Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« janvier 2004 »
LuMaMeJeVeSaDi
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et les guili

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

lundi 5 janvier 2004

145. Chronique du temps qui passe (9): Trois pas en avant...

Pile ou face...Trois pas en arrière.

Vous connaissez cette chanson. Sauf qu'avec moi, ce serait plutôt : "Deux pas en avant, un pas en arrière"..
Ben oui, chui comme cela : j'avance à petits pas, les uns après les autres, puis brusquement, machine arrière toute !

Est-ce la conséquence de la grippe qui m'a bien dérangée ? J'dirais même inquiétée ? (Ils en ont entendu des "j'ai peur", papa et maman, dans mes périodes de fortes fièvres). On le serait à moins !
Est-ce aussi, à cause de la maladie, parce que maman et papa ont fait de nombreuses exceptions aux efforts habituelles qu'ils me demandent ? C'était pas pour me déplaire, mais maintenant que chui guéri, c'est l'retour des exigences. Re-fini de monter les escalier dans les bras de maman, "nada" les repas au gré de mon appétit d'oiseau du moment (...).
Est-ce enfin mes antennes qui vibrent à la moindre tension ou nervosité ambiante ?

Parce que, pour vous dire toute la vérité,
je sens papa un peu nerveux en ce moment. Son épaule opérée se remet lentement, trop lentement à son goût. Elle lui fait encore mal et perturbe son sommeil. Et puis, il est dépendant pour un tas de choses qu'il ne peut pas faire tout seul, et ça, je le sens bien, ça le rend fou.
Bref, quand il ne parvient pas à fermer sa veste, couper sa viande, déplacer un objet, ou plus simplement, quand un appareil décide de lui faire un caprice de derrière les fagots, j'l'entends dire un gros mots, mais pas pour rire.

C'est drôle, mais papa et moi, on se ressemble finalement très fort. Moi aussi, je ne supporte pas que les objets me contredisent. Moi aussi, quand je suis fatigué, je m'énerve plus vite.
On forme une sacrée paire tous les deux !

Enfin, cela fait presque quatre semaines que papa ne s'occupe plus trop de moi. Il a beaucoup de travail en ce moment, et de toute façon, avec un seul bras, il peut pas me sortir du lit, m'habiller, me préparer mes repas, faire mes jeux préférés, me coucher le soir (...). Et ça, j'apprécie pas.
Du coup, j'ai sorti mon attirail de représailles. Quand il revient à moi, j'le remballe aussi sec. Ca lui servira de leçon !

En un mot comme en mille, quand j'sens papa pas bien, j'vais pas bien aussi. Et je vous garantis que rien ne m'échappe.
Pire, avec moi, vous pouvez toujours essayer de masquer vos états d'âme (joyeux ou triste, cool ou nerveux), j'détecte tout de suite la vérité. Pas besoin de voir. Chui le détecteur de mensonge absolu !

Mon secret ?
Très simple : je peux déceler si le timbre d'une voix est juste ou forcé.
Je sens aussi la tension musculaire de celui qui me touche : précieux, précis, ou brusque, hésitant.
Plus fort encore, il y a les ondes ! Je sens les vibrations, positives et négatives, même si elles ne s'adressent pas à moi.

Moralité : nous les hommes de la maison, on est pas jojo en ce moment.
Papa est crevé, et moi aussi, même si la grippe est finie.
Donc régression toute : refus d'obéir, caprices au repas, renfermement dans mon petit monde, colère, retour de "pincements", "repoussements", etc.
J'veux d'nouveau plus manger avec papa, par contre, j'veux que ce soit lui qui me couche.
Pauvre maman dans tout cela.

J'crois qu'on a tous besoin de vacances et ça tombe bien, puisque papa et maman on décidé de déconnecter une semaine complète avec nous.
P't'être que ça ramènera tout le monde dans de meilleures dispositions !

Et si je vous raconte tout ça, c'est parce que la vie, c'est ça aussi.
Mais ne dramatisons pas : c'est le temps qui passe, fait de haut et de bas. J'voudrais pas n'vous raconter que nos folies douces et tricher ainsi (moi qui déteste ça !).
Enfin, tout ceci n'est pas le propre de mes handicaps : pas besoin d'être aveugle et différent dans sa tête. Tous les enfants ont des jours comme ça.
Disons simplement qu'avec moi, cela prend des proportions particulières.

Allez, à plus !

(réponse de papa à cet article sur lettres à Lou - article 7)
Par Bèrlebus :: lundi 5 janvier 2004 à 09:28 :: Un monde à moi :: #170 :: rss


Vos commentaires

2004-01-06, 11:31:19
...
Bonne continuation !

Le samedi 4 décembre 2004 à 15:35, commentaire par Romain :: site :: #
 

2004-01-06, 15:13:16
Humeur, humeur
Pas facile d'être un petit garçon. Il y a des hauts et des bas. On est parfois bien et parfois mal. C'est la vie, c'est comme çà. Mais dis-toi qu'on est tous comme çà. Cà s'appelle des sautes d'humeur. J'en connais un rayon (aussi bien moi que ma petite Chloé). Mais çà n'enlève aucun charme au petit être que vous êtes et qui grandit, et qui apprend, et qui sourit, et qui pleure. Bref, on est tous nés comme çà. Cà fait partie de notre caractère. Et bien, c'est pas merveilleux tout çà ! Bisous à tous, meilleurs voeux 2004 à toute la petite famille. Quant à toi, Lou, ne change pas !!! Tu resteras unique

Sophie

Le samedi 4 décembre 2004 à 15:35, commentaire par Sophie :: #
 

2004-01-06, 22:39:05
FAUT PAS EN FAIRE TOUT UN PLAT, MAIS....
Hé oui mon p'tit Lou la vie c'est comme tu la décris, avec ses hauts et ses bas et comme tu le dis si bien tu ressens tout mais tu sais pour nous c'est la même chose et souvent nous détectons plus vite le mauvais que le bon, mais c'est la vie et ça passe...Mais tu dois quand même comprendre que pour ton papa ce ne doit pas être très facile d'être dépendant mais d'un autre côté peut-être te comprendra-t'il encore mieux et il te comprend déjà très bien!! Tu sais on est tous obligés de faire des concessions, alors si papa et maman en ont fait pour toi lors de ta grippe tu dois leur rendre la pareille en te montrant sous ton plus beau jour, comme le petit prince que tu es, OK??? Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz,

Le samedi 4 décembre 2004 à 15:35, commentaire par ANDREE :: #
 

2004-01-01, 19:04:13
Bonne année
Avec un peu de retard, je souhaite tout ce qu'il y a de meilleur pour cette année 2004 à vous et à toute votre famille.

Olimask

Le samedi 4 décembre 2004 à 15:36, commentaire par olimask :: site :: #
 

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned