Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mars 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et les guili

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mercredi 31 mars 2004

207. Quand je me déplace tout seul

Le bureau selon vousDe plus en plus souvent, je me déplace tout seul. Bon, O.K., je sais, Marie-Anne et mes parents doivent souvent insister.
Mais bon, ça m’arrive.

Hier, alors que papa était occupé à poster l’histoire toute fraîche du poisson « impertinente » sur internet, j’ai exprimé l’envie de le rejoindre au sortir du bain.

Atteindre son bureau dans la pièce voisine, c’est le parcours du combattant :
- une fois entré dans la pièce, faut avancer, contourner l’échelle qui mène au lit de maman et papa (virage 90° gauche),
- re-contourner le bureau sans me prendre les pieds dans les câbles ni les appareils dans la figure (l’imprimante) (à nouveau 90° gauche puis tout de suite 90° droite)
- Et re-virage à 90 degrés droite …pour enfin être dans ses bras.

Et bien, figurez-vous que j’fais ce trajet tout seul et de mémoire, s’iou-plaît ! J’ai de moins en moins besoin de toucher les obstacle, même qu’hier, j’lai fait sans rien toucher.

L’espace du bureau de papa, n’est que ce chemin que je connais. Papa m’a bien fait toucher le toit pour me faire comprendre qu’après c’est le ciel, mais sinon, je ne connais rien de cette pièce puisque je ne l’ai jamais explorée. C’est un peu comme la seconde photo ci-dessous selon ma perception. Mais soit.

Toujours est-il qu’hier, il m’a expliqué qu’il en avait marre de travailler et qu’il prenait cinq minutes pour raconter l’histoire du bain à tous ceux qui lisent mes aventures sur internet.
J’lai donc accompagné, à califourchon pendant que je l’entendais dactylographier le texte et « mettre en ligne » (P.S. : chai pas c’que ça veut dire, mais j’sais que c’est du travail).
On était bien tous les deux.

Quand il a eu fini, maman nous a appelé pour le repas.
Evidemment, imaginez un peu, moi j’étais pas d’accord, puis j’voulais encore entendre la soufflerie de l’ordinateur.
Papa a du beaucoup insister, m’amener jusqu’au escalier pour descendre, mais là j’ai refusé de l’accompagner. Il m’a alors dit qu’il descendait et que j’avais qu’à le rejoindre (je descend et monte souvent les escaliers tout seul, c’est fastoche pour moi (cfr. articles 111 et 112) .

Quand il était en bas, j’lai appelé : « Dis papa, j’vais dans ton bureau, hein ! … A tout de suite mon papa ! »

Au bout de cinq minutes (sans doute qu’ils s’inquiétaient), maman est monté voir.
Et bien j’avais refermé la porte et m’était à nouveau rendu tout seul jusqu’au bureau de papa où j’attendais…

photo:
trajt
Par Bèrlebus :: mercredi 31 mars 2004 à 18:52 :: Un monde à moi :: #237 :: rss


Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned