Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2009
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

Résultats de votre recherche de geert+piles usées.

dimanche 25 novembre 2007

605. Le Furby et les piles usées (vidéo)

FurbyLorsque je fais le grand garçon, j’ai le droit de jouer avec mon Furby.
Je le fais alors marcher dans l’unique espoir qu’il ait les piles usées. Pour le reste, je connais par cœur ses phrases stéréotypées. Bref, rien de neuf de ce côté : je suis « trip » des sons originaux et comiques et reste « trip » des piles usées.

Hélas, mes vieux limites mes moments de loisirs avec les jeux électroniques.
Ils me disent tout le temps :
- Ne pousse pas tout le temps sur le bouton de ton horloge ou on va te l’enlever, Lou.
Ou :
- Lou, il y a des choses plus intéressantes que d’attendre que ton enregistreur ait les piles plates.
Rien à faire, on ne se comprend pas sur ce point.

Parfois, je les apostrophe, comme si, cela allait conjurer le temps :
- Ecoute, maman, le Furby a les piles usées !
- Mais non, Lou, pas encore…
- Mais, si, je te jure, il a les piles usées…
- Si tu as envie d’imaginer cela…

Conclusion, cela faisait des semaines que j’attendais et guettais l’instant fatidique lorsqu’enfin, le Furby s’est mis à faire ses sons bizarres.
Hilarité et sourire banane, comme il se doit.

Papa m’a alors proposé de l’enregistrer avec sa caméra et de le mettre ensuite sur C.D., pour que je puisse l’entendre quand je veux et ne plus devoir ainsi attendre l’usure d’un nouveau jeu de piles.
Yes, yes, yes ! 3 fois Yes !

NDLA : Pour nos fidèles lecteurs, qui, depuis 3 ans, se demandent à quoi peut ressembler le bruit du Furby qui a les piles usées, voici la vidéo :
- Lou et le Furby (version Quicktime).
- Lou et le Furby (version You Tube).
Par Bèrlebus, à 19:14 :: Au jour, le jour :: #691 :: 10 commentaires
 

lundi 27 juin 2005

426. La fête !

Ce week-end, c'était la traditionnelle fête du quartier.
J'étais super impatient d'y être.
Au programme : un grand mechoui avec tous les voisins, un concert improvisé avec Geert (lui à la guitare, moi au djembé), et des jeux pour enfants.

Le dimanche, y'a même eu un concert où jouaient Olivier et Julie.
Comme la musique allait un peu fort, je m'suis éloigné comme un grand, tout seul, me frayant un passage parmi la foule jusqu'à la barrière Nadar qui fermait la rue.
Bien décidé, malgré cet obstacle incongru et mes vieux qui me demandaient de revenir, j'ai commencé à l'escalader pour poursuivre mon chemin ! Hélas, au moment d'atteindre le sommet de la barrière, papa s'est ramené dare-dare pour m'empêcher de poursuivre mon excursion. Soit.

Ramené à la raison et à un endroit moins bruyant (un peu sur le côté), j'ai dansé et chanté comme un fou avec papa, maman et même mon pote Michel qui fait super bien "les piles usées".
Summum ? Quand le guitariste a fait marcher sa pédale wawa, dis !

Bilan : une nouvelle galerie photo de cette fête.

photo :
le petit prince au djembé
Par Bèrlebus, à 12:28 :: Au jour, le jour :: #481 :: 11 commentaires
 

dimanche 8 mai 2005

407. Compte à rebours

Ça y est, papa repart ce soir pendant cinq jours pour son travail.
Cela fait une semaine qu'il m'y prépare, mais j'fais mine de celui qui n'en a rien à battre.
Ceci dit, j'commence à avoir l'habitude.

Cet après-midi, on s'est donc saoulé de "Monsieur René, le monstre des marais" versus papa avec sa voix grave et zozotante, ou version "piles usées" (ça m'fait toujours trop marrer).
J'ai fait aussi le plein de cabrioles, de guilis, de jeux de garçons (j'adore me débattre avec lui).

Reste qu'il s'en va de nouveau je ne sais où. C'est un drôle de truc l'ailleurs.
Difficile pour moi d'imaginer qu'il est quelque part quand l'espace n'existe que dans mon proche immédiat.
Par Bèrlebus, à 16:41 :: Au jour, le jour :: #460 :: 8 commentaires
 

mercredi 9 mars 2005

379. P.D.

Lorsqu'on joue à "Geert et ses piles usées", le grand plaisir est que le personnage, n'ayant plus toutes ses facultés faute d'énergie, se mette à dire des gros mots en tous genres.
Quoique...

Hier, alors que je jouais à avoir mes piles très très usées, j'ai lâché comme d'hab. :
- Bzzz bzzzz, pipi, pi-pilusées... crot, prout, bordel de merde de putain...
Comme d'hab., papa a joué à se fâcher, parce que j'avais pas rechargé mes piles. J'en ai donc rajouté une couche en lâchant :
- P.D. !
A ma grande surprise, maman est intervenue.
- Là, non, Lou. Je ne suis pas d'accord que tu utilises le mot P.D. comme gros mot.
- Qu'est ce qu'il y a maman ?
- Il y a simplement que c'est pas un gros mot.
Papa qui lavait les casseroles est intervenu :
- Tu vois, Lou, Un P.D., c'est un homme qui aime un autre homme.
Eva, toute proche, s'y est mise.
- Mais c'est un gros mot quand même !
Maman nous a alors expliqué que non, que c'était un mot pour définir les hommes qui aiment les autres hommes. Et il n'y a rien de mal à cela.
Papa en a remis une couche :
- C'est l'usage qu'on en fait. C'est comme si j'utilisais le mot "aveugle" comme un gros mot, alors qu'il désigne ceux qui n'ont pas de vues : ce serait du racisme vis-à-vis d'une différence. Et bien c'est la même chose pour les P.D. .
J'ai débriefé :
- C'est pas poli alors ?
- Non, c'est tout simplement pas gentil.

Soit.
Il me reste encore bien d'autres gros mots à utiliser...

NDL'auteur/papa : Ceci dit et pour être cohérent, il faudrait donc bannir aussi le mot "putain" ! Mais chaque chose en son temps. ;-)
Par Bèrlebus, à 18:54 :: Au jour, le jour :: #429 :: 7 commentaires
 

dimanche 13 février 2005

368. Une semaine sans papa

Ça y est, cette fois papa est parti pour son travail-du-film pour toute la semaine.
Il est dans une ville trop loin que pour rentrer tous les soirs. C'est bête paske pendant ce temps là, moi, chui en vacances.

Mais qu'importe, je m'accommode de tout, et puis maman m'a préparé un chouette programme (à suivre).

Tous les soirs, il nous téléphone pour prendre de nos nouvelles :
- Coucou, mon Loulou.
- Petit Chien Courage et Elisabeth jouent avec Monsieur René dans le bain, papa !
- Dis, mon fils, si tu me disais d'abord bonjour.
- Bonjour, papa. Fais Monsieur René qui écrase "Muse" dans le fauteuil.
- Au téléphone, ça va être difficile. Et comment vas-tu ?
- Bien, mais "Archive" a téléphoné à Bon-Papy pour dire des gros mots de Geert qui a ses piles usées .

Bref, au téléphone, rien de neuf... C'est un jouet comme le "répéteur" ou l'éléphant. Papa, il a qu'à jouer, pardi !

- Bon, mon Loulou, tu me dis ce que tu as fait aujourd'hui ?
- On a été à la plaine de jeu et voir Viviane. Mais, papa, est-ce qu'on peut dire des gros mots pour rire, putain de bordel de merde de nondidjiou ? (sic !)
- Pour rire, mon Bonhomme.
- Je t'aime, mon papa que j'aime.
- Moi aussi mon Loulou.
- ... Non, mon Chouchounet que j'aime !
- Moi aussi, mon Chouchounet que j'aime.

photo :
petit prince et son papa
Par Bèrlebus, à 12:18 :: Au jour, le jour :: #416 :: 2 commentaires
 

dimanche 6 février 2005

366. Café du commerce

petit prince mangeÇa y est, j'discute plus, enfin, j'veux dire : je conteste plus.
J'mange tous mes repas en famille, et j'dévore la même chose qu'eux.
Petit à petit, j'me mets à participer aux conversations. J'demande bien de temps à autre qu'on me récite les pays, ou qu'on me raconte une histoire, certes...

- Papa, tu veux bien raconter l'histoire de "Geert et de ses piles usées" ?
- Quand j'aurai fini de manger.
- Tu as fini de manger, papa ?
- Pas encore.
- On n'a pas toujours ce qu'on veut, hein, mon papa ?
- C'est juste.

Parfois même, j'oublie carrément de le lui rappeler, trop occupé à causer, à inventer moi-même une histoire, ou lâcher une répliquer tout droit sortie de mon disque dur et qui a furieusement tendance à faire rire les convives :
- Mais combien de fois dois-je te le dire ?
ou
- C'est la meilleure !

Enfin, avec ce papa tout le temps parti à son "travail-du-film", c'est l'occasion de le voir un petit peu plus.
Par Bèrlebus, à 17:47 :: Au jour, le jour :: #413 :: 6 commentaires
 

dimanche 16 janvier 2005

358. Chronique du temps qui passe (24)

19h15.
J'veux pas passer à table tant que papa n'est pas rentré de son boulot.
Heureuse coïncidence, il téléphone à ce moment là.
Chouette, j'vais pouvoir causer avec lui :
- Papa ? T'es encore à ton travail ?
- Oui Chounet... je suis en réunion et j'en ai encore pour une heure.
- C'est quand que tu rentres ?
- Dans une heure, je t'ai dit. Tu seras au lit et je viendrai te faire un gros câlin.
- Pourquoi ?
- Ben parce qu'il y a des périodes comme cela où je dois beaucoup travailler.
- Et tu feras "Geert et ses piles usées" ?
- Pas ce soir... Mais j'aimerais bien que tu manges comme un grand avec Maman et Eva.
(Un comble, paske c'est maman qui me donne à chaque fois la becquée, même en présence de papa).
- Oui papa !
... Et j'obéis.

Après le repas, maman me met au lit, puis je l'entends, comme chaque soir, coucher Eva dans la chambre voisine, et causer un peu avec elle.
Divine surprise, papa entre alors dans ma chambre.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 17:53 :: Au jour, le jour :: #404 :: 2 commentaires
 

samedi 15 janvier 2005

Nouvelle galerie photo

Papa a crée une nouvelle galerie photo qu'il a réalisé lors d'un de ses récits racontant "Geert et les piles usées".
25 Clichés de pur bonheur.

Pour voir la galerie : CLIQUEZ ICI
Par Bèrlebus, à 15:44 :: Sans parole :: #403 :: 3 commentaires
 

357. A table !

Bon, ça y est, j'ai pris le pli.
C'est vrai que finalement c'est agréable de prendre ses repas en famille.
Bon O.K., papa me pompe un peu l'air lorsqu'il ne veut pas tout le temps raconter l'histoire de "Geert et ses piles usées", ou "faire les pays", ou qu'il me demande d'attendre qu'il ait fini de manger pour raconter une histoire. Mais là encore, chui bien obligé de patienter.

Ceci dit, j'dois reconnaître que du coup, on cause parfois un peu plus de choses et autres, plutôt que de tout le temps jouer avec mes personnages imaginaires.
A ce propos, le grand sujet de conversation, c'est le métier de papa. Logique dans la mesure ou il travaille beaucoup en ce moment, et qu'en dehors de petits moments privilégiés où il se consacre à moi, je ne le vois... qu'à table.

photo :
Par Bèrlebus, à 14:02 :: Au jour, le jour :: #401 :: 4 commentaires
 

mercredi 12 janvier 2005

354. Le répéteur

Ce que je vous ai pas dit, la dernière fois, c'est que le coup de "Geert et ses piles usées" était une astuce de papa pour dédramatiser ce genre de situation.
Ben oui, j'n'apprécie pas vraiment ces moments où les batteries de certains de mes jeux viennent à me lâcher.

Le dernier engin en date (que j'ai reçu pour ma Noël ), c'est un "Répéteur".
Bon, O.K., savez pas s'que c'est. Normal puisque c'est moi qui ait ainsi baptisé ce nouveau jouet.
En fait, c'est très simple, c'est comme l'éléphant-qui-répète-tout-ce-qu'on-dit, sauf que c'est pas une peluche, mais un petit boîtier en plastic au bout d'un porte-clé. Maman m'a dit que lorsqu'elle l'avait vu dans un magasin, elle a "flashé" dessus en pensant à moi.
Bref, sur le "répéteur", il y a un bouton pour enregistrer ce qu'on veut pendant quelques secondes, et un autre bouton pour écouter l'oeuvre ainsi réalisée.
J'admets qu'avec ma tête en l'air et mes yeux farceurs, j'ai eu du mal à repérer le bon bouton avec mes doigts, ce qui a donné lieu à quelques râleries de ma part.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 09:03 :: Au jour, le jour :: #398 :: 4 commentaires
 

mardi 4 janvier 2005

353. Geert et les piles usées

(...ou du plaisir des mots interdits)

Chai plus quand ça a commencé. Y'a un mois environ, lors d'un petit déjeuner du dimanche matin en tête à tête avec papa.
Comme j'aime bien manger pendant qu'on m'invente une histoire avec les ingrédients de ma planète (ou des références que je connais), le sujet tourne toujours autour de Monsieur René, du Petit Chien Courage , des Papous, de mon voisin Geert, Patrick etc.

Ainsi donc, dans le cas présent, papa imagina l'histoire suivante :
Monsieur René, Geert et le Petit Chien Courage sont en balade en forêt (pour du semblant, hein !). Mais voilà, il sont perdus.
Monsieur René : "Alors, f'est par où qu'il faut aller ? Au fecours, on a perdu notre femin." Le problème, voyez-vous, c'est que Geert a trop marché et ses piles sont usées comme parfois mon éléphant-qui-répète-tout-ce-que-je-dis .
A ma grande surprise, papa se met donc à imiter le dit éléphant (NDL : sa voix ressemble alors assez fort à celle de E.T., l'extraterrestre quand il dit : "E.T. phone home") :
- gnnn... gnnnn... gnnn... Geert, piles usées, piles usées, pi... pi... pi...
L'idée me fait tellement rire que le morceau de tartine que j'ai en bouche ressort illico.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 14:01 :: Au jour, le jour :: #397 :: 5 commentaires
 


lundi 3 janvier 2005

352. Au "Septième jour", Resto familial

- Tu sais, Lou, c'est beaucoup plus gai de manger ensemble. On cause, on discute... Ça m'a permis par exemple de t'expliquer mon métier. C'est gai, non ?

Aaaah, ils me prennent par les sentiments ? Et bien maintenant, ils en ont pour leur argent : c'est moi qui tient le crachoir et dirige la conversation des repas.
- C'est quoi ton métier ?
- Fais Monsieur René...
- Fais Geert qui a les piles usées*
- Tu veux bien faire les pays, papa, s'il te plaît ?
- Et c'est quoi ton métier ?
- Et Marie-Anne en "piapaille" mince
(...)

Ainsi donc, comme de toute façon, j'ai compris que je n'aurais pas le dernier mot, je ne discute plus, je viens et mange à table en même temps qu'eux.
J'dois bien reconnaître qu'ils m'ont à l'usure. Sans doute, le temps qui passe et efface les vieilles habitudes n'y est pas pour rien non plus. A cela, vous rajoutez quelques expériences agréables de ces repas en communauté, et le tour est joué.
Paske quand papa joue à Geert qui a ses piles usées* et qui fait comme mon éléphant, je me paye de ces fous rires...

(* à vous raconter incessamment sous peu.)
Par Bèrlebus, à 18:38 :: Au jour, le jour :: #396 :: 2 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned