Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mai 2007 »
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et le mouvement

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mercredi 2 mai 2007

573. Choux vert et vert choux : vache, veau et mouton

(photo puis texte)
Lou et les vaches
Quatre jours dans la maison de campagne .

Comment ? Je ne vais pas entendre le radiateur dans ma chambre parce qu’il fait trop chaud ? Mais cela ne va pas du tout.
Malgré mon insistance, je n’y aurai pas droit.
Qu’importe, car durant ce séjour, je flashe sur tout autre chose.

la fermeDès notre arrivée, mon attention est attirée par des beuglements incessants émanant de la ferme, distante d’une bonne centaine de mètres.
- Je peux aller écouter le papa mouton ?
- Oui, vas-y, Loulou, mais ce sont des vaches.
Le temps de me resituer, ni une, ni deux, je descends le chemin vers la maison des fermiers. Rien de plus facile, le gravier et les bordures d’herbe me servant de rails sensitifs sous mes pieds.
Maman me suit néanmoins pour s’assurer que tout va bien.

Au bout de l’allée, je me laisse guider vers l’étable par le tintamarre des ruminants. Cela n’arrête pas.
- Le papa mouton, dis !
- Non, Lou, ce sont des vaches et des veaux.
- Mais on disait que c’était des moutons.
- Non, Lou. Ce sont des vaches.
- Oui, mais moi je dis que c’est le papa mouton !
- Loulou… il faut employer les mots exactes pour que l’on se comprenne.
- Mais moi, j’ai envie.
- J’ai bien compris, mais c’est comme cela qu’on ne se comprend pas : quand on n’utilise pas les bons mots.
- Laisse moi, maman.

Lou et les vachesArrive André-Marie, le fermier. Il explique à maman pourquoi les bêtes hurlent comme cela. En fait, on vient de séparer les veaux de leur mère pour les sevrer. Alors les veaux appellent leur maman, et les vaches appellent leur petit. Ils sont tous là, à deux rangées d’écart. Cette explication* me laisse de glace. Je n’éprouve aucune pitié.
(* NDLA : situation cruelle mais nécessaire, avant de les mettre en pâtures.)
Par contre, lorsque j’apprends que cela va encore durer deux ou trois jours, j’exulte !
- Le papa mouton va encore hurler !
- Les vaches, Lou, les vaches !
- Mais moi, je dis : le papa mouton. Tu me laisses, maman ?
- Bon, O.K., je reviens dans dix minutes voir si tout va bien.
Ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que je vais y passer à peu près l’intégralité de mes trois jours, là, assis dans la cour, à écouter les bovins s’époumoner.
S’il n’y avait le qwad de tonton Jean, la balançoire, la nuit et les repas (« Non, je ne veux pas aller manger ! J’ai pas faim et je veux rester près du papa mouton. »), je ne bougerais pas de la chaise qu’on m’a aimablement mis à disposition.
A chaque fois que mes vieux viennent me rejoindre, de moins en moins souvent, au fil du temps, je les remballe sur le champs.
- Vas-t’en, papa !
- …Mais je suis venu voir si tout allait bien, Lou.

le cheminA peine un repas terminé, je demande à y retourner.
- Vas-y, Loulou.
- C’est par où ?
- Tu suis le chemin et t’orientes avec les beuglements des vaches.
- Non, du papa mouton !
- C’est cela, ouiiii.

Dans ma solitude, bien qu’avec les ruminants, je ne sois pas seul, mon grand plaisir est d’imiter Jordi qui éructe des gros mots.
Hé, hé, il n’y a personne pour me l’interdire ; qui plus est, je suis couvert par le potin des bovidés.
Dans mon coin, je me marre aussi parfois. Il faut dire qu’au fil des heures, les bestioles deviennent aphones et produisent des sons de plus en plus bizarres.
- Hé papa, le mouton a les piles usées !
- La vache, Lou. Tu peux utiliser le bon mot et cela n’en restera pas moins gai, mon fils.

Le soir au souper, j’ai encore droit aux explications sur l’importance de dire les choses telles qu’elles sont, avec les mots correspondants. Exemple à l’appui, ils se mettent à remplacer un mot par un autre :
- Bon, après le souper, tu iras dormir dans ton bain.
- Et termine de manger ta crotte.
Cela me fait bien rire. J’ai bien compris… mais je préfère imaginer que les vaches, ce sont les papas moutons. Point barre.

Bilan : sur trois jours, j’ai passé pas loin de dix-huit heures, mes fesses vissées sur la chaise à écouter « le papa mouton » et imiter Jordi qui dit des gros mots.

En un mot : le « pied » (de mouton ?) !

Photo : Lou devant l'étable
le petit prince et les vaches



P.S. : Une nouvelle info pour une projection de "Lettre à Lou" à Bruxelles, suivie d'un débat en ma présence..
Par Bèrlebus :: mercredi 2 mai 2007 à 09:13 :: Au jour, le jour :: #658 :: rss


Vos commentaires

BEEH, BEEH... Lou, là tu m'é-MEUH... ! Descendre tout seul à la ferme. Super ! Et rester scotché à écouter les bruits de la ferme pendant si longtemps, ça VEAU bien le droit de te rappeler papa mouton. Allez papa et maman, sois pas VACHES, Lou s'amuse et semble bien avoir compris que chaque mot a son importance. Gros bisous à toute la famille

Le mercredi 2 mai 2007 à 23:12, commentaire par cayenne :: email :: #
 

:-) Drôle de Bèrlebus, Cayenne...
Plus sérieusement, un mot pour un autre et les fabulations de Lou posent quand même des problèmes de communication... Nous devons donc tenir tête, un minimum. J'y reviendrai dans un prochain article.

Le jeudi 3 mai 2007 à 17:21, commentaire par Luc :: #
 

Salut Lou, comme je vois, tu as passé de très bonnes vacances, auprès de tes amies les vaches.. euh... excuse-moi, les moutons...
Allons alllons les parents... cool!!

Le jeudi 3 mai 2007 à 21:46, commentaire par Christine :: #
 

Je me demandais ... si on a un papa mouton et une maman vache ... alors on aura des petits v-agn-eau ? Juste une petite note de délire ... Lou m'inspire.

Le vendredi 4 mai 2007 à 16:00, commentaire par cayenne :: email :: #
 

tu sais, Lou,
un secret j adore l odeur des vaches, et la chaleur de l'étable, et le foin, j y ai passé beauCoup d enfance,
j espère que ces richesses te rendront fort heureux dans ton petit sac de vie!

Le vendredi 4 mai 2007 à 19:38, commentaire par Annick :: email :: site :: #
 

3 jours sans passer te lire Lou, mais parfois il faut délaisser le pc pour la famille... Et de plus j'ai eu la belle surprise de constater que la compagnon de ma nièce (Provencal) lui a offert le DVD de Lou, et voilà que tu vas faire des heureux en Provence, il est vrai que je parle beaucoup de toi, alors normal qu'on s'intéresse à toi...
J'ai adoré tes journées avec les ...heu!!!!, non Meuhhh!!! avec les mou..vaches, un peu têtu l'gamin mais bon si son trip est d'entendre le doux cri des ces charmants animaux et qu'il a encore en tête les bêlements des moutons, on ne peut quand même pas lui en vouloir... Quand je pense que la plupart des gens ne prennent même plus la peine d'écouter chanter la nature je suis en admiration devant ce gamin qui, lui est resté des heures à écouter les vaches beugler...
Chez moi, Lou, tu adorerais dans le calme écouter les chevaux au galop dans la prairie, c'est génial...
Un très beau week-end à vous tous et toutes

Le samedi 5 mai 2007 à 11:51, commentaire par ANDREE :: email :: #
 

Meuh … voilà un grand Lou, qui s’en va seul à la ferme !
Voilà encore une belle aventure, tu as déjà pu approcher et toucher une vache ou un veau Lou ?
C’est bien différent d’un papa mouton, je pense que tu préfère l’appeler ainsi parce que le beuglement te procure les mêmes sensations que le bêlement du papa mouton, que comme tu n’a pas l’image, tu donnes les mêmes noms à des choses différentes, mais qui te procurent les mêmes sensations.
Mais maman et papa ont raison : il faut appeler un chat un chat! Enfin ;-) : une vache, une vache – un mouton, un mouton, etc.
Bisous Loulou !

Le samedi 5 mai 2007 à 12:14, commentaire par LiliI :: email :: #
 

salut Lou,

Le fermier t'a t il déjà permis de caresser un petit veau, c'est si doux et en plus cela devrait t'aider à ne plus confondre avec le papa mouton.

Le principal c'est que tu te soit éclaté et que tu aies pris l'air pendant ces 3 belles jounées.

Le dimanche 6 mai 2007 à 11:20, commentaire par MONIQUE :: email :: #
 

Dans ma volonté d'être concis dans le récit, j'ai oublié de dire qu'à un moment, Lou est entré tout seul dans la grange pour être plus près. Qu'ensuite, le fermier l'a trouvé là et lui a proposé de carresser un veau, ce qu'il a fait sans hésiter.

Le lundi 7 mai 2007 à 21:06, commentaire par Luc :: #
 

Quelle avancée vers l'avenir!!!
Que de progrés, que de belles choses dans sa vie ...
Lou nous étonne toujours et je suis certaine qu'il va continuer, c'est un véritable bonheur!!!
Bonne semaine
Bizzzzzzzz

Le lundi 7 mai 2007 à 22:44, commentaire par ANDREE :: email :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned