Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2009
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et les guili

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

Résultats de votre recherche de short news.

mardi 28 mars 2006

488. Le grand Lou et le grand large

(récit d'une semaine de "classe de mer")

Lundi, au moment du départ, je me paye un léger stress.
Perte de repères. Logique.
Derniers bisous. Montée dans le car. Je m'apaise quelques peu.
Le trajet se passe sans soucis.
Arrivé à la mer, je refuse néanmoins de manger le moindre repas tout au long de la journée.

Mardi matin, bien qu'ayant le ventre vide, j'évacue mes peurs en commençant par une bonne indigestion.
Rien de tel, moi je vous le dis : le corps une fois nettoyé, je suis fin prêt à vivre l'Aventure.
Le temps de me remettre de mes émotions, je deviens gai comme un pinson, chantonnant, souriant et participant à tout ce qui m'est imposé.

Jours après jours, j'épate la galerie. Les éducateurs et professeurs n'en reviennent pas. Il faut dire que j'ai pas le temps de broyer du noir : l'emploi du temps est chargé. De nombreuses activités égrènent les journées : balades sur la digue, sur la plage, dans les dunes, en cuistax, en tram, en bateau dans l'estuaire de l'Yser à Nieuwport, ou encore la visite du Mercator à Ostende, bref, un vrai programme de ministre en visite officielle.
S'il n'y avait ce vent froid et la mer glaciale, j'aurais même bien été taquiner les vagues.

L'air du grand large creusant l'appétit, je me résouds aussi à manger tout ce qui m'est proposé et m'adapte à tout. Ainsi, j'accepte d'être indifféremment nourri par quiconque de disponible.
Mieux, à défaut d'autre chose, j'accepte une série de nouveautés que jusqu'alors je refusais obstinément : mange une gauffre au sucre, boire au goulot d'une bouteille...

Chaque soir, je suis ravi de retrouver ma petite couette toute douce et m'endors comme un bienheureux.

Vendredi, au moment de monter dans le bus pour rentrer à Bruxelles, un de mes potes de classe se met à pleurer parce qu'il n'a pas envie de quitter la mer. L'idée me séduit : je resterais bien aussi encore un peu et le fais savoir. S'il n'y avait la perspective de retrouver mes parents, je me mettrais bien aussi à pleurer pour faire pression !

A l'arrivée, je ne manifeste même pas d'exaltation lors des retrouvailles. Lorsque papa me donne la main pour descendre de l'autocar, la première chose que je lui dis, c'est :
- Dis papa, tu veux bien enlever le sparadrap qui est sur ta main ?
Ben oui, j'ai horreur des sparadraps !

Ce quatrième voyage en classes vertes fut sans conteste, une belle expérience.

Archives :
- Premières classes vertes
- Secondes classes vertes
- Troisième classes vertes
Par Bèrlebus, à 15:03 :: Au jour, le jour :: #564 :: 20 commentaires
 

lundi 18 avril 2005

398. Et ta soeur ?

...elle bat le beurre !
(souvenir des classes vertes)

photo :
le beurre

(merci à toute l'équipe de l'IRSA pour ces belles photos)
Par Bèrlebus, à 17:50 :: Au jour, le jour :: #451 :: un commentaire
 

samedi 16 avril 2005

397. Apprivoise-moi

...dit le Petit Prince.
Quand je vous disais que j'ai plus peur du mouton!

(souvenir des classes vertes)

photo :
le petit prince et le mouton
dessine-moi un mouton
(merci à toute l'équipe de l'IRSA pour ces belles photos)
Par Bèrlebus, à 11:36 :: Sans parole :: #449 :: 13 commentaires
 

vendredi 18 mars 2005

386. Loin de tout 5 (short news).

C'est comme par hasard la plus belle journée.
Même que... j'ai mangé tout le repas chaud de midi !
Si, si, vous avez bien lu.
Bon, c'est aussi paske c'était du poulet à la compote et pomme de terre.
Quoique les patates...
- Je veux pas les pommes de terre, je veux de la purée...
...Et je l'ai eue. Elle avait étrangement le même goût, mais c'était bien de la purée.
;-)

J'vous dis pas les retrouvailles quand le bus est arrivé à l'école.
(...à suivre)

NDL : il aurait fallu un sixième jour pour entériner les repas chauds.
;-)

pour voir la suite (si elle n'apparaît pas au dessus de cet article)
Par Bèrlebus, à 18:51 :: Au jour, le jour :: #437 :: un commentaire
 

jeudi 17 mars 2005

385. Loin de tout 4 (short news).

Jeudi.
Bonne matinée.
Au programme, nourrir les animaux de la ferme, puis confection d'une tarte.
J'participe bien.

Durant le repas de midi, j'mange 3 ou 4 fourchettes du repas chaud (des boulettes de viande) puis balance :
- Je veux bien manger le repas chaud à la maison avec papa ou maman, mais pas à l'école ou à la ferme.
Voilà qui est clair !

L'après-midi, je suis claqué. Faut dire qu'on ne chôme pas.
La promenade prévue est de trop. J'traîne la patte.
Mes parents me manquent à nouveau beaucoup.
Vivement demain !

pour lire la suite (si elle n'apparaît pas au dessus de cet article)
Par Bèrlebus, à 23:08 :: Au jour, le jour :: #436 :: aucun commentaire
 

mercredi 16 mars 2005

384. Loin de tout 3 (short news).

Mercredi
Bonne journée.
J'mange même deux fourchettes de fishsticks... puis passe aux tartines.

Pour fabriquer du beurre, on me demande de tourner une manivelle. Ce que je.
Pour faire le pain, là, chui moins d'accord.
On m'demande de mouiller mes mains, puis de les mettre dans une pâte collante pour –comment on dit encore- la pétrir. Beark ! Là, on m'aura pas !
19h00. Je me couche, ferme les yeux et m'endors sur le champs.
Plus que deux jours pour revoir papa et maman.

pour lire la suite (si elle n'apparaît pas au dessus de cet article)
Par Bèrlebus, à 18:36 :: Au jour, le jour :: #434 :: 2 commentaires
 

mardi 15 mars 2005

383. Loin de tout 2 (short news).

Mardi.
Au p'tit déj., je me rassure en faisant moi-même le planning de la semaine :
- Aujourd'hui, on est mardi. Demain on est mercredi... et puis jeudi, et vendredi je reverrai papa et maman. Tu vois bien que tu dois pas avoir peur.
M'étant remonté le moral, la journée se passe mieux.
Même que le mouton m'intéresse particulièrement., histoire de mesurer ma peur.
Je me couche à nouveau tôt et sombre dans un profond sommeil.
Keske ça fatigue les émotions !

pour lire la suite (si elle n'apparaît pas au dessus de cet article)
Par Bèrlebus, à 22:31 :: Au jour, le jour :: #433 :: 2 commentaires
 


lundi 14 mars 2005

382. Loin de tout (short news).

A peine arrivé à la ferme, j'fais moins le fier.
Au programme de la journée : les animaux de la ferme et le cheval.
Côté repas, rien ne change : pas question de manger un repas chaud sans mes parents ou Bonne-Mamy. Je me contente obstinément de tartines.
J'réclame papa et maman.
Chui naze. Trop d'émotions.
Fin de journée, je réclame mon lit.
A dix-neuf heures, à peine couché, je m'effondre, mes potes de chambrée aussi.
Monsieur Guy veille sur nous.

pour lirela suite (si elle n'apparaît pas au dessus de cet article)
Par Bèrlebus, à 22:27 :: Au jour, le jour :: #432 :: 27 commentaires
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned