Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« mars 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et les guili

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

dimanche 14 mars 2004

196. Le concert d'Henri Dès (2) : La rencontre.

Lou et Henri Dès(...suite et fin)
Après le concert donc, papa et maman m'ont emmenés avec Eva dans les loges pour rencontrer Henri Dès.

Là, il a fallu attendre un petit peu qu'il soit disponible, mais c'était pas grave car, ô bonheur, on m'installa dans un canapé à ressort qui rebondissait aussi bien que celui de la maison des Ardennes où on va souvent.
Dix minutes de "Je saute dans le fauteuil" comme avec ma copine Coline (cfr. post 92)
... Qui aurait imaginé cela après tant d'émotions et une aussi longue journée (il était 22h00 bien sonné).

Quand Henri est arrivé, il m'a dit : "Bonjour, bonhomme !"

J'lui ai poliment répondu : "Bonjour, Henri Dès".
Y m'a tout de suite demandé : "Qu'est ce que tu me racontes ?"
Moi : "T'as parlé dans le micro !"

Le canapé étant complet, il m'a demandé si je voulais bien lui faire une petite place.
J'lui ai carrément dit non ! (sous les rires de tout le monde).
Maman m'a traité de petit sot et m'a déplacé pour qu'il s'installe entre Moi et Eva. Il m'a pris la main, m'a demandé si j'avais bien aimé le concert. Ce que j'ai confirmé.
Ne sachant pas trop quoi dire, j'lui ai demandé : "Il est quelle heure, Henri Dès ?" (c't'un de mes grands classiques).
On a ensuite causé comme des grands du concert : moi, lui citant à sa demande les chansons que j'avais bien aimé. Comme un sot, j'y ai rajouté "Frère Jacques" dans la liste des chansons ! J'ai entendu tout le monde éclater de rire autour de moi, alors je me suis réfugié sur le genoux de maman.
Ensuite Henri et mes parents ont causé ensemble (j'écoutais tout, j'vous dis pas) : de l'origine de ma passion pour la musique, pour les concerts "live", du site qu'Henri a visité, etc..., mais comme y causaient trop, j'les ai interrompu :
"Ça va Henri Dès ?"
Il m'a alors proposé de causer. Spontanément, chui descendu des genoux de maman et suis monté sur les siens sans lui demander son avis et avec mon petit sourire excité.

Aussitôt, j'ai engagé la conversation :
"Parce que tu vois, Henri Dès, je réfléchis parce que je cherche les gros mots rigolos... Je réfléchis..."
HD: "Quels gros mots ?"
Moi : "Il est quel heure en fait ?"
Chais pas si Papa a alors proposé le gros mot : "Gros bêta" ou s'il me traitait comme tel.
HD : "Qu'est-ce qu'il y a comme gros mot dans "gros bêta" ?"
Moi : "C'est pas un gros mot ça... Crotte, ça c'est un gros mot !"
HD : "J'ai pas dis crotte... euh..; j'ai dit ... - (m'attendant au pire, j'ai mis mes mains sur mes oreilles prêt à les boucher) - ... "Scrogneugneu" ! C'est un gros mot ça ?"
Moi (avec mon sourire banane) : "Ah oui... euh.. "
HD : "C'est pas trop un gros mot."
Moi : "Y'a encore... euh... (je réfléchissais) ... qu'on peut pas dire comme des vilains mots !"
HD : "Gros poilu ! On peut dire gros poilu ?"
Moi : "Oui ! ...euh... Non !"
Tout le monde se met à rire autour de moi.
Papa : "Dis un peu le gros mot qu'on a inventé et qu'on peut dire. "
Moi: "Craque-boum-zute-flutte."
HD: "Quoi ?"
Eva : "Craque boum zut et flute !"
HD (prenant un accent belge) : "craque-boume-zute flute ? "
Moi (rajoutant) "...mince, prout !"
HD: "Haaa bravo ! Je crois pas qu'on peut dire prout..."
Moi : "Comment dit-on "tondeuse" en flamand ?"
HD: ... (interdit)
Moi : "Comment dit on Monsieur René ? ...Et Marie-Anne ?"
Papa et maman sont alors intervenu pour m'expliquer qu'Henri ne connaît pas tout mon petit univers et mon répertoire. Alors, j'ai changé momentanément de sujet : "T'aimes bien le fauteuil, Henri Dès ?"
HD: " Ha oui, j'suis vachement bien , puis t'es pas lourd en plus."
Moi: "Oui, paske ... paske toi, Monsieur René et moi... on a pas envie d'aller chez Saint-Nicolas avant que Marie-Anne n'était pas là."
Re-explication de mes parents à Henri.
Moi : "T'aime bien Bon-Papy, Henri Dès ?"
Re-re-explication de papa sur le fait que j'adore mes grands-parents. Puis papa m'a fait comprendre qu'Henri Dès il ne connait pas tous mes amis.
HD : "Ben oui, je te connais toi, ton papa, ta maman et ta soeur.."
Moi : "...Et Eva ...et Mathilde".
Mais Mathilde elle était pas avec nous, elle est trop grande : Henri Dès, c'est plus son truc.
Moi (continuant dans mon trip) : "Je connais Colargol !"
...Et là, à ma grande surprise, j'entends Henri Dès entonner la chanson de Colargol : "Moi je suis Colargol, l'ours qui chante en fa en sol..." en me faisant danser sur ses genoux.
Haaa ouaiiiis...

On a encore un petit peu causé (papa dit qu'on a passé dix minutes ainsi ensemble) et il est intervenu pour me dire que maintenant il était temps de laisser Henri Dès se reposer et moi, d'aller au lit.
Sans rechigner, j'ai alors dit : "Au revoir, Henri Dès"
HD: "Qu'est ce qu'on fait ? On se touche la main ? Un bisou ?"
Moi (immédiatement comme avec les gens que j'aime beaucoup) : "Un bisou !"
J'me suis alors retourné pour lui embrasser le ventre comme je fais souvent à papa (parce qu'il se rase pas tous les jours), mais Henri m'a demandé un bisou sur la joue.
...Ce que j'ai fait avec plaisir.
Moi : "Au revoir, Henri Dès !"

...Et voilà... j'ai rencontré Henri Dès et y'a pas à dire, ça m'a bien kiffé !
Autant vous dire que de retour à la maison, je m'suis endormi comme un ange.

Quelle journée !

NDL :
- Bien entendu, tout cela a été filmé... (90 minutes de rushes !). Quand j'aurais le temps, je mettrai en ligne quelques morceaux choisis.

- Je tiens ici à remercier vivement : Isabelle Moisan , Enriqué et Isabelle Sanchez, le Cirque Royal (pour leur accord ou précieux concours) , Pierre, Quentin, Jojo Catherine et François (pour le tournage)... et bien entendu Henri Dès.

photo:
Lou et Henri Dès
photo:
Lou embrasse Henri Dès
Par Bèrlebus :: dimanche 14 mars 2004 à 17:14 :: Au jour, le jour :: #224 :: rss


Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned