donc de m’en donner, jour après jour, de plus en plus tôt, jusqu’à faire un tour d’horloge à l’envers, ce qui m’amènera à être fatigué comme tout le monde vers vingt heures.
En route donc pour le « Jetlag experiment », car à force de donner envie à mon corps de dormir plus tôt, de deux heures en deux heures, nous allons vivre un moment donné la nuit, et dormir le jour. Pour tout dire, cette perspective m’a plutôt amusé.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 02:49 :: Au jour, le jour :: #750 :: 3 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned