Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« avril 2009 »
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et les guili

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

jeudi 9 avril 2009

659. The Jetlag experiment 4 (J + 6)

(suite)
(récit d’une « Nuit » qui, en réalité, est pour nous le jour entre les jours 5 et 6 de mon traitement à la mélatonine)

Recette pour tenir éveillé un petit bonhomme aveugle comme moi qui ne s’intéresse à aucun jeu de société hormis les jeux de rôle (David et le poisson, Monsieur René qui est grossier, batailles dans le canapé et autres frissons) :
- Aller sur la balançoire au clair de lune à deux heures du mat. en mettant un plastic sur la planche mouillée.
- Se balader dans le noir jusqu’au village voisin en chantant, en dansant, en courant.
- Jouer à touche-touche.
- Aller à quatre heures écouter si le cochon dort bien (hélas, oui).
- Succéder les repas à des heures folles (repas à minuit, goûter à trois heures et souper à cinq heures).
- Jouer sur mon synthé, mais je décline à chaque fois la proposition... Faut être frais pour jouer, tous les artistes vous diront cela.
- Sortir les dernières bottes secrètes à savoir :
* jouer avec des talkie-walkies (le plus gai étant d’appuyer sans cesse sur le bouton émetteur pour hacher les propos de papa qui parle).
* enregistrer des histoires sans queue ni tête sur l’ordinateur de papa.
* Ecouter le cochon que papa a filmé avec sa caméra lors d’une visite précédente (c’est mieux que rien).

Hélas, cela ne suffit pas toujours.
Vu le décallage progressif, pas question d’aller écouter les “bébés moutons” avant le réveil des fermiers, soit à cinq heures trente.
J’enchaîne les “laisse-moi”, vautré dans le fauteuil, prêt à m’endormir.
Conséquence, cette nuit, on s’est disputé un bon coup lorsque je ne voulais pas sortir dehors.
Au final, nous tiendrons bon jusqu’à l’heure fatidique, six heures du matin, où je m’endormirai à la seconde où papa me couche au lit.
Heureusement, notre nuit –le jour pour vous- est calme. Pas d’avion militaire à réaction pour interrompre notre sommeil.
Nous dormons donc jusqu’à environ treize heures trente. Trop content d’entendre le radiateur de ma chambre de la maison de campagne, je demande à papa de me laisser écouter “le monsieur de la voierie” (tel est le nom que je donne au son du radiateur – Allez comprendre...). Trois heures durant, je tranaille au fond du lit.
- Dans une heure, papa. Reviens dans une heures...
Je me lèverai finalement vers dix-sept heures.

Le temps de prendre le petit déjeuner, nous allons, sur le champs et sous le crachin, saluer le cochon et les “bébés moutons”. Nous retrouvons André-Marie et Anita, les fermiers, qui eux, terminent leur journée.

Une nouvelle nuit –enfin jour pour nous- s’annonce.
Objectif : coucher à quatre heures du matin.
Cela en devient presque raisonnable.

(à suivre)
Par Bèrlebus :: jeudi 9 avril 2009 à 00:16 :: Au jour, le jour :: #753 :: rss


Vos commentaires

Je me couche et je pense à vous,
bon courage!

Le jeudi 9 avril 2009 à 00:35, commentaire par Annick :: email :: #
 

Bonsoir ou bonjour Annic, je ne sais plus ! ;-)
(02h00 et Lou tiens le coup. Nous rentrons de promenade)

Le jeudi 9 avril 2009 à 01:56, commentaire par Luc :: #
 

Bonsoir(ou plutot bonjour),à vous deux!
Plus que 20 minutes à tenir Luc,courage!
C'est gentil de poster un nouvel article en pleine nuit pour les insomniaques dans mon genre lol.
Bon courage!

Le jeudi 9 avril 2009 à 03:44, commentaire par justine :: #
 

J'aurai presque fait la même journée (enfin nuit) que vous, j'adore le calme de la nuit, et c'est le seul moment où j'avance vraiment dans mon boulot (plein de dossiers à rendre pour l'école...). Le plus dur, ca va être de se lever pour le cours de huit heures.
Bon courage, les jours passent...

Le jeudi 9 avril 2009 à 04:45, commentaire par Aude :: email :: #
 

Bonjour Aude & Justine,
youpie, on n'est pas les seuls... ;-)
Courage à vous aussi !

Le jeudi 9 avril 2009 à 13:49, commentaire par Luc :: #
 

BRAVO......BRAVO ET ENCORE BRAVO !!!!

Le vendredi 17 avril 2009 à 20:31, commentaire par ANDREE :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned