Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« janvier 2008 »
LuMaMeJeVeSaDi
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et l’eau

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

vendredi 18 janvier 2008

610. Chronique du temps qui passe (46) : A toutes les sauces.

Si je parviens de plus en plus à suivre et entretenir des dialogues avec mes vieux sur des sujets divers, je dois bien reconnaître que mes passions–obsessions occupent le reste de mon temps.
Trois d’entre elles monopolisent mon esprit en permanence : les piles usées des jouets électroniques –rien de nouveau de ce côté là, la musique – mais cela, vous l’aviez compris - et… - devinez ? - … Méga, la chienne.
Ben oui, au fil des mois, il n’y en a plus que pour elle.
« Le pied intégral » est bien entendu d’associer les deux dernières passions, c’est à dire jouer au piano en chantant des paroles à propos de Méga (cfr. la dernière vidéo musicale).
La chienne est donc mise à toutes les sauces.

Au moment d’aller au lit, un nouveau cérémonial remplace le précédent, mais il semble appelé à s’inscrire dans le temps.
Je me blottis sous la couette et attends qu’à tour de rôle, maman puis papa vienne me border en m’enveloppant de tout leur corps. J’aime être compressé, enveloppé, emballé, câliné (…).
Je prends alors ma voix la plus suave et demande de répéter avec moi :
- On va emballer la pauvre Méga…(NDLA : moi, en l’occurrence)
On psalmodie ainsi toute une série de phrases ayant traits à des malheurs imaginaires de la chienne :
- Ooooh, Méga a eu de l’électricité avec l’orage, diiiiis !
- Ecoute Méga qui a peur de Jordi parce qu’il dit des gros mots.
- La pauuuuvre chienne à qui on a marché sur la patte. On va te protéger, pauvre petite Méga. Tu ne dois pas avoir peur.
(…)
« Le pied sidéral » étant, pour moi, de jouer le rôle de la chienne.
- Ecoute, écoute !
Je fais alors un gémissement ou un aboiement.
- Ecoute la pauvre chienne qui vient de se faire mordre par Jordi à la patte.
- Paaaauvre Chienne.
- Non, fâche-toi sur Jordi.
- Jordi, ça suffit !
- Non, avec ta grosse voix de Bèrlebus !
…
Je sors alors ma main et la présente :
- Regaaarde la patte de la chienne –Touche papa ! -
La règle du jeu veut alors qu’il s’exécute et que je pousse un gémissement de la mort qui tue, comme si le simple contact faisait un mal atroce. Il convient alors de tout redoubler : câlins, enveloppements et complaintes à cette pauvre petit chienne.

De grands matins – je continue à me réveiller tous les jours vers six heures -, je patiente dans mon lit en imitant le chien qui glapit, gémit, aboie, grogne, hurle. Bon, évidemment, ça ne plaît pas beaucoup à mes vieux qui sont réveillés par mes vocalises. Ils me rappellent pourtant bien tous les soirs de ne pas faire de bruit le lendemain, mais souvent j’oublie.

En journée, j’adore jouer avec Eva, Mathilde ou papa à « Méga debout » à défaut de l’entendre aboyer.
Dès qu’un ami arrive à la maison –sauf, paradoxalement les patients de maman -, elle est à chaque fois contente et le fait savoir jusqu’à ce qu’on la salue longuement.
- Chouêêêêtte, Méga aboie !
Parfois je la provoque sciemment ou accidentellement –car elle dort toujours n’importe où au milieu des pièces et grogne alors à mon approche -. Plus généralement, je demande à papa de la faire aboyer en l’excitant. Le problème c’est qu’il n’est pas toujours d’accord.
- Papa, tu veux bien faire aboyer Méga ?
- Loulou, tu ne crois pas que tu exagères ? On vient de le faire, il n’y a pas cinq minutes.
J’adore aussi lorsque les chiens d’Albert, le voisin, s’y mettent.

Au moment des repas, lorsqu’on me demande de venir à table, je demande à chaque fois à papa d’exciter le chien, au point que maintenant, on ne doit plus rien dire : elle a compris que cet instant était indiqué pour un moment d’attention et de vocalises. Dès que je me lève du fauteuil, elle se ramène et fait la fête. Je la poursuis alors à l’ouïe en m’appuyant sur son bassin, ce qu’elle n’aime pas toujours.
- Attention, Lou, tu vas te cogner à la table !
- Stop, Lou, elle est fâchée, tu lui fais mal !
- Calme, Loulou, c’est bon.

Au niveau des histoires que j’aime inventer ou me faire raconter (cfr. « L’eau du bus ») « Le pied cosmique » consiste à y intégrer Méga qui, maintenant, est le personnage principal… juste devant Jordi. C’est déjà plus réaliste que « le petit chien courage », non ?
Quant aux récits que j’écoute, j’ai, comme par hasard, jeté mon dévolu sur les « 101 dalmatiens » et « La belle et le clochard ».

Quant à mes demandes ou questions quotidiennes, elles ont toujours le même objectif, quand bien même il soit déguisé :
- Quand est-ce qu’on retourne en Ardennes ?
- Quand est ce qu’on retourne en France à Paulignan ?
- Est-ce qu’on peut téléphoner à Natacha pour aller chez elle ?
- J’ai envie d’aller promener le chien en forêt avec toi.
- Papa, quant est-ce que tu me conduis à l’école ?
- Quand est-ce qu’il y aura des écureuils dans le talus (NDLA : devant la maison) ?
- Quand est-ce que Muriel reviendra à la maison ?
Etc.
L’objectif étant (dans l’ordre) : qu’elle, Chacka et Chouppi , les chiens de la ferme d’à côté, conversent ; qu’elle geigne après les lamas ou aboie parce qu’elle ne peut pas venir avec nous au bord de la piscine ; qu’elle gémisse à cause des lapins dans leur clapier ; qu’elle grogne parce qu’il y a un chien qui la colle un peu trop ; qu’elle aboie dans la voiture lorsqu’on l’abandonne pour me conduire dans la cour ; qu’elle aperçoive les écureuils derrière la fenêtre du salon - multiples gémissements garantis – ce sont mes préférés - ; que le chien guide de Muriel joue avec elle (…)

Dernière anecdote de ma Mégamania : pour me faire plaisir, papa m’a fait écouter, il y a un mois, la vidéo « de quand Méga elle était bébé » –c’était il y a onze ans. J’étais même pas né !-.
Ce fut cette fois « le pied inter-galactico-cosmique ». L’entendre aboyer « bébé » ! Mal lui en prit car je voulus la réécouter à maintes reprises. Le problème, c’est qu’à chaque fois, il devait rechercher la cassette ad hoc, brancher la caméra sur la télévisions et qu’il n’avait que rarement le temps. Il fut donc condamné à me graver sur C.D. la dite scène que je me ressers en boucle à chaque fois qu’on me le permet.

Conclusion, l’ambiance est garantie à la maison : quand ce n’est pas le chien qui s’y met et a très bien intégré ce soudain intérêt pour sa personne, c’est moi qui joue au chien.

Photo : Méga
Samoyède Méga
Par Bèrlebus :: vendredi 18 janvier 2008 à 14:23 :: Au jour, le jour :: #698 :: rss


Vos commentaires

Ouf... j'ai enfin réussi à boucler cette article qui donne une bonne idée de l'humeur (et de l'ambiance) du moment ! ;-)

Le vendredi 18 janvier 2008 à 14:31, commentaire par Luc :: #
 

En tout cas, notre patience est bien récompensée. Merci Luc, pour le temps que tu nous accordes parmi cette joyeuse ambiance à la maison. J'espère toutefois que l'on n'utilise pas trop sa mégamania à l'école et qu'il ne se fait pas trop rouspéter. Gros bisous à toute la famille.

Le samedi 19 janvier 2008 à 11:07, commentaire par cayenne :: email :: #
 

Oups, j'ai tapé trop vite. Je voulais dire ... que Lou n'utilise pas trop sa mégamania à l'école ...

Le samedi 19 janvier 2008 à 11:09, commentaire par Cayenne :: #
 

Et bien !… Ca valait la peine d’attendre ! Quel article, aussi rempli de moments de joie que long.
C’est la super-ambiance à la maison dis donc. « C’est Méga-cooool ! »(façon Jordi)
Je veux bien croire que la chienne est aux anges avec toute cette attention, puis ce sont des chiens tellement gentils (mes beaux-parents ont eu un Samoyède).
Malgré tous ces jeux avec, ou autour de Méga, la première phrase de l’article ne m’a pas échappée. C’est que Lou sais de mieux en mieux entretenir un dialogue et ça c’est « super » Lou ! Ou est ce que tu préfères : « Méga-cool ! » ;-)

Gros bisous Loulou

Le samedi 19 janvier 2008 à 13:43, commentaire par Lili :: email :: #
 

Quel plaisir de lire ce nouvel article...
Ce n'est pas l'imagnination qui manque chez Lou et ce qui est mega super cool, c'est que tout le monde y participe... Comment résister à ce garçon tellement gentil... Oui je concède que parfois, refaire et refaire doit fatiguer, mais pour lui, c'est un tel bonheur!!! Bien sùr il y a des limites à ne pas dépasser, comme à l'école, dans le bus etc.. Méga est vraiment exceptionnelle et je suis certaine qu'elle te comprend, mais elle aussi, elle a besoin de calme de temps en temps, hein chouchounet???
Bon we, ici, dans les Ardennes ils fait gris, le vent souffle et la pluie ne nous quitte pas par contre il fait trés doux!!!
Bizzzzzzzz

Le samedi 19 janvier 2008 à 13:57, commentaire par ANDREE :: #
 

Merci Luc, pour tous tes mots.

leurs petits rituels, les trucs qui les rassurent,
et tu verras que Lou s'ouvrira de plus en plus, et que ses petits rituels prendront moins de place, sans pour autant s'évanouir, mais ils seront moins envahissants,
à force de diriger la conversation sur autre chose, de se dire lassé de toutes ces reprises, de souhaiter voir grandir et parler d autres choses..

TOUT CELA AVEC LE MIRACLE DES EFFORTS DANS LE TEMPS!

bisous à toute la famille!

Le dimanche 20 janvier 2008 à 21:07, commentaire par Annick :: site :: #
 

Comme Cayenne l'a préssenti dans ma note, Lou exporte ses jeux de rôle à l'école (et plus particulièrement dans le "groupe de vie" - encadrement extrascolaire) où devient meneur de chahut ! ...Juste une conséquence de son ouverture aux autres.
Lili, effectivement, comme je l'ai brièvement écrit, les réelles conversations avec Lou s'allongent et prennent sens. Il progresse le bougre.
Andrée, après 9 ans et demi, nous sommes devenus rompus à la tâche de remettre 1.000 fois l'ouvrage .
Annick, tu résumes bien... en connaissance de cause.
Amitiés à toutes (en l'absence des hommes ! ) ;-)

Le lundi 21 janvier 2008 à 10:10, commentaire par Luc :: #
 

il va aller au plus loin de lui, Lou,
quand je visualise Jean Sé, ce week,
je me dis, c'est incroyable!
sans pour autant nier, qu il peut encore être épuisant de lui, mais tellement moins au fil du temps, juste quand il a une idée fixe, il s y cramponne, et nous emmène tout droit dedans...et faut rester vivants.. sourire!

je clame que qd un psychiatre avait dit à ses six ans, qu'il parlerait pour l essentiel,
je clame qu à force d avoir communiqué du regard, en mots dits, en écoutes énormes pr comprendre ses mots écorchés en prononciation,
je clame que son échange verbal est loin d'être axé sur l essentiel,
il est ouvert de mots, et s'intéresse, et communique vraiment sur tout,
il vit en mots son futur départ de son centre, le premier février vers la loire atlantique...

Ce qui est encore fatigant, ce sont ses monologues de pensées dites tout haut, seul dans sa chambre, mais à force de lui rappeler de se taire, de parler en lui, de ne pas saoûler autour de lui... allez cela viendrahhhhh,

tant est venu avec le temps qui passe!

BON COURAGE,
et puis cela reste si merveilleux de voir son enfant gagner en progrès verbaux, en autonomies, à force de persévérance dans les apprentissages...QUE LA FATIGUE S'EVANOUIT...

BELLE JOURNEE A VOUS!

Le plus pénible reste la société et son accueil envers le handicap,
car moi je clame qu il faut être incliné et prêt à toute aide pr le handicapé qui mérite tous nos efforts, tous nos dons de nous.

Le lundi 21 janvier 2008 à 11:12, commentaire par Annick :: email :: site :: #
 

Bravo petit Lou, je trouve que depuis les mois où je n'ai lu ton journal, il y a beaucoup de progrès, d'ouverture, de moments vifs, et du répondant, tendrement @ vous la belle petite famille et bonne année à tes supporters

Le mardi 22 janvier 2008 à 13:46, commentaire par myriam :: email :: site :: #
 

Annick, ce n'est qu'en imposant (gentiment) nos enfants dans la société que nous leurs donnerons une place. A nous de faire bouger les choses !
Bonjour Myriam. oui, Lou progresse. A son rythme comme je me plais à dire et à respecter. Inutile de vouloir aller trop vite avec lui, la réaction est immédiate. il faut laisser l'éveil se faire jusqu'où cela sera possible.
Luc

Le mardi 22 janvier 2008 à 17:53, commentaire par Luc :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned