Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« octobre 2007 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mercredi 24 octobre 2007

600. Carabistouilles ou mémoire défaillante ? (600ème du genre)

Ce mercredi après-midi, je devais aller à la piscine avec le « groupe de jour » de l’école.

A mon retour, , maman découvre le mot du jour dans mon carnet :
« Lou n’a pas été dans la piscine et il vous expliquera pourquoi ».
Je n’y échappe pas, maman me pose la question fatidique .
Pendant dix minutes, elle tente d’obtenir une réponse complète et cohérente.
Pendant dix minutes, sans aucune moquerie de ma part, je lui déballe une panoplie de scénarii, les uns récurrents et vécus dans d’autres circonstances ou par le passé, les autres de ma pure invention pour répondre quelque chose de laconique et sans aucune justification circonstanciée.

Petit aperçu de l’éventail de mes réponses :
- Parce que la piscine était vide.
- Parce qu’on a retiré le bouchon de la piscine.
- Parce que j’ai fait le bébé Cadum parce que je ne voulais pas aller dans l’eau.
- Parce que j’étais puni.
- Parce que la piscine elle était fermée.
- Parce que le monsieur de la piscine a dit qu’il enlèvera le bouchon si je vais dans l’eau.
- Parce que j’avais peur que le chiffre « 3 » devienne le chiffre « 5 ».
- Parce qu’elle s’est fâché sur moi.
- Parce que j’imitais Jordi et aussi Méga qui aboie comme à la récréation où on ne peut pas le faire.
A chaque réponse, j’ai droit à une investigation plus approfondie, comme dans ce cas :
- Tu chahutais et n’obéissais pas quand on te demandait d’arrêter ?
- Oui parce que je ne pouvais pas faire Jordi ou méga qui aboie.
- Ça me semble un petit peu bizarre, ça, Lou. Au contraire, tu peux jouer à imiter Jordi ou Méga à la récréation ou à la piscine. C’est en classe, au repas et lors des activités que tu ne peux pas le faire.
- Oui, mais le chauffeur du bus ne voulait pas nous prendre.
- Cela me semble un peu étonnant. Ça n’a rien à voir, Loulou.
Papa qui nous a rejoint, me questionne à son tour :
- Et pourquoi, il ne voulait pas vous prendre ?
- Parce que j’ai dit : « L’école, il est bébé. Je ne veux plus aller à l’école. Et demain je viendrai pas à l’école », comme ça !
- Pourquoi, Loulou ? Qu’est-ce qui s’est passé ?
En vain, ils tentent et retentent leur chance, mais aucun de mes récits ne les satisfont. A chaque fois, l’interrogatoire se poursuit : pourquoi ci, pourquoi ça ? Que s’est-il passé ? Et les réponses qui suivent ne leurs convient pas.
- Non, mon Loulou, c’est des carabistouilles ça.
- Réfléchis, mon grand. Essaye de te souvenir. (un grand classique, ça !)
- Mais je ne sais pas. (aussi !)
- Tu ne sais pas pourquoi tu n’as pas été dans l’eau ?
- Parce que je n’aime pas la piscine.
- Tu dis des bêtises, Lou. Tu adores la piscine, tu adores jouer dans l’eau.
- Oui, mais la piscine était vide.
- Tu veux dire : tu avais peur que la piscine se vide ?
- Oui.
- Et alors ?
- Et alors je voulais pas aller dans l’eau parce que (X) faisait le bébé Cadum et tapait tout le monde.
- Ça n’a rien avoir avec la piscine qui est vide, ça, mon Loulou.
- Tu avais peur parce qu’on était pas là ?
- Oui.
- C’est bien sérieux, Lou ? Tu vas régulièrement à la piscine avec le groupe et cela se passe toujours très bien.
- Mais c’est parce que je n’ai pas voulu manger le repas chaud de midi.
- Qu’est ce que tu racontes, Lou ? Tu m’as dit tout à l’heure que le repas s’était bien passé et puis, de toute façon, ce sont des tartines le mercredi.
- Oui, j’ai fait le grand garçon au groupe.
- Mais alors, pourquoi tu n’as pas été à la piscine ?
- Parce que j’avais peur d’entendre la lettre « nnnnnnn », comme ça.
Tout le long, papa me câline, m’encourage à essayer de me souvenir des faits réels, mais rien, nada, ils ne connaîtront pas la vérité.
- Et pourquoi, je dois me souvenir ?
- Parce que on a envie de savoir comment se passent tes journées, mon Loulou. …De savoir si tu vas bien.
- Oui, mais je ne sais pas me souvenir.
- C’est pas vrai mon garçon. Tu as une bonne mémoire, quand tu le veux. Tu es capable de te souvenir de plein de choses. La musique, par exemple : tu es capable d’entendre une mélodie que tu ne connais pas pendant quinze secondes, comme au marché avec la chanson « pour un flirt » de Michel Delpech, tu te souviens ? …Et de la sortir de ta mémoire quinze jours après et de la reproduire parfaitement au piano. Tu vois que tu es capable de te souvenir ?
Là, je ne peux nier.

Et quand maman découvrira que je ne porte pas de chaussettes et qu’elles se trouvent, détrempées, dans mon sac de bain, là non plus, je ne lui fournirai aucune explication valable.
La clé du mystère ?

Raconter et expliquer un événement de ma journée restent pour moi, un mur infranchissable, un épais brouillard dans lequel je m’égare.
Par Bèrlebus :: mercredi 24 octobre 2007 à 18:48 :: Au jour, le jour :: #686 :: rss


Vos commentaires

Amour et patience, quelques-uns des prodigieux ingrédients qui cimentent la tribu.
Respect de l'autre, petite épice pour relever la sauce de l'union.
Et un peu d'eau (de la piscine ... pour chaussettes ;-)) pour faire prendre le tout ?
Comme d'habitude, je suis "baba" devant tant de sagesse ... et je suis certaine que Lou racontera bientôt, au détour d'une discussion, l'histoire des chaussettes qui ont été se baigner un mercredi après-midi.
Bises à tous

Le mercredi 24 octobre 2007 à 20:28, commentaire par Corinne :: #
 

On ne peut pas dire que les investigations étaient dépourvues de sens mais bon, quand chouchounet ne veut pas et qu'il fait sa tête de bois, patience ou pas rien ne sort... Qui sait dans quelques jours Lou racontera son histoire l'air de rien et l'énigme sera éclaircie!!!
Bon, va falloir être encore plus patients...lol... mais une semaine de congé s'annonce et Lou va pouvoir décompresser, ça ira mieux demain...
Bonne soirée
Bizzzzzzzzzzz

Le mercredi 24 octobre 2007 à 22:09, commentaire par ANDREE :: email :: #
 

Luc, comme expliqué à la Marlagne, ... L'importance de la communication parents - professionnels. Tout en laissant sa remarque, l'instit de Lou aurait peut-être pu donner la réponse. Si Lou a fait une bêtise, c'est normal qu'il n'ait pas envie de s'en souvenir. Peut-être qu'il n'y a pas de raison à cette "bêtise", peut-être une envie du moment qu'il n'a pas contrôlé et il est parfois difficile (je le constate parfois chez les résidents de notre institution) de se souvenir réellement de ce qui s'est passé dans ce cas, c'est une sorte de "pulsion", même si pour d'autres faits, leur sens de la mémoire est bonne.
Mais il est vrai que Lou est très original dans ses essais de carabistouilles ...

Le mercredi 24 octobre 2007 à 23:45, commentaire par cayenne :: email :: #
 

Cela lui reviendra sûrement en mémoire un jour ou il aura passé une chouette journée et qu'il fera un gros câlin.
Bon congé et surtout bon repos reprenez tous bien des forces loin du stress
gros bisous à Lou

Le jeudi 25 octobre 2007 à 13:09, commentaire par monique :: email :: #
 

J’ai également le sentiment que Lou a agi dans une sorte de « pulsion du moment » du à l’une ou l’autre contrariété. Comme Lou vit fort l’instant présent, il lui est difficile de donner une vraie explication par après. J’ai l’impression qu’il voulait vraiment vous la donner, mais que c’était très confus dans sa tête. D’ou le répertoire de « carabistouilles » qui sont bien inscrit dans sa mémoire comme des mélodies. Peut-être qu’il a donné une carabistouille de son répertoire comme raison pour ne pas devoir aller dans la piscine, d’ou la formulation de cette note.
Je serais curieuse de savoir, car j’avoue que les chaussettes trempé … Finalement, Lou a peut-être fait une belle bêtise comme il arrive à tout enfant d’en faire et il n’est pas trop fier pour vous le dire :-)
Je pense également, que dans le cas de Lou et tout ces petits bout’chou, il serait préférable (quoique je suis convaincu de la bonne intention) que l’enseignant ne fasse pas une énigme d’une remarque dans un journal de classe.
Peut-être que, comme pour la chanson de Michel Delpech, Lou vous sortira l’explication dans une quinzaine de jours …

Le jeudi 25 octobre 2007 à 13:19, commentaire par Lili :: email :: #
 

Merci pour vos analyses et regards sur ce bras de fer usuel avec Lou dès qu'il s'agit de tenir une conversation.
Car, en réalité, il s'agit bien de cela. Il est impossible, quel que soit le sujet en dehors de la musique ou des "trip" de Lou de le tenir attentif à une discussion.
Par ailleurs, comme tu le dis, Lili, Lou vit le présent et le passé ne s'incrit dans sa mémoire que dans le cadre de bons souvenirs ou de choses qui lui plaisent ou à l'inverse, des choses qui l'ont profondément marqué dans la peur. il ne s'agit nullement d'une manipulation de sa part, nous en sommes convaincu, mais d'une réalité sélective de son cerveau (tous, nous agissons bien souvent de la même manière, mais à long terme). Sans doute parfois, ne veut-il pas raconter alors qu'il se souvient. impossible de le savoir.
La fin des fins de l'histoire est la suivante : Lou a demandé qu'on n'écrive pas ce qui s'était passé parce qu'il voulait le dire lui-même (référence à notre conversation, Cayenne: Généralement, nous avons droit aux nouvelles dans le carnet. ce fut une exception... à la demande de Lou).
Dans tout ce que Lou a raconté, il y avait du vrai, mais dans un "melting pot" invraisemblable.
En bref (car nous avons eu droit à 4 pages d'expliactions !) : exceptionnellement, ils ont eu droit à un repas chaud ce mercredi. Décontenancés et sans doute un peu chahuteur, les enfants ont eu pour instruction de manger sinon, ils seraient privés de piscine. Or, comme dans l'article précédent, Lou a traîné jusqu'au dernier instant pour commencer son repas. Arrivé à la piscine, il a décidé qu'il n'enlèverait pas ses chaussettes, même pour aller au bord de la piscine. De la raison des chaussettes mouillées.
Nous vivons une nouvelle période difficile concernant les repas de l'école, c'est indubitable, mais comment réagir ? Lâcher du lest, ne plus s'en mêler ? ... Sacré bonhomme.

Le jeudi 25 octobre 2007 à 20:59, commentaire par Luc :: #
 

Ohhh ! Je suis tellement touché par le faite que Lou tenait absolument à vous raconter lui-même ce qui s’était passé. Si j’avais le sentiment en lisant cet article qu’il voulait vraiment vous trouver l’explication, j’étais encore loin de me douter que la formulation de cette note était due spécialement à la demande de Lou.
Il vous aime tant ce petit, il veut tellement vous faire plaisir, ne fut ce que pour entendre vos félicitations. Il était probablement aussi déçu que vous. Ce qu’il a fait ici, c’est bien la preuve que la volonté y est. Mais il y a son esprit vagabond...
Lâcher un peu de leste pour les repas chaud … Pourquoi pas. D’un autre côté, il vaut peut-être mieux tenir bon. Difficile à dire, c’est quoi la bonne solution ? Je me réalise et comprends vos questionnements. Mais, ne vous tracasser pas trop, il y des jours que ça marche avec Lou, d’autres pas. Continuez tout simplement, selon votre âme et conscience et avec tout votre amour, comme vous le faites déjà, vous en tirerez le meilleur tout en acceptant ses limites. Mais ça vous le savez déjà ;-)
Gros bisous à Lou et j’espère qu’il passera une super semaine de vacances !
Ainsi qu’Eva :-)

Le vendredi 26 octobre 2007 à 10:00, commentaire par Lili :: email :: #
 

L'être humain est imprévisible de nature... Quand il s'agit de l'autisme même dans sa forme simple ou pas, le simple changement forme un blocage et je suis sure que pour Lou le repas chaud n'étant pas prévu, l'a certainement déstabilisé.. N'empêche que s'il avait décidé d'en parler lui-même venait d'une très bonne intention de sa part, car pour lui c'est la façon de vous faire part de ses angoisses et de sentir tout votre amour dans vos mots de consolation... Non ce n'est pas facile de passer par ces moments dont vous n'avez pas conscience puisque pas d'explication... Lou a montré sa désaprobation en laissant ses chaussettes, futé le garçon!!!
Une semaine de vacances n'est certainement pas superflue et vous permettra à tous de prendre la vie du beau côté... J'espère qu'Eva a de beaux résultats pour son premier bulletin de l'année et qu'elle pourra passer elle aussi une belle semaine..
Bizzzzzzzz

Le vendredi 26 octobre 2007 à 12:17, commentaire par ANDREE :: email :: #
 

Luc, pour rester dans le même registre, avec notre gôut-billon fût un temps ou le repas du midi se résumait )selon lui( à du saucisson et avec une tite compote…..
pôve cuisinière qui se donne tant bref c’était sans aucun doute ce qui fait son trip de repas.
Une fois même, nickel, chrome, il avait tout bien fini l’assiette et c’était trop bon !
ben voyons :
- il en avait oublié qu’exceptionnellement ce jour là, il déjeuna à la maison, hum-hum
BaTu veux une réponse, no problémo t’es servi et plutôt dix fois qu’une…
Bon après tu fait le tri (sélectif)
Lou demande lui donc à Luc s‘il se souvient, ce dont il à diné hier soir ?
Haha : on fait moins le malin là !

ps : bonne fête à tous les saints ;-)

Le vendredi 26 octobre 2007 à 12:32, commentaire par allantin (caribastouilleur) :: #
 

Je crois que Lou a demandé de rien écrire car, tout simplement, il n'apprécie pas le moment de lecture du carnet au retour de l'école.
Quant aux repas, cher Allantin, Lou a aussi ses marottes culinaires : au repas froid, il ne veut manger que du fromage de chèvre frais.
Ceci dit, c'est vrai, Lili, que Lou aime et tente de nous faire plaisir. C'est ce qui le rend si touchant.
Je l'aime mon bonhomme, mais il nous en fait voir de toutes les couleurs.
Heureusement, nous allons débrayer cette semaine de congé (grand besoin!)... et même un tête à tête de deux jours le dernier week-end (le dernier remonte à plus de six mois).
Merci pouir ces échanges enrichissants.
Luc

Le vendredi 26 octobre 2007 à 12:56, commentaire par Luc :: #
 

lou est malin et plein d'amour pour vous ses parents.. ne lâchez pas, ou alors juste un petit peu, ils sont rusés nos enfants.. malgré tout ! J'ai presque le même à la maison bien que maintenant plus âgé, avec l'adolescence qui s'en mêle, c'est pô triste et pourtant il faut tenir bon !
bonnes vacances, profitez tous les deux.

Le vendredi 26 octobre 2007 à 23:01, commentaire par laurence :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned