Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« août 2006 »
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et le mouvement

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

vendredi 11 août 2006

517. Chronique du temps qui passe 38

NDLA : outre les progrès et plaisirs estivaux de Lou, je n’ai guère eu le temps de raconter le reste : c’est à dire le « petit » quotidien. Réparation est faite avec cette 38 ème chronique du temps qui passe, qui, comme le veut l’usage, vous donnera de la lecture, d’autant qu’il me sera difficile de me connecter sur internet dans les jours à venir : travail sur le DVD de « Lettre à Lou » version longue, et moments de vacances à partager en famille. Par ailleurs, j’ai posté un article sur la page infos et actu.


Bip, bip, crac crac …et autres règles d’usage.

J’vous jure, c’est moi qui ai suggéré ces trucs à maman !

Le premier, c’était, il y a deux mois, lorsque mes vieux n’ont plus voulu que je joue tout le temps avec mes jeux électroniques : mon Furby, Le vieil ordi-mini de mes soeurs, mon éléphant-qui-répète-tout-ce-que-je-dis, et même mon lecteur de cassettes. Faut dire que mon seul intérêt résidait à essayer d’user le plus vite possible les piles, en les faisant fonctionner non stop. Le but est bien entendu que l’engin finisse par dysfonctionner et faire des sons bizarres, déformés, qui m’excitent et me font rires aux éclats… jusqu’à ce qu’elles rendent l’âme –et ça peut parfois mettre du temps ! -.
Bien que cette passion des « piles usées » ne soit pas neuve, ces em… avaient trouvé que j’exagérais. Bref, ils avaient réduit drastiquement l’usage de tous mes jouets.
Ben oui, j’ai dis « tous mes jouets », car ce sont mes seuls jeux puisqu’il n’y a que cela qui m’intéresse - hormis mon piano, mon djembé, les jeux de rôles, ou écouter de la musique -.
Un jour, au retour de l’école, j’ai imaginé le deal suivant :
- Dis, maman, si je lis, je pourrai avoir mon éléphant ?

Bien que la lecture soit quasi quotidiennement au programme – que je le veuille ou non -, elle a accepté.
Jours après jours, le deal est devenu un modus vivendi au point, aujourd’hui, de leurs présenter les choses de la manière suivant :
- Maman ? J’ai envie de lire.
Autre moment :
- Lou, as-tu envie de jouer au piano ?
- Non, je veux lire.
- Mais on a déjà lu aujourd’hui, et tu as déjà joué avec un jeu.
Pourtant, Dieu sait si les deux malheureuses phrases en braille que je dois lire à la maison, sont régulièrement un réel calvaire qui dure une bonne vingtaine de minutes, pour une vingtaine ou une trentaine de mots à déchiffrer du bout de mon index... C’est si difficile pour moi de me concentrer longtemps, de rester en place, de laisser mon doigt sur l’alignement des lettres en braille pour ne pas perdre la suite du mot sur la page et ne plus savoir où j’en suis.
Mais, voilà, c’est plus fort que moi et c’est trop kiffant : j’aime les piles usées !
Ainsi, bien qu’en vacances, j’ai lu presque tous les jours, pouvant traîner un peu plus qu’à l’accoutumé avec mes jeux, dans l’attente fébrile que les piles soient plates… jusqu’au fantasme :
- Papa, écoute ! Ecoute ! L’enregistreur a les piles usées !
- Mais non, Lou, pas encore !
- Mais si, écoute, écoute !
- Loulou, arrête de rebobiner tout le temps l’enregistreur, ou sinon, je te l’enlève.
Dur, dur, de ne pas pouvoir accélérer les choses.
Souvent, après cinq minutes, je retente le coup.
- Loulou, qu’est ce qu’on a dit !

L’autre nouveauté de ces vacances, c’est à propos de Marie-Anne.
Ben oui, si ma peur s’est muée en boutade, je continuais néanmoins à en parler tout le temps, et à la longue, j’ai bien senti que mes vieux en avaient marre.
En vélo-tandem sur la route pour aller à la plage :
- Hein, oui, papa, que je ne dois plus avoir peur d’aller chez Marie-Anne. C’est une blague, hein ? A papa !
- Mais oui, Chounet… C’est bon, on a plus besoin d’en parler. En plus, on est en vacances ! On ne va pas parler de l’école, tout de même ?
- A papa de dire (…)
- C’est bon, Chounet. On change de sujet.
Une idée lumineuse m’a alors traversé l’esprit :
- Et si on disait que je ne peux plus dire le nom de Marie-Anne.
J’ai senti mes parents surpris.
Silence.
- Je dirai alors « Bip bip crac crac » à la place.
A les entendre rire, je me suis senti très fier de mon idée qui fut acceptée sur le champ.
« Bip bip » –sans crac crac – est un vieux code qu’ils avaient installé entre eux et ma sœur Eva, il y a de cela trois ans. Je ne sais plus à quel propos c’était, et cela n’avait duré que quelques semaines. Une réminiscence ? Une conversation entendue à ce propos entre eux ? Je ne me souviens pas.
Quoi qu’il en soit, grâce à ce deal, je peux ainsi continuer à leur parler de ce sujet qui me préoccupe, même que j’applique la consigne à la lettre et avec zèle.
Hasard des choses ? Toujours est-il que j’en parle un petit moins depuis.
A chaque fois, j’ai droit à des rires surpris, suivis des félicitations d’usage. Car même hors du contexte de la peur, si je veux parler de mon ex-maîtresse, j’ai le réflexe d’y substituer aussi son nom :
- Quand j’avais peur de la mer, c’était quand j’étais chez « Bip bip crac crac » ?

A chaque jour suffit sa peine, moi, je vous le dis !
D’autant que je me suis soudain rendu compte du danger d’avoir proposé un tel deal à mes parents.
Imaginez un instant qu’il m’interdisent de dire aussi le nom de « Jordi » ! Ce serait la cata ., un cauchemar !
Ça m’a traversé l’esprit, avant-hier, lorsque maman m’a demandé d’arrêter de faire « Jordi », avec sa voix de rappeur. Faut dire qu’à la longue, mes cordes vocales s’usent à ainsi sans arrêt l’imiter, au point que cela fait quelques semaines que mon timbre n’est plus le même. Un peu éraillée :
- Hé, c’est moi Jordi ! Ecoute ma voix d’adolescent ! Ecoute, écoute, mon frère !
Du coup, je me paye un mauvais trip où je demande sans arrêt :
- Est-ce que j’ai mal à la gorge ?
- Loulou, on n’est pas dans ta gorge. Toi seul peux le dire.
- Oui, mais, est-ce que j’ai mal à la gorge ?
- Est-ce que tu as mal à la gorge ?
- Je veux le « pschit ».
- Réponds, d’abord. As-tu mal à la gorge ?
- Non. Oui. Non.
- Loulou, le « pschit » est un médicament. Je veux savoir (…).
Et ma réponse de varier. Car à vrai dire, je rêve d’avoir une voix d’adolescent, pour de bon ! Mais là, ma gorge m’ennuie un petit peu, pas pour son timbre, mais ça m’irrite un petit peu.
Conséquence de tout cela, papa et maman m’interdisent – enfin, tentent de m’interdire – de faire tout le temps Jordi, Madina et autres personnages qui en appellent à une métamorphose de ma voix.
Avant-hier donc, quand maman a fini par se fâcher et m’a interdit de faire Jordi, j’ai cru comprendre que je ne pouvais même plus prononcer ne fut ce que son nom. Je vous dis pas la panique et les larmes qui ont suivi.

Depuis lors, ça se complique un petit peu et fait l’objet de nombreuses conversations que j’amène à intervalle régulier :
- J’ai peur de ne plus pouvoir faire Jordi !
Jusqu’à :
- J’ai peur d’avoir peur !
En guise de réponse, papa et maman me répètent souvent la même phrase, qui est devenue leur nouveau leitmotiv, en ce compris au moment « roudoudou » d’avant-d’aller-au-lit :
- Lou, toi seul peut décider de ne pas avoir peur. On sera toujours là pour te consoler, te rassurer, te conseiller, mais personne d’autre que toi ne peut décider de vaincre une peur. Tu sais, c’est comme ta décision de ne plus dire le nom de… euh… « bip bip crac carc » : c’est toi qui l’a décidé et tu l’as fait. Tu en es capable, mon Loulou.
- Hé, Papa, t’as fait « euh » !
- Tu m’as écouté, mon fils ?
Silence radio.
Et lui, de recommencer son explication en changeant les mots, les arguments :
- C’est comme pour ton corps, Lou. Tu commandes tes bras, tes jambes… Et bien, tu peux commander ta pensée, ta tête : « Je décide de ne plus avoir peur de ça…, ou ça… » .
- Comme de Mari… euh… « Bip bip crac crac » ?
- Exactement, mon Chouchounet que j’aime.

Et la vie de s’égrainer ainsi, de petits bonheurs en moments plus flippant.


PS : à l’instant où papa finit d’écrire ces mots pour moi dans son bureau, je l’appelle depuis le rez-de-chaussée :
- Papa ?
Deux étages plus haut :
- Oui, Loulou ?
- Ecoute ! Le Furby a les piles usées !
Par Bèrlebus :: vendredi 11 août 2006 à 21:21 :: Au jour, le jour :: #598 :: rss


Vos commentaires

je vais donner une mauvaise idée à Lou, mais il y a moyen de recharger les piles à moitié si vous avez un chargeur, et j'espère vu le nombre de jeux à piles du petit ange.

Mais c'est vrai aussi, chacun décide de vivre sa vie, ou de se battre pour la rendre belle. C'est une question de choix.

Petit Lou grandit rapidement je trouve depuis que je le suis pas à pas.

Le vendredi 11 août 2006 à 22:22, commentaire par bernie :: #
 

Pas toujours drôle de grandir et Lou en fait l'expérience, la peur est je crois instinctive, qui peut dire "je n'ai jamais eu peur"... Deplus o, s'invente des histoires, résultat la peur est là... Que faire ?? Je crois Lou que tu as déjà trouvé le bon chemin et le fait d'affronter tes démons te rendra plus fort et tu verras qu'en ne pensant qu'aux choses, au gens que tu aimes la vie sera plus facile à vivre.. Tu es un "grand" maintenant, surtout avec ta voix de "presque ado", de plus tu as des idées fantastiques qui te font avancer!!
TRES HEUREUX ANNIVERSAIRE DEMAIN, 8 ENORMES BISOUS...

Le vendredi 11 août 2006 à 23:47, commentaire par ANDREE :: email :: #
 

Bonjour Lou !

Par ce petit mot matinal , je viens te souhaiter un très très bon anniversaire !! Huit ans , whaouou !!Que tes voeux se réalisent et que tu passes une excellente journée à débaler tes petits cadeaux !!
Ce soir nous avons un concert et j'aurai une petite pensée pour toi !!Gros gros bisous. Muriel Kouyate

Le samedi 12 août 2006 à 08:40, commentaire par muriel kouyate :: email :: site :: #
 

Salut pti Lou, je suis accro à tes aventures depuis la 1ère diffusion de "Lettre à Lou" sur RTL-TVI mais je n'avais jamais osé poster un commentaire. Pour ton annivesaire voila chose faite. Bon anniversaire pti Lou, continue à bien grandir et à nous épater comme tu le fais. Gros Biz

Le samedi 12 août 2006 à 09:42, commentaire par cynthia :: email :: #
 

Bonjour Lou !
BON ANNIVERSAIRE pour tes 8 ans !
Et aussi un coucou à tes parents, en Hollande (ils doivent le savoir en Belgique) quand quelqu'un a son anniversaire, c'est toute la famille qu'on félicite...
Ce soir c'est le grand feu d'artifice des Fêtes de Genève, c'est promis quand je le regarderai je fermerai parfois les yeux pour mieux en comprendre le bruit, comme toi !
Gros Bisous
Florence

Le samedi 12 août 2006 à 11:43, commentaire par Florence :: email :: #
 

Je crois que si Lou commence à réfléchir lui-même comment il peut faire pour changer de sujet c’est à nouveau un pas en avant. Et pas à pas …
En tout cas Lou je te souhaite un TRES BON ANNIVERSAIRE et une excellente journée plein de petits plaisirs.
Demain je ne manquerai pas de revoir ton film !

Le samedi 12 août 2006 à 15:47, commentaire par Lili :: email :: #
 

Merci de nous rapeller combien la vie est surprenante et riche de tout, merci à Toi Lou, et même si tu l'as entendu pleins de fois aujourd'hui : passes un merveilleux anniversaire.
Je te fais pleins de calins avec mon coeur.
Isa.

Le samedi 12 août 2006 à 17:26, commentaire par Isabelle :: #
 

avec un peu retart un jouyeux anniversaire pour tes 8 ans gros bisou a toi et tes parents

Le lundi 14 août 2006 à 22:37, commentaire par aurore :: #
 

Je transmettrai tous vos voeux quand je retrouverai Lou qui est resté à la mer.
PS: Lili, oui, Lou commence à "solidement" réfléchir. J'aurai à ce propos un article assez étonnant à écrire.
Bien à tous.

Le jeudi 17 août 2006 à 11:34, commentaire par Luc :: #
 

Me voilà rassurée, maman d'un petit paul qui, s'il prèsente des symptômes similaires à ceux de Lou il n'en n'a pas le même syndrôme. Je pensais que mon zouzou était le seul à aimer faire fonctionner les mêmes jeux pendant des heures et des heures au péril de la planète (eu égard à la consommation astronomique de piles). Souvent son papa à souhaité les suprimer, et si j'ai tenter de faire "disparaître" certains d'entre eux sans me résoudre à les jeter, leur retrouvaille fortuite fut une telle joie pour lui que je n'ai pu me résoudre à les dissimuler à nouveaux. Allez un peu de courage...demain je m'y attaque
Anne

Le jeudi 24 août 2006 à 16:13, commentaire par Anne :: email :: #
 

De retour, mais toujours aussi débordé...
Bienvenue Anne !

Le samedi 26 août 2006 à 21:17, commentaire par Luc :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned