Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« septembre 2009
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou acrobate

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

Résultats de votre recherche de archive.

jeudi 17 septembre 2009

Bienvenue

le petit princeLectrice ou lecteur qui arrivez ici, par hasard ou non,

Bienvenue en ces pages où vous découvrirez l’incroyable histoire de Lou, le petit prince de la musique, un petit bonhomme singulier.
Parmi bien d’autres choses, vous découvrirez comment en trois ans seulement, il a appris à jouer de ses dix doigts au piano. Vous irez à la rencontre du mouton, maudit puis amis, de Monsieur René, de Jordi et de tant d’autres personnages. A la rencontre de la réalité de notre famille aussi.

En ces lieux sont consignées six années de vie, avec ses rires et ses larmes.
La vie, tout simplement.

C’est « Le journal de Lou », rédigé par son papa, scénariste et réalisateur, qui un jour, a choisit de s’immerger par l’écriture dans la réalité de son fils, pour tenter de le comprendre et ainsi trouver des clés pour le sortir de son monde. C’est pourquoi « Le journal de Lou » est écrit à la première personne, avec une volonté de se mettre à sa place, même si le genre a ses limites.
Lou est aveugle de naissance et a un schéma mental singulier.
Ce sont aussi les « Lettres à Lou » - l’autre partie de ce site -, où son papa livre ses réflexions et questionnements face à l’aventure que représente « élever » un enfant sans mode d’emploi. Ces lettres sont adressées à Lou, pour un jour hypothétique où il serait capable de lire l’ensemble de ces pages. Elles sont aussi adressées à vous, lectrice ou lecteur, en guise de partage d’une expérience unique et cependant universelle.
Le récit commence en septembre 2003 quand Lou a cinq ans et se termine en septembre 2009, lorsque Lou a onze ans.
Il se poursuit ailleurs et autrement depuis.
En six années d’écriture, le style a évolué, au gré de l’évolution de Lou… et de son auteur.

Bonne promenade en ces lieux, qu’elle soit méthodique et chronologique (archives) ou aventureuses (de liens en liens dans le corps des textes).

Au fait, c’est quoi la mer ? Et le ciel ? Et les étoiles ? …sans la vue.
Et puis, qu’est ce que « voir » ?


Luc Boland alias Bèrlebus.

P.S. : « Lettre à Lou », c’est aussi un film documentaire vendu au bénéfice de la Fondation Lou, dont les objectifs ne se limitent pas à Lou.

RARE disease day 201 FONDATION LOU (Lou est l'emblème de la journée mondiale des maladies rares (2010).)
Par Bèrlebus, à 13:06 :: Infos :: #771 :: 4 commentaires
 

mardi 31 juillet 2007

587. Pas de vacances pour les braves

(photo suivie du texte)
le petit prince à la plage
Pas de vacances pour les braves ? …pour rire, hein !
Que vous dire ? Que vous raconter ?
Le mot « vacances » rime, comme chaque année, avec de nouvelles étapes que m’imposent mes vieux (voir les archives juillet/Août des autres années). Pas de répit donc. Et, comme, en ce qui me concerne, le mot « nouveauté » rime avec « peur »…

lire la suite

Par Bèrlebus, à 12:58 :: Au jour, le jour :: #672 :: 26 commentaires
 

mercredi 13 décembre 2006

545. Ma drogue à moi

Tous les matins, avant de partir à l’école et dès le petit déjeuner terminé:
- Dis, maman, est-ce que je peux jouer un petit peu au piano ?
Dix minutes, le temps d’une petite jam perso.

Tous les soirs, après l’école, le goûter et l’incontournable lecture de la phrase en braille, avant ou après le bain, précédé ou suivi d’un CD à écouter, ou d’un jeu, au choix : mon éléphant, le micro qui déforme, le Furby, la balle sonore, ou encore la boîte vache :
- J’ai envie de jouer au piano.
Et hop, une nouvelle session d’improvisation.
Pour le moment, je suis très jazz et latino.

…et maintenant que j’ai compris que mon vieux peut m’archiver mes souvenirs de manière sonore, je lui demande parfois :
- Dis, papa, est-ce que tu veux bien m’enregistrer avec ta caméra.
Le plus fun, étant de réécouter, juste après.

Cela donne par exemple ceci : une jam session avec un peu de Stan Getz pour le style musicale et, qui l’eut cru, un peu de Madina et de Bèrlebus pour les paroles.

(vidéo format: Quicktime viewer ( logiciel gratuit pour Mac et PC)

NDLA : Un papa un peu débordé qui aurait tant et tant de choses à écrire en ce moment à propos de Lou.
Quelqu'un voit-il quelque chose de "changé" sur la photo ?
Cfr. vidéos musicales précédentes...

Photo :
Les doigts d'artistes au piano
Par Bèrlebus, à 20:58 :: Au jour, le jour :: #627 :: 19 commentaires
 

vendredi 2 juin 2006

504. La Dolce Vita

Ah, les privilèges d’un enfant malade !
Et mieux encore, lorsque ce n’est qu’une question de fièvre et que l’on pète néanmoins la forme.

Bon, je reconnais que mercredi matin, sur l’instant, je n’en menais pas large lorsque j’ai été réveillé par une indigestion et 39,5 de fièvre, mais le déploiement de prévenance et de douceur auquel j’ai droit en de telles circonstances, m’attire irrésistiblement au mimétisme.
C’est l’instant « Roudoudou », charnel et câlineux, posé jusqu’au timbre de la voix.
Tantôt je devance la formulation de ces phrases qui me rassurent, tantôt je les répète encore et encore, profitant même parfois de la situation pour en demander et redemander :
- A maman de dire : « Tout va bien… Ça va aller, tu sais ! Tu ne dois pas avoir peur. A maman !»
Hé, hé, en pareille situation, ils ne peuvent me le refuser… enfin, pas tout le temps.

Bref, comme mes parents devaient tous les deux travailler ce jour-là, j’ai passé la journée chez mes grands-parents.

Hier, papa étant disponible, je suis par contre resté à la maison avec lui pendant que maman recevait ses patients.
Leur coup de sonnette à la porte ponctuait chaque heure.
- Maman ?
- Mais non, Lou, c’est le patient de maman qui monte les escaliers.
- Maman ?
- Non, ça, c’est la patiente précédente qui s’en va.
- Elle arrive quand, maman ?
- Dans deux heures.
Pendant ce temps là, confortablement installé dans le canapé du salon, on s’est payé « Archive », « Grand Corps Malade », « Tryo », re-« Tryo » et re-« Archive », le tout ponctué régulièrement de câlins et doudouces-qui-chatouillent.

L’après-midi, j’ai même eu le droit de faire la sieste avec papa dans leur grand lit.
Enfin… de sieste, il fut plutôt question de petits monologues chuchotés pendant que papa essayait de se reposer. J’en ai même profité pour réviser quelques notions apprises en classe :
- Alors… il y a l’assiette, le verre, la cuillère, la fourchette, la casserole, le bol, la cuisinière, l’évier, le couteau, le frigo, la machine à laver, le four euh…
- Dodo, Loulou !
…
- Papa, je vais te faire des doudouces sur les omoplates.
Ce que je.
…
- Papa ? La bonne petite couette toute douce !
- Chounet, essaye de te reposer un peu.
…
- Et je ne vais plus aller chez Marie-Anne, hein ? C’était une blague, hein, papa ?
De sommeil, il ne fut point question.

Y’a pas à dire, c’est cool quand on est juste un petit peu malade. Et qu’importe le manque d’appétit.

N.D.L.A. : La cinquantième lettre à Lou fait écho à cet article.
Par Bèrlebus, à 10:01 :: Au jour, le jour :: #583 :: 6 commentaires
 

lundi 22 mai 2006

501. Les lumières d’« Archive ».

Lights-ArchiveSamedi après-midi, papa est parti faire une course.
Lorsqu’il est revenu, il m’a annoncé qu’il avait un cadeau pour moi.
Il m’a fait toucher un petit boîtier en plastique plat.
J’ai tout de suite deviné, le sourire banane à l’appui :
- Le nouveau disque d’ « Archive » !
Jeudi déjà, pendant le goûter, on avait entendu à la radio deux nouvelles chansons. Papa m’avait alors annoncé que leur nouveau C.D. allait sortir le lendemain, vendredi.

Ni une, ni deux, je demande de l’écouter.
- Ben, viens avec moi le mettre dans le lecteur, Lou !
Gloups ! Qu’est-ce qu’il lui prend. Ça fait des plombes qu’il ne m’a plus demandé de faire cela… Je sais pas faire ça, moi !
- Allez, viens, c’est facile. Tu l’as déjà fait.
Soit. Je ne moufte pas. J’ai trop envie de l’écouter.
On s’assied dans le fauteuil près de la chaîne hi-fi.
Papa me demande de lui donner mes mains pour me guider afin d’ouvrir le boîtier.
A mesure qu’il contrôle ma main, plaçant chaque doigt à une place précise, il m’explique comment cela va s’ouvrir.
Bon, c’est pas évident avec des petites mains. De plus, la fine épaisseur rend difficile la séparation du couvercle de son socle.
Il m’aide.
Yes, enfin !

lire la suite

Par Bèrlebus, à 11:05 :: Au jour, le jour :: #580 :: 6 commentaires
 

mardi 28 mars 2006

488. Le grand Lou et le grand large

(récit d'une semaine de "classe de mer")

Lundi, au moment du départ, je me paye un léger stress.
Perte de repères. Logique.
Derniers bisous. Montée dans le car. Je m'apaise quelques peu.
Le trajet se passe sans soucis.
Arrivé à la mer, je refuse néanmoins de manger le moindre repas tout au long de la journée.

Mardi matin, bien qu'ayant le ventre vide, j'évacue mes peurs en commençant par une bonne indigestion.
Rien de tel, moi je vous le dis : le corps une fois nettoyé, je suis fin prêt à vivre l'Aventure.
Le temps de me remettre de mes émotions, je deviens gai comme un pinson, chantonnant, souriant et participant à tout ce qui m'est imposé.

Jours après jours, j'épate la galerie. Les éducateurs et professeurs n'en reviennent pas. Il faut dire que j'ai pas le temps de broyer du noir : l'emploi du temps est chargé. De nombreuses activités égrènent les journées : balades sur la digue, sur la plage, dans les dunes, en cuistax, en tram, en bateau dans l'estuaire de l'Yser à Nieuwport, ou encore la visite du Mercator à Ostende, bref, un vrai programme de ministre en visite officielle.
S'il n'y avait ce vent froid et la mer glaciale, j'aurais même bien été taquiner les vagues.

L'air du grand large creusant l'appétit, je me résouds aussi à manger tout ce qui m'est proposé et m'adapte à tout. Ainsi, j'accepte d'être indifféremment nourri par quiconque de disponible.
Mieux, à défaut d'autre chose, j'accepte une série de nouveautés que jusqu'alors je refusais obstinément : mange une gauffre au sucre, boire au goulot d'une bouteille...

Chaque soir, je suis ravi de retrouver ma petite couette toute douce et m'endors comme un bienheureux.

Vendredi, au moment de monter dans le bus pour rentrer à Bruxelles, un de mes potes de classe se met à pleurer parce qu'il n'a pas envie de quitter la mer. L'idée me séduit : je resterais bien aussi encore un peu et le fais savoir. S'il n'y avait la perspective de retrouver mes parents, je me mettrais bien aussi à pleurer pour faire pression !

A l'arrivée, je ne manifeste même pas d'exaltation lors des retrouvailles. Lorsque papa me donne la main pour descendre de l'autocar, la première chose que je lui dis, c'est :
- Dis papa, tu veux bien enlever le sparadrap qui est sur ta main ?
Ben oui, j'ai horreur des sparadraps !

Ce quatrième voyage en classes vertes fut sans conteste, une belle expérience.

Archives :
- Premières classes vertes
- Secondes classes vertes
- Troisième classes vertes
Par Bèrlebus, à 15:03 :: Au jour, le jour :: #564 :: 20 commentaires
 

lundi 9 janvier 2006

465. Le trou de mémoire

"Le trou de mémoire".
En lieu et place de cette expression, je devrais plutôt parler d'un "gouffre de mémoire" tant cela me met en panique... comme un vertige.
Vous savez, ce moment où vous avez sur le bout de la langue un mot ou un nom que vous recherchez, et où il vous est impossible de cracher le morceau.

Au moment du goûter que je partage enfin avec papa – je ne le vois pas beaucoup en ce moment -, on joue au blind test musical.
Ça change un peu des "Pays" et j'ai repéré qu'il y a plein d'occasion dans ce jeu pour de grands "euh".
Faut dire que devant l'opposition parental à mon enfermement dans des systématiques ou petites habitudes, j'ai érigé au titre de sport national, la quête aux "euh" de papa, quel que soit le sujet abordé.

- Alors, Loulou, cites-moi un groupe anglais commençant par la lettre "A".
- Archive.
- Alors, euuuh, un groupe commençant par la lettre "P".
Sourire banane.
- Hé, papa, t'as fait "euh" !
- Oui, banane, mais c'est quoi, la réponse ?
- Pink Floyd !

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:16 :: Au jour, le jour :: #578 :: 9 commentaires
 

lundi 21 novembre 2005

455. Le roi du Blind Test

blind test de LouDu haut de mes sept ans, j'ai une culture musicale qui fait de moi le roi du "blind test" (le jeu de l'émission "Tout le monde en Parle" de Thierry Ardisson où les invités doivent reconnaître le plus rapidement possible un artiste au lancement du titre).

En voiture où la radio est en permanence de rigueur -s'il vous plaît ! -, je reconnais ainsi directement l'artiste aux premières notes, voire dès le premier instant où il chante.

Ainsi – accrochez-vous -, je suis capable de reconnaître quasi instantanément :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 11:41 :: Un monde à moi :: #519 :: 16 commentaires
 

mercredi 26 octobre 2005

449. Chronique du temps qui passe (33)

Papa rentre de son travail.
- Coucou, mon Loulou !
- Papa ? Fais-moi des guili, là !
- Tu pourrais d'abord me dire bonjour, mon fils !
- Bonjour, papa.
On se fait la bise.
- Maintenant, fais-moi des doudouces qui chatouillent sur le ventre.
- Hé, mon fils, on peut causer un peu, avant de jouer. Moi, j'aime bien savoir comment s'est passé ta journée.
Expéditif :
- Bien, très bien !
- Chouette ! Et qu'est-ce que tu as fait ?
Ça y est, j'ai droit à 'interrogatoire !
- J'ai fait un renvoi !
- T'es sérieux ?
- Oui, et on peut pas faire de renvoi, alors Monsieur Guy s'est fâché et m'a collé un sparadrap sur la bouche.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:07 :: Au jour, le jour :: #512 :: 13 commentaires
 

mercredi 13 avril 2005

395. M ...et mes trips du moments

Mathieu Chedid - MJ'ai toujours adoré "M", alias Mathieu Chedid...
Mais là, avec mon trip de la pédale "wawa", j'ai remisé "Archive" et tous les autres. C'est le grand come back de "M".
- Dis, maman, tu veux bien mettre "M" et la pédale wawa ? ... Non, pas celle-là, la "4", "la pédale wawa" !
Pask'en plus, pour être précis, la chanson qui me kiffe le plus, c'est "A tes souhaits" (quatrième titre du C.D.) que j'ai bien évidemment rebaptisé "la pédale wawa".
- Tu veux bien remettre la chanson. Je l'aime trop !
(Bis repetitat jusqu'à ce que mes parents me disent non, c'est à dire, généralement après la troisième écoute).

Ah tiens, au fait, j'ai aussi exhumé et redemandé à écouter l'histoire des "Aristochats" raconté par Louis De Funes.
Serait-ce parce qu'on m'a annoncé que Virgule, la chatte d'Eva, a eu des petits ?
(oui, pask'on ne me les a pas encore présentés. Ils sont trop petits, paraît-il. Mais pour être franc, les zanimaux, j'm'en fous un peu... beaucoup. Que ce soit Méga, le chien, ou Virgule, la chatte. Alors les bébé chats...)
Par Bèrlebus, à 14:07 :: Au jour, le jour :: #447 :: 3 commentaires
 

dimanche 13 février 2005

368. Une semaine sans papa

Ça y est, cette fois papa est parti pour son travail-du-film pour toute la semaine.
Il est dans une ville trop loin que pour rentrer tous les soirs. C'est bête paske pendant ce temps là, moi, chui en vacances.

Mais qu'importe, je m'accommode de tout, et puis maman m'a préparé un chouette programme (à suivre).

Tous les soirs, il nous téléphone pour prendre de nos nouvelles :
- Coucou, mon Loulou.
- Petit Chien Courage et Elisabeth jouent avec Monsieur René dans le bain, papa !
- Dis, mon fils, si tu me disais d'abord bonjour.
- Bonjour, papa. Fais Monsieur René qui écrase "Muse" dans le fauteuil.
- Au téléphone, ça va être difficile. Et comment vas-tu ?
- Bien, mais "Archive" a téléphoné à Bon-Papy pour dire des gros mots de Geert qui a ses piles usées .

Bref, au téléphone, rien de neuf... C'est un jouet comme le "répéteur" ou l'éléphant. Papa, il a qu'à jouer, pardi !

- Bon, mon Loulou, tu me dis ce que tu as fait aujourd'hui ?
- On a été à la plaine de jeu et voir Viviane. Mais, papa, est-ce qu'on peut dire des gros mots pour rire, putain de bordel de merde de nondidjiou ? (sic !)
- Pour rire, mon Bonhomme.
- Je t'aime, mon papa que j'aime.
- Moi aussi mon Loulou.
- ... Non, mon Chouchounet que j'aime !
- Moi aussi, mon Chouchounet que j'aime.

photo :
petit prince et son papa
Par Bèrlebus, à 12:18 :: Au jour, le jour :: #416 :: 2 commentaires
 

samedi 1 janvier 2005

351. No future

"Bonne année" ?
"Demain" ?
Moi je vis au présent. Ici et maintenant.
J'ai bien des souvenirs de mon passé qui s'accumulent petit à petit.
Il y a donc un "avant". Certes.
Mais un après...C'est quoi le futur ?
J'ai extrêmement peu de repères pour constater que le temps passe.
Je ne vois pas les saisons, le jour et la nuit, ou un visage vieillissant.
Les autres, ce sont avant tout des voix (que j'asservirais bien selon mes désirs, mais ça ne marche pas des masses). Il y a les voix d'enfants et d'adultes, d'hommes et de femmes, mais dont je ne peux percevoir l'empreinte lente du temps, hormis à l'adolescence.
Les voix...

Rhaaa, la voix, la gorge ! Cette foutue grippe.
La soirée de réveillon a viré immédiatement en cauchemar.
A peine arrivé chez des amis, ma gorge a commencé à me faire mal.
Lorsqu'une douleur devient permanente, quelle qu'elle soit, ça me fout les boules, que dis-je, la panique. Je veux qu'elle parte, tout de suite. J'ai trop peur qu'elle s'installe dans mon présent à jamais.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:32 :: Au jour, le jour :: #395 :: 4 commentaires
 

mardi 14 décembre 2004

345. Fort Boyard (La salle du trésor)

(suite et fin des post 342 à 344)

Le sablier indique 17h35.
Archive est dans les baffles, dis !
J'exulte.
- Je t'aiiiime, mon papa !
- Je t'aiiiime, mon Loulou.
Je tiens les mains de papa et danse de gauche à droite en rythme.
- Mon papa, mon papa, mon papa !
J'me mets à fredonner la chanson.
- Et pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa....
L'autre, en face de moi, m'imite et chante aussi :
- Et lou-lou-lou-lou-lou-lou...
Puis, dans la rythmique précise du morceau ("Noise"), il se met à débiter d'interminables phrases de manière saccadée. J'découvre qu'il me raconte tout ce qu'on a fait depuis quarante minutes, le tout agrémenté de propos fiers ou rassurants. Les phrases s'enchaînent sans fin, à la manière d'un rap chanté.
Ça me plaît à fond !
- Encore, papa !
On s'éclate encore un bon coup, lorsque maman m'appelle :
- Loulou ? Ton repas est prêt. Tu peux venir à table.

Le sablier indique 17h45.
Chui fier, et la vie est belle.
Par Bèrlebus, à 18:17 :: Au jour, le jour :: #386 :: 2 commentaires
 

lundi 13 décembre 2004

344. Fort Boyard (3ème épreuve)

Le sablier indique : 17h27.

Epreuve du saut dans le vide. Dans l'inconnu. Un autre monde, le vôtre.
Pour avoir réussit l'étape précédente, le jury me propose d'écouter Archive.
Yes !
Mais voilà, y'a un piège ! Je dois mettre le disque moi-même dans le lecteur.
Moment de panique. J'l'ai bien déjà fait y'a quelques temps, mais j'en garde pas un souvenir excitant, voyez-vous.
- je veux pas, je veux plus Archive !
Papa me rassure, il va me guider pas à pas.
Il s'en va quérir le disque.
- Tu sais, si tu apprends à mettre les disques toi-même, tu ne devras plus nous demander de mettre telle ou telle musique. Tu pourras le faire toi-même.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:02 :: Au jour, le jour :: #385 :: 5 commentaires
 

samedi 11 décembre 2004

343. Le père Fouras (2ème épreuve)

Le sablier indique : 17h05.
Alors que j'me remets à peine de l'épreuve précédente et que j'ai envie de jouer avec Eva, le gong retentit :
- Lou, qu'as-tu fait aujourd'hui à l'école ?
Ça y est, v'là l'épreuve des questions à la c... du Père Fouras.
J'passe. Mais y'a rien à faire :
- T'as été à la gym ?
- Non, Monsieur Lucien n'était pas là.
Bonne réponse. J'crois en être quitte.
- Et après t'as fait quoi ?
- Rien, Joëlle, elle était aussi malade.
Premier tour de vis.
- Là, tu dis des carabistouilles.
Aaah, il en demande ? J'lui déballe mon laïus préformaté :
- Et alors j'ai fait le bébé Cadum avec Joëlle qui était malade, et monsieur Guy s'est fâché en "piapaille" mince, et le petit chien courage a dit un gros mot.
Deuxième tour de vis. La voix du père n'est plus sympa du tout : calme, mais ferme. Presque sympa.
- J'ai tout mon temps, mon fils. Je ne te lâcherai pas aussi longtemps que tu ne m'auras pas bien expliqué ta journée.
- Je sais pas.
- Et bien tu réfléchis...
- Non, je suis un bébé Cadum.
- Tu n'est pas un bébé Cadum, tu es Lou, mon grand garçon.
- Je veux pas être Lou.

Au bout de dix minutes de mutisme ou d'obstruction, je retente le coup du n'importe quoi.
Silence en face.
... Long silence...
- Papa ?
- Et j'ai été en Marie-Anne en "piapaille" mince.
Qu'est ce qu'il me fait là, le vieux ? Je souris.
- Papa ?
- Et je veux de l'eau dans la poubelle et Bon-Papy a vu les papous de Geert avec des gros mots.

lire la suite

Par Bèrlebus, à 18:31 :: Au jour, le jour :: #384 :: un commentaire
 

jeudi 2 décembre 2004

337. Etat des lieux (1)

2 décembre 2004.

17h00.
Retour de l'école avec mes parents.
En voiture, on s'éclate avec papa en chantant une mélodie, avec pour seule parole "Caroline" qu'on répète en boucle.
L'astuce, car il y en a une, c'est que le rythme de la dite mélodie impose tout naturellement qu'on dise "Ca—ca-caroline, Ca-ca-caroline" plutôt que le simple prénom en étirant à l'infini le "a" pour rester dans les temps musicaux.
Chai pas si vous m'suivez ? ...Comme si vous essayiez de dire "Caroline" sur "Come on, let's twist again".
Bref, le fun, c'est que papa finissent par se laisser emporter par la chanson et finisse par dire "Ca-caroline"... et donc un gros mot.
Fous rires garantis sur le siège arrière.

Au bout de cinq minutes, papa décide d'arrêter le jeu. J'lui demande alors dans mon plus beau langage :
- Dis papa, quand on sera à la maison, tu voudras bien mettre le disque d'Archive.
Maman intervient, la traîtresse :
- Loulou, tu sais ce qu'on a dit, hier. On écoute "Archive" un jour sur deux. ...Et tu l'as écouté hier. Donc aujourd'hui, on écoutera autre chose.
J'pique un coup de rote :
- Aut'chooooose !
Papa intervient :
- Cool, Lou. Tout va bien...
- Mais on est hier !
Calme mais ferme, il me met en garde :
- Tu ne commences pas, mon fils ! On ne changera pas d'avis, et tout va bien...
Message reçu.
J'essaye bien encore un coup, puis finalement me laisse bercer par "Pure FM" jusqu'à la maison.
(à suivre)
Par Bèrlebus, à 18:55 :: Au jour, le jour :: #377 :: 7 commentaires
 

lundi 29 novembre 2004

335. En résumé !

Troisième devoir de Lou(Chronique du temps qui passe - 23)

En fait de "résumé", permettez-moi d'exceptionnellement vous raconter quasi in extenso un instant de vie avec Lou.
(...et puis, c'est une manière pour moi de prendre possession du nouveau site ;-) )
Le papa de Lou.


Dimanche, fin d'après-midi.
Chui dans le salon avec maman.
- Maman, tu veux bien mettre le troisième disque d'Archive ?
- D'accord, Lou, mais je voudrais aussi qu'on revoit ensemble les mots en braille.
Je me passe de commentaires.
"Again, again, again, again", chante Archive.
J'm'installe sur le plancher, entre l'étagère et ma bascule.
Maman me rejoint avec la feuille estampée de mots en braille (le dernier devoir de classe - voir photo ci-dessous-), ainsi que la planche en bois perforée à intervalle régulier de six trous pour y écrire des lettres en plus grand.

Elle saisit ma main et lui fait parcourir la première ligne de la feuille.
- Voilà ce qu'on va lire... Alors, c'est quoi, cette première lettre ?
- "L"
- Bravo, Lou ! La suivante...
P... que c'est dure ! Ces lettres sont si petites.
Une lettre fait six millimètres de haut par trois et demi de large. Et dans ce mini rectangle, y'a un, deux... jusqu'à six points dont je dois observer le positionnement pour reconnaître le mot. Et bien sûr, il y a autant de combinaisons que de lettres et autres ponctuations. C'est notre alphabet, quoi.
- Alors, c'est quelle lettre, Loulou ?

lire la suite

Par Bèrlebus, à 16:00 :: Au jour, le jour :: #375 :: 3 commentaires
 

jeudi 25 novembre 2004

333. Archive-mania

Systématiquement, de retour de l'école ou le matin quand j'me lève, j'demande d'écouter le CD d'Archive.
Comme cela fait un mois que le disque tourne presqu'en boucle, depuis peu, papa et maman refusent et me proposent d'autres musiques.
- Non, je veux Archive !
Ben oui, j'dois reconnaître que c'est mon côté pantouflard : j'aime bien m'installer dans des petites habitudes bien réglées. Après négociation, j'ai obtenu de pouvoir l'écouter un jour sur deux.
J'comprends pas leur point de vue : ils me font découvrir un disque génial, bourré d'harmonies, d'effets et de secondes voix à explorer à l'infini, et v'là qu'ils n'en veulent plus.
- Loulou, on en a un petit peu marre, d'Archive. Tu ne veux pas Sharko ou "M" ?
- Non, je veux Archive !

Petit prince ou petit tyran ?
(commentaire de papa : cfr. lettres à Lou 32 )
Par Bèrlebus, à 09:27 :: Au jour, le jour :: #371 :: 38 commentaires
 

lundi 8 novembre 2004

324. Ecoute Loulou dans la télévision

Hé, c'est comique.
Cela fait quinze jours à peu près, que régulièrement, papa me fait écouter la télévision.
Il m'explique que c'est des morceaux du film qu'il fait sur moi.

J'y entends "Muse", puis "Archive", puis les "Strokes" . Et entre ces morceaux de musiques, je m'entends moi, à différents moments de ma vie, dis !
Et puis, il y a la voix de papa qui raconte des choses.
Il dit parfois des mots un petit peu compliqués pour moi, mais j'm'en moque.
Moi, ça m'botte de m'entendre ainsi.
Ça m'aide à me rendre compte que ma vie compte déjà six longues années, pask'à ce propos, je dois bien reconnaître que j'ai du mal à réaliser.

Un moment qui m'a fait bizarre, c'est lorsque j'ai entendu un bébé pleurer dans la télévision. Maman m'a dit que c'était moi, juste après ma naissance. Elle m'a aussi expliqué que je pleurais parce que la première fois qu'on respire, c'est un petit peu dur, mais bon...

Enfin, heureusement qu'y a ces moments avec papa devant la télé, paske je n'le vois plus beaucoup ces derniers temps.
Soit il est parti, soit il travaille dans son bureau.

- Dis Papa, tu veux remettre la télévision quand je joue du piano ?

photo :
Lou s'écoute dans la télévision
Par Bèrlebus, à 14:48 :: Au jour, le jour :: #362 :: 3 commentaires
 

mercredi 20 octobre 2004

319. A l'ouest, rien de nouveau

Dans le bain avec Eva.
On joue à parler flamand. Elle me récite tout ce qu'elle a appris.
- Ik ben Eva en ik ben tien jaar oud.
- Euh... euh... Eva, Ik ben euhhh... Ik spreek goed vlaams. En, en vlaams spreken...
Etc...

Soudain :
- Papaaaa ?
Dans son bureau :
- Oui Loulou ?
- Je spreek vlaams, papa...
- Ja maar il ben bezig, mijn zon. Ik werk... Je suis occupé, Lou, je travaille.
- Je veux pas que tu travailles. Spreek vlaams, papa !
- désolé mon Loulou, pas maintenant.
Je râle.
Pas de chance, Eva se trouve dans le bain avec moi.
- Aïe-euuuuh ! Loulou ! Pas donner des coups de pieds !
Le père, depuis son bureau s'emmêle.
A sa voix, j'pige que j'dois me tenir à carreau.
Eva, pas rancunière, se remet à parler en flamand.

J'oublie papa et recommence la causette avec ma soeur.

A L'ouest, rien de nouveau.
Quoique...*

* voir archive :
post 46 -47 (Ma bulle à moi)
post 60 (chronique du temps qui passe 2)
Par Bèrlebus, à 20:26 :: Au jour, le jour :: #355 :: 10 commentaires
 

dimanche 17 octobre 2004

316. Chronique du temps qui passe (22)

ArchivePendant mon goûter, papa a mis sans me prévenir le DVD bonus du dernier CD de "Archive".
Z'auriez du voir ma tête : au menu, mes grands yeux écarquillés de bonheur et mon célèbre sourire banane.
- Archive dans la télévision, dis !
Pour moi, la télé, c'est comme la radio ou la chaîne hi-fi, sauf que normalement, on n'y écoute pas des disques. Alors soudain y entendre mon groupe préféré du moment... ! En plus, c'était Archive en concert, dis !

Papa a d'abord mis la chanson "Conscience", une chanson très douce.
J'ai alors fait mes petits commentaires entre deux cuillères de salade de fruits.
- Je trouve ça chouette...

lire la suite

Par Bèrlebus, à 20:20 :: Au jour, le jour :: #352 :: 3 commentaires
 

mercredi 6 octobre 2004

311. Culture musicale

Birkin et Michey 3DJ'en ai bouché un coin à mes parents ! Vous auriez du les entendre se raconter cela devant moi, même que j'étais fier !
J'vous explique :
Papa est revenu l'autre jour avec le nouveau C.D. de Jane Birkin.
J'la connais bien, Jane, paske j'l'ai découvert lorsque j'avais deux ans, même qu'il m'arrivait de réclamer son C.D. parmi d'autres de ma discographie de l'époque.
Bref, papa a déposé le C.D. puis est reparti promener le chien en forêt.
Pendant son absence – j'étais occupé à finir mon déjeuner-repas-goûter-souper -, maman m'a mis le disque.
Faut savoir que j'avais déjà entendu à la radio la chanson avec Mickey 3D (que j'connais aussi paske j'ai son premier single), et que j'l'aimais bif-bof à cause des gros mots qu'ils s'échangent, même qu'au début, je demandais de changer la radio ! Ben oui... mon éternel rapport avec les gros mots qui parfois s'inverse et me fait peur .
Mais papa et maman ont fini par insister pour que je l'écoute et m'ont expliqué que ces gros mots là, c'était pour rire, et que c'était plein de jeux de mots qu'ils m'ont expliqués aussi. Comme si j'allais tout retenir ! Hé oui, ils sont comme ça avec moi...

Je les ai donc bleuffé, parce que dans ce disque, Jane chante avec plein d'autres artistes en duo et que j'en ai reconnu pas mal : Souchon, Paolo Conte, Chamfort, Manu Chao, et puis y'avait les voix que je connaissais comme Brian Molko (de Placebo) mais dont je connaissais pas le nom.

Quand papa est revenu, maman lui a raconté mon exploit. Vous auriez du voir mon sourire banane en entendant le récit de maman. Fier, que j'étais !

Ceci dit, mon grand trip du moment, c'est le dernier C.D. du groupe anglais "Archive". Non seulement ça déménage, mais en plus c'est trop top d'y improviser des secondes voix.
Par Bèrlebus, à 20:08 :: Un monde à moi :: #346 :: un commentaire
 

lundi 16 août 2004

279. En voyage

Imaginez notre tribu dans une voiture familiale sur l'autoroute des vacances. Ça donne un truc dans le genre :
Papa :
- Loulou ? On va bientôt quitter la Belgique et entrer au Luxembourg.
Maman en rajoute une couche, puis c'est au tour de Eva.
Enfin, tous en choeur, ils s'écrient : "Voilà, on est au Luxembourg !"
J'm'en fous royalement.
(Des débiles, moi je vous dis ! D'autant qu'ils remettent ça, un quart d'heure plus tard lorsqu'on entre en France !)

Régulièrement, ils me font aussi un topo du programme :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 13:50 :: Au jour, le jour :: #313 :: un commentaire
 

mardi 6 juillet 2004

266. Chronique du temps qui passe (19)

Papa rentre à la maison au moment où je remonte des toilettes avec maman.
- Papa ?
- Bonjour, mon Loulou.
- Fais Monsieur René, papa !
- Tu pourrais d'abord me dire bonjour !
Ça y est, j'devais m'y attendre.
Entre les dents :
- Bonjour, papa ! – puis – Fais Monsieur René.
Maman me dit alors :
- Raconte un peu à papa ce qui s'est passé...
Papa s'étant agenouillé, je me réfugie dans ses bras.
- J'ai été faire caca et j'ai mis mon doigt qui avait du caca et j'ai pas fait le bébé Cadum.
Maman complète, me corrige, me fait reformuler correctement les événements... Bon, j'crois que vous avez pigé alors j'vais pas entrer dans les détails. Bref, j'ai pas eu peur de ce petit incident (pas comme la première fois où ça m'est arrivé).
Pris par la conversation, j'embraye :

lire la suite

Par Bèrlebus, à 12:17 :: Au jour, le jour :: #298 :: 6 commentaires
 

vendredi 20 février 2004

175.Une nouvelle copine !

AlexianeGrâce au site, j'ai une nouvelle copine virtuelle (vous vous souvenez de Coline que j'avais déjà rencontré par le site puis en vrai à la Toussaint en Ardennes -cfr. archives de novembre-).
Elle s'appelle Alexane. Bon O.K., j'peux pas la voir, et c'est papa qui fait l'entremetteur, m'enfin bon, y m'a expliqué qu'il avait rencontré ses parents et qu'ils se sont échangés des mails pour partager leur expérience.

Figurez-vous que cette mimi petite princesse a quatre ans. Elle est canadienne et vit au Texas (pask'y a là-bas une très bonne structure médicale pour les génies comme nous).
Bref, elle a la même chose que moi, sauf qu'elle voit un petit peu.

Alors on lui fait un énorme bisou ainsi qu'à ses parents.
(Et à Coline aussi).
son site
Par Bèrlebus, à 12:44 :: Infos :: #202 :: aucun commentaire
 

vendredi 17 octobre 2003

71. Le "roman" de mes repas (4)

repas de Lou 3(suite - Car ce n'est pas tout !)
Le temps du repas est le moment que j'aime pour jouer avec les mots et avec ma mémoire : j'invite mon nourricier ou ma nourricière à faire "les pays" (voir archive 09/2003), "les papous" (idem), "les jours de la semaine" (à venir!), bref, à causer avec moi.
Et puis, pour être complet, il y a l'éléphant que Maman et Papa m'ont offert à mes quatre ans : une peluche qui répète tout ce qu'elle entend. Le grand jeu étant de se fâcher sur l'éléphant quand il répète tout ce que je dis. Rires assurés !
De même, j'adore quand papa fait le sot à table et qu'il commence à me répondre n'importe quoi quand je lui demande le nom des habitants de la Papouasie. Il me dit : "les Pomponwinsiens !" J'éclate de rire. "Mais nooonn!" Papa: "Les Pipiwisis?" Moi: "Les Pèpèwèsès" - rires- (toutes les photos de mon repas sont extraites d'un de ces petits-déjeuners homériques)
(à suivre)
Par Bèrlebus, à 15:43 :: Un monde à moi :: #94 :: aucun commentaire
 

69. Le "roman" de mes repas (2).

repas de Lou 2(suite)
Aujourd'hui, je prends donc deux repas par jour (sauf le week-end où papa et maman sont là à midi. Indeed!). Le matin, je prends donc un méga petit-déjeuner (entre six et dix tranches de pain) - ben oui, faut que j'fasse mes réserves -, et, après l'école, j'attaque l'enchaînement gargantuesque : le repas chaud - le goûter (des fruits) et enfin les tartines (entre quatre et huit tranches). Durée du banquet : une heure.
Faut savoir aussi que j'ai conditionné mes repas à l'écoute de musiques et autres histoires sur mon petit enregistreur. Pas question de manger sans soit "Garacroc" , soit "la cassette de papa" (où il me raconte des histoires), ou encore "Boucle d'or" (etc.). A cela, il convient de rajouter en arrière-fond sur la chaîne hi-fi et selon mon choix : "Colargol", "les Aristochats", Vincent Delerme, Tom Novembre, Henry Dès (etc... -voir article sur ma discographie - archives 09/2003).
Ceci dit, j'l'ai bien remarqué, mes parents sont en train de mettre un frein à cette pléthore de sons ambiants (parce qu'en plus, certains soirs ou les matins des week-ends, il faut y rajouter Eva qui tente de regarder ses dessins animés à la télé. Papa, lui, il a tout simplement renoncé à écouter ses infos à la radio à ces moments-là).
Bref, aujourd'hui, ils m'obligent à choisir soit un C.D., soit une cassette. Et la "pilule" commence à passer.
(à suivre)
Par Bèrlebus, à 15:42 :: Un monde à moi :: #92 :: aucun commentaire
 


mardi 23 septembre 2003

4. La musique et moi...

GainsbourgJe vous parlerai plus en détail de mes pratiques musicales sous peu.
Cette petite page pour vous faire partager mes goûts musicaux éclectiques !
En effet, j'adore Dick Annegarn (que je chantais a cappella dès mes deux ans), Gainsbourg (période 1960 / 66), Bashung, Birkin, Benjamin Bioley, M (Mathieu Chedid), Karen Ann, Coldplay, Dutronc, Archive, Murat (quoiqu'il devienne lassant), Cabrel, Coralie Clément etc...
J'adore aussi les tubes du moment (ô drame pour mes parents) : récemment, je leurs fais passer en boucle "Chiwawa"...
Enfin, il y a toutes les histoires "audio", avec en tête du hit-parade : "Les aristochats" (lu par De Funes) et les Colargol (que mon papa a gravé sur CD).

La musique doit m'accompagner partout ou presque : elle rythme mes repas et mes loisirs à la maison (chui capable d'écouter deux ou trois sources musicales en même temps!).
En voiture, c'est la radio, où, dès que j'entends une nouvelle zigue, j'entame parfois (après le premier couplet et le premier refrain) ...une seconde voix.
Par Bèrlebus, à 10:20 :: Un monde à moi :: #19 :: un commentaire
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned