Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« avril 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou au djembé

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mercredi 28 avril 2004

221. Le retour du petit tyran

Me r'voilà de retour à la maison. Bon, j'passerai les détails de mon séjour à la mer, pask'à vrai dire, j'ai été un petit peu beaucoup grognon en l'absence de mes repères zabituels.
Du coup, croyez-vous que j'ai sauté dans les bras de papa lorsqu'il est venu me chercher ?
Que nenni… J'étais dans mon humeur morose et bougonne.
Par contre, arrivé à la maison, j'ai absolument voulu que ce soit lui qui me donne le repas chaud ! …Mais non, qui ose dire que je suis imprévisible, hein ?

Trop content de retrouver mes petites habitudes, j'engloutis mon repas, mon goûter et les tartines pendant que papa cite les pays ou qu'j'écoute "Les trois petits cochons".
Bien dans mon feeling despote, je commence à exagérer un petit peu : "Je veux les deux éléphants" … "De l'eau !" … "Retourne la cassette !".
Puis surtout,
je m'énerve à cause de l'enregistreur à cassette dont les piles sont plates.
Alors papa se laisse pas faire : "Maintenant ça suffit, Lou ! Et un peu de politesse, mon garçon. T'es pas le chef, t'es encore un petit enfant et ce sont papa et maman les chefs de la maison !"
Moi (sec) : "Non, t'es pas le chef !"
Papa : "Si, c'est moi le chef !"
Moi : "T'es pas le chef, papa ! T'es un bébé-cadum !"
Papa : "O.K. Lou… On va bien voir qui est le chef… Si tu veux que je remplace les piles de ton enregistreur, tu me le demanderas poliment."
Moi : "Non, pas poliment ! … Je veux plus l'enregistreur…"
Papa : "Comme tu veux, mon fils."
Moi : "Tais-toi, papa !"
Lui : "Je me tais si je veux…"
Moi : "Tais-toi, papa !"
Papa : "Il faudra qu'un jour tu comprennes que les autres ne sont pas à tes ordres Lou. Chacun mène sa vie… On est pas des jouets."
Moi : "Tais-toi, papa !"
Papa : "O.K., je me tais, mais ça changera rien… j'attends ta demande polie."
Et papa se tait.
Moi : "Papa ?"
Silence – mais j'sais bien qu'il est à côté de moi.
Moi : "Papa !"
Je sens des doigts se glisser dans une de mes manches et me chatouiller à mort. J'parviens pas à garder mon sérieux, me mets à rire et me tordre pour échapper au supplice.
Moi : "Non, pas de guili…"
Un temps – silence –
La main revient à la charge… Je me marre.
"Stop ! stop !"
Il s'arrête.
Papa : "…comme je peux plus te parler, je te touche !"
Et le cochon recommence.
Moi : "Stop ! pas de guili … s'il te plaît, papa"
Papa : "…Et bien voilà, mon grand garçon, il suffisait de le demander gentiment !"
Moi : "Papa, tu veux bien remplacer les piles de l'enregistreur, s'il te plaît."
Ce qu'il fait sur le champs.
Et v'là que j'reviens dans le positif, que j'agrémente chacune de mes phrases d'un "s'il te plaît".

Ben oui… chui comme ça : Jean qui rit, Jean qui pleure, petit prince et petit tyran.
Par Bèrlebus :: mercredi 28 avril 2004 à 12:33 :: Au jour, le jour :: #252 :: rss


Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned