Journal de Lou
un petit prince pas comme les autres
  Bonjour, je m'appelle Lou.
Je suis un petit garçon qui ne voit bien qu'avec le coeur, ce qui rend la vie de mes parents et mon éducation épiques !
Je suis donc aveugle et différent dans ma petite tête blonde.
 

Recherche

Translation

 
 
 

Pour nous écrire

C'est ici

Archives

« octobre 2003 »
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
 

Categories

 

 Archives par Mois

Lou et le mouvement

 
 
 
 
 
 

MISE EN GARDE


...avec toutes mes excuses pour les personnes qui ne l'auraient pas compris, tous les textes de ce site sont pensés et écrits par moi-même (son papa).

Lou n'en est actuellement pas capable, tout comme il n'est pas capable à ce jour de comprendre "un ordinateur", "internet", ou se concentrer longtemps sur une conversation. Seul l'avenir nous dira si nous parviendrons à l’intégrer totalement le monde dans lequel il vit.

Il est donc clair que ces récits, bien que tous les faits rapportés soient bien réels, comportent une interprétation que je fais en fonction de son comportement. Mais pour bien le connaître depuis plus de cinq ans, je pense ne pas me tromper.

En savoir plus ? Rendez-vous sur la page lisez-moi.
 

Touché par le site?


Si ce site vous a fait du bien, vous a touché ou que sais-je encore, merci de nous aider à la faire connaître. Que ce soit par un mail à vos amis, au gré de discussions, ou d'un lien sur votre propre site.

Merci.
 

AUTRE SITES DE PAPA

 

INFOS ET AIDE
CECITE & HANDICAPS MENTAUX

 

D'AUTRES PETITS PRINCES ET PRINCESSES SUR LE NET

 

MA BLOGOSPHERE

 

RSS Feed

 

MERCI


Merci à la Fondation Roi Baudouin ("Parcours Hors-pistes"). Le nouveau design, l'hébergement et les traductions ont pu être réalisés grâce partiellement à son soutien financier.
 

Compteur


 
 

mardi 14 octobre 2003

60. Chronique du temps qui passe (2)

Lou crevé(parce que la vie au quotidien avec Lou, c'est cela aussi)

Lundi. 18h30. Papa travaille dans son bureau. Ça va, Ils ont réussi à me faire avaler la pilule, les finauds. Parce que ça a été dur dur.
Remontons le temps, si vous le voulez bien.
Super journée à l'école, par conséquent, comme souvent, je suis très "contraire" une fois de retour à la maison (la fatigue, le stress de l'apprentissage -si, si!-).
Je mange mon repas avec maman, pendant que Papa promène le chien en forêt. A son retour,
il me retrouve occupé à me balancer dans le fauteuil en répétant inlassablement le même mot... A l'heure qu'il est, j'l'ai déjà oublié (et papa aussi d'ailleurs!). Il vient alors me retrouver pour jouer avec moi. Je suis speed et le repousse... histoire de mesurer ma force. "Papa doit tomber par terre!" (on s'est une fois bien marré comme cela). Mais ce cochon refuse cette fois! "Non mon Loulou, désolé mais j'ai pas envie aujourd'hui." Je me braque : "J'ai pas envie, j'ai pas envie, j'ai pas envie !", et recommence à me balancer au rythme de cette phrase. Puis je réclame de l'eau. Maman qui cuisine m'invite à la rejoindre pour boire là-bas. Décidément, il ont décidé de ne pas me faciliter la vie aujourd'hui. Je suis obligé d'y aller par mes propres moyens. Pas de "service livraison" à cette heure.
Ils exagèrent à ce propos. Ils m'obligent de plus en plus souvent à venir chercher ce que je réclame, ou me rendre tout seul à l'endroit où je veux aller. Bon, O.K., j'ai cinq ans, mais chui différent moi ! Et puis, j'vais pas m'laisser enlever mes privilèges comme ça !
In fine, j'obtempère et je vais jusqu'au plan de travail de la cuisine, en exécutant sans problème le parcours du combattant : quitter le canapé; contourner la table basse du salon; éviter ma bascule qui se trouve à droite dans le living, puis atteindre l'angle de la table de la salle à manger; là, ne pas me cogner contre les chaises; rejoindre l'autre chaise où sont rangés les cartables à l'entrée de la cuisine (y z'auraient pu trouver une meilleure place pour ça!); et enfin, le virage à 90° gauche, vers la cuisine. Mission accomplie. Ils m'ont eu.
Je suis récompensé par papa qui m'y rejoint et m'invite à m'asseoir à califourchon sur ses genoux pour jouer avec moi. Ce que je. Grand jeu de tomber lentement tête en arrière contre le carrelage jusqu'à ce que mon crâne touche le sol. Ouhhh que j'aime ça. Encore et encore... Ensuite, enchaînement avec des cumulets arrière en l'air, où papa ne me tient qu'avec mes bras. "J'ai peur" dis-je en riant. Et hop ! Moi (aux anges): "Oh là, là, qu'est-ce qu'il fait Loulou!"
Vient alors l'heure du bain. "Loulou, il veut pas prendre le bain. Le bain, il pleure!". (Comme ça, ils sont tout de suite prévenus que j'ai assez donné pour aujourd'hui). Insistance. J'm'énerve. J'essaye un autre truc : "Dans les bras de maman". Mais maman, elle a mal aux épaules... papa aussi d'ailleurs. Ils trouvent momentanément la parade. Papa : "Monte vite, où je vais t'attraper et te faire des guilis !" Maman renchérit. J'ai pas le temps de réfléchir et me fait avoir, une fois encore. Mais dès la première volée d'escalier, je me ressaisis : "Non je ne veux pas monter prendre le bain !". Moralité : papa me dit calmement que je vais obéir et qu'il n'a pas envie de se fâcher. De toute façon, dit-il, je n'ai pas le choix. Je refuse. Niët, c'est niët ! Alors il saisit ma main et me force. Il me tire calmement mais fermement. Je n'ai vraiment pas d'autres choix... En plus, il se répète encore et encore : "Tu obéis, mon Loulou. Je ne te laisse pas le choix. Tu montes!" Au détour d'une phrase, il essaye de m'avoir par les sentiments en me félicitant. Le pervers !
Entre-temps, ma soeur Eva s'est excitée à l'annonce du jeu d'être attrapé. "Et moi, et moi... !" Elle décode pas la difficulté de la situation. Me voyant me faire tirer, elle voudrait qu'on fasse de même avec elle... Mais elle se fait remballer.
Deux minutes plus tard, je suis à bon port. La marée monte dans la baignoire. Papa en profite pour causer avec ma soeur qui boude sur la toilette. Il essaye de lui faire comprendre que ce n'était pas vraiment le moment. "Mais Lou, il peut, lui..." Papa essaye de lui expliquer que ce n'était pas un jeu et qu'elle doit arrêter de croire que ses parents en font moins pour elle. Il lui rappelle tout ce qu'ils faisaient avec elle à mon âge. Et puis, ils s'occupent d'elle, dès qu'ils ont un peu de temps (ils lui consacrent parfois une journée rien qu'à elle); ils lisent avec elle le soir et lui font plein de câlins avant d'aller au lit. Bref, elle doit essayer de voir le positif, et non tout le temps comparer.
Si j'vous dis tout ça, c'est parce que pendant tout le long dialogue de papa et Eva, moi, j'ai tout écouté pendant que maman m'aidait à me déshabiller. Même que de temps à autres, je ponctuais le discours par : "Papa, il parle avec Eva". Donc, j'ai tout entendu (j'aime bien le ton didactique de papa à ces moments là. J'préfère ça à la grosse voix). De là, à ce que je retienne quelque chose... On verra...
Après toute cette longue discussion, papa décide de quitter la salle de bain pour aller travailler dans son bureau. Re-crise de ma part. Son bureau étant juste à côté, Il revient de suite et me rassure quand je lui dis : "Le bureau il pleure ! Je veux pas papa dans son bureau. Je veux le bureau dans le bain!" A mon tour de recevoir la leçon de papa. Il m'explique calmement qu'il a aussi sa vie, qu'il vient de beaucoup jouer avec moi, qu'il a le droit de faire des choses sans moi. Bref, que je dois pas avoir peur.
Moralité ? Un fois encore, mes parents m'ont bien eu. Je barbotte comme un petit fou dans le bain, Eva est de nouveau positive... Et tout va bien.
Au moment de me coucher, dans mon lit, je débriefe papa avec mon ton rassurant qui sied si bien à ces propos: "Tu vois que tu dois pas avoir peur. Et Eva, elle doit comprendre que papa et maman, ils travaillent dans le bureau". Je suis heureux et m'endors sur le champs.
Ce n'est finalement, qu'une fin d'après-midi ordinaire.
Par Bèrlebus :: mardi 14 octobre 2003 à 15:23 :: Au jour, le jour :: #84 :: rss


Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Email (facultatif) :
Site Web (facultatif) :
 
Anti spam :
Entrez les lettres figurant dans l'image ci-dessus.
 
Commentaire :
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.
 
Neederlandse versie | English version | Mise en garde | Nous contacter | © 2004 - 2006 Luc Boland | Powered by WebDesigned